NUCLÉAIRE. À LA CENTRALE DE FLAMANVILLE 1, DES JOINTS DÉFECTUEUX DÉTECTÉS TARDIVEMENT

Le réacteur 2 a redémarré en décembre 2020, mais c’est désormais le réacteur 1 de Flamanville qui donne du fil à retordre à EDF. Le producteur d’électricité a déclaré un incident de niveau 1, le dernier jour de l’année, à l’Autorité de sûreté nucléaire.

Dans un communiqué rendu public ce mardi 5 janvier 2021, EDF informe avoir déclaré un incident de niveau 1 à l’Autorité de sûreté nucléaire, en fin d’année 2020, « sans conséquence réelle sur la sûreté des installations ».

« Lors de la visite décennale de l’unité de production n° 1 qui s’est déroulée en 2018, des joints situés sur le système « aspersion enceinte » sont remplacés. Les essais de remise en eau sont réalisés et le matériel est déclaré disponible. En novembre 2020, des traces de bore sont constatées sur deux joints qui avaient été changés », explique l’exploitant.

Joints remplacés

Le bore est un élément chimique utilisé dans le circuit primaire du réacteur. Sa présence au niveau des joints peut donc révéler un problème d’étanchéité. Ils ont d’ailleurs été remplacés, souligne le producteur d’électricité, qui a constaté des défauts lors de leur dépose.

« En raison de la détection tardive de ces défauts, la direction de la centrale nucléaire de Flamanville a déclaré le 31 décembre 2020 à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif sûreté au niveau 1 de l’échelle Ines, qui en compte 7. »

Par Ouest-France, publié le 05/01/2021 à 18h04

Photo en titre : Les réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale nucléaire de Flamanville, dans le Cotentin (Manche). | ARCHIVES OUEST-FRANCE, STÉPHANE GEUFROI

https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/nucleaire-a-la-centrale-de-flamanville-1-des-joints-defectueux-detectes-tardivement-7108552