Juil 29

CADEAU ATOMIQUE

Au cœur de l’été, EDF a glissé sous les draps de plage une facture gênante : Flamanville, bijou du nucléaire, coûtera un demi-milliard de plus.

Une paille sans doute puisque la note a été triplée déjà, à près de onze milliards d’euros. Quant au calendrier, on n’ose plus dire que le futur EPR est en retard sur un démarrage prévu en 2012. Il prend de l’avance sur son démantèlement, d’autres générations de centrales bien moins coûteuses étant recommandées par des experts.

Pendant ce temps, la grand-mère des centrales ne cesse de gagner de l’espérance de vie : Fessenheim ne doit tirer sa révérence qu’au branchement de Flamanville. Et, à ce rythme, la doyenne alsacienne ne se rangera pas de sitôt.

Le réacteur de Flamanville est devenu à lui seul le catalogue des malfaçons les plus incongrues et dispendieuses que l’on puisse imputer au génie technologique français. Cette fois, il s’agit de soudures, après des histoires de coffrage de béton, de pont de manutention et, fin du fin, d’anomalies dans le gigantesque couvercle de cette cocotte-minute prévue pour durer soixante ans !

Mamie Fessenheim a couvert son coût de revient et rapporte dans l’intervalle de l’argent à EDF. Plutôt inquiets de son niveau de sécurité, ses détracteurs peuvent-ils vraiment espérer l’entrée en service de Flamanville ? À chaque étape de sa construction, cette super-chaudière atomique gratifie les ingénieurs de sueurs froides et donne l’impression de devoir être rafistolée. On frise le désastre industriel avant la production du moindre watt. (NDLR : wattheure)

Bien après le surgénérateur Superphénix, dont le premier combustible a été l’argent des Français, Flamanville pousse toujours plus loin le rêve d’une énergie à profusion. Et le fait payer si cher que personne n’a le courage de stopper les machines. Cela n’empêche pas de vendre le concept à l’étranger comme pour exporter les problèmes jusqu’en Finlande ou au Royaume-Uni. En cadeau aux générations futures, dans un monde sans frontières.

Éditorial de Didier Rose du 29/07/2018

https://www.dna.fr/sciences/2018/07/29/cadeau-atomique