Août 02

PARIS-SACLAY : DES ANOMALIES DÉTECTÉES AU CENTRE À L’ÉNERGIE ATOMIQUE

La direction du centre les a signalées au gendarme du nucléaire et assure qu’elles sont sans conséquences.

Les dysfonctionnements détectés n’ont pas de conséquences pour l’environnement, le personnel ni l’installation. Mais ils ont été signalés à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) comme l’exige la loi.

Ce mardi, le CEA (Centre à l’énergie atomique) Paris-Saclay a publié un communiqué sur des « anomalies constatées lors du contrôle du système de détection incendie dans des locaux en démantèlement de l’installation nucléaire de base (INB) 49 du centre ». Sans toutefois préciser quelle est leur nature.

Mise en service en 1954, l’INB 49, également appelée Laboratoires de haute activité, a principalement abrité des services scientifiques et techniques du CEA manipulant des radioéléments. Une grande partie de ses 17 cellules sont en cours de démantèlement depuis 2008, seules deux étant encore en activité.

Des mesures correctives ou compensatoires ont été « immédiatement mises en œuvre»

Les dysfonctionnements ont été repérés le 19 juillet « lors de travaux préparatoires pour la poursuite du démantèlement d’un local de l’INB 49 », au niveau du contrôle du système de détection incendie. En plus de ces anomalies, « il a été constaté que le dernier contrôle semestriel de ces équipements remontait à septembre 2017 au lieu de février 2018, comme le prévoient les règles d’exploitation de cette installation », détaille la communication du CEA Paris Saclay.

Des mesures correctives ou compensatoires ont été « immédiatement mises en œuvre ». Et « cela n’a entraîné aucune conséquence, insiste le CEA. Ces événements nous ont conduits à proposer à l’Autorité de sûreté nucléaire de classer cet événement au niveau 1 de l’échelle INES. »

Cette échelle est un classement international des événements nucléaires. Elle a été créée en 1991, à la suite de la catastrophe de Tchernobyl en 1986. Elle compte 8 niveaux gradués de 0 à 7. Tchernobyl et Fukushima (2011) ont été classés au niveau 7. L’anomalie du CEA correspond au niveau 1. Les suivants sont « incident, incident grave, accident « jaune », accident « orange », accident grave, accident majeur » étant le plus élevé.

Cécile Chevallier, le 01 août 2018, 16h05

http://www.leparisien.fr/essonne-91/paris-saclay-des-anomalies-detectees-au-centre-a-l-energie-atomique-01-08-2018-7840365.php