LE PENTAGONE ESTIME LE COÛT DE SES NOUVEAUX MISSILES NUCLÉAIRES À 95,8 MILLIARDS $ US

Le Pentagone estime maintenant à 95,8 milliards de dollars US le coût de la mise en service d’une nouvelle flotte de missiles nucléaires terrestres pour remplacer les Minuteman 3 en service depuis 50 ans, rapportent cette semaine les médias américains, une estimation supérieure d’environ 10 milliards de dollars par rapport à il y a quatre ans.

Les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) de la force nucléaire américaine devront être remplacés dans leur quasi-totalité au cours des prochaines décennies, à un coût total de plus de 1,2 milliards de dollars.

Le mois dernier, l’armée de l’air américaine a attribué à Northrop Grumman un contrat de 13,3 milliards $ US pour l’ingénierie et le développement de la fabrication des nouveaux missiles.

Le coût total du «cycle de vie», y compris l’exploitation et l’entretien des missiles pendant leur durée de vie prévue dans les années 2070, est estimé à 263,9 milliards $ US.

Certains, y compris l’ancien secrétaire à la Défense William J.Perry, cité par les médias américains, soutiennent que la sécurité nationale des États-Unis peut être assurée sans ICBM, mais le Pentagone affirme au contraire qu’ils sont vitaux pour dissuader. L’administration Trump s’est pour sa part engagée à déployer une nouvelle génération d’ICBM dans un examen de 2018 de la politique nucléaire.

«L’arsenal d’ICBM est hautement résistant à toute attaque nucléaire, sauf à une attaque nucléaire à grande échelle», conclut l’examen. «Pour détruire les ICBM américains sur le terrain, un adversaire devrait lancer une attaque précisément coordonnée avec des centaines d’ogives précises et à haut rendement. C’est un défi insurmontable pour tout adversaire potentiel aujourd’hui, à l’exception de la Russie

La flotte actuelle de 400 missiles Minuteman déployés, chacun armé d’une seule ogive nucléaire, est basée dans des silos souterrains au Montana, au Dakota du Nord, au Colorado, au Wyoming et au Nebraska. Leur nombre est régi en partie par le nouveau traité START de 2010 avec la Russie, qui doit expirer en février. La Russie veut prolonger le traité mais l’administration Trump a fixé des conditions non acceptées par Moscou.

Les États-Unis construisent également une nouvelle flotte de sous-marins lanceurs de missiles balistiques pour remplacer les sous-marins stratégiques actuels de classe Ohio, un nouveau bombardier nucléaire à longue portée pour remplacer l’avion furtif B-2, un missile de croisière nucléaire à lancement aérien de nouvelle génération et un nouveau système de commandement et de communication nucléaires. Ils travaillent également sur la mise à jour des ogives, y compris un remplacement d’ogives ICBM pour un montant estimé à 14,8 milliards de dollars.

Le programme de modernisation nucléaire a été lancé par l’administration Obama et a été poursuivi par le président Donald Trump. Le candidat démocrate à la présidentielle du 3 novembre, Joe Biden , a déclaré pour sa part que, s’il était élu, il envisagerait de trouver des moyens de réduire le programme.

L’estimation du coût de 95,8 milliards de dollars du Pentagone pour le remplacement des Minuteman a été rapportée pour la première fois par Bloomberg News. Le Pentagone avait fourni l’estimation au Congrès le mois dernier mais avait, jusqu’ici, refusé de la publier.

À lire aussi:

http://Washington prétend que la Russie a accepté d’étendre la portée du traité New Start, Moscou dément

Traité New Start: Poutine lance la balle dans le camp américain

Par La rédaction, publié le 20 octobre 2020 à 16 h 40

Photo en titre : Un missile balistique intercontinental Minuteman 3 non armé sort du silo lors d’un d’essai opérationnel le 25 février 2012 à la base aérienne de Vandenberg, en Californie (U.S. Air Force/30th Space Wing Public Affairs)

http://www.45enord.ca/2020/10/le-pentagone-estime-le-cout-des-nouveaux-missiles-nucleaires-a-958-milliards-us/