LA RUSSIE DOMINE LES CHAÎNES MONDIALES D’APPROVISIONNEMENT DES RÉACTEURS NUCLÉAIRES ET DU COMBUSTIBLE

La guerre de la Russie en Ukraine a poussé les pays du monde entier à se sevrer du pétrole et du gaz naturel russes.

Des conversations parallèles sont également imminentes dans le domaine de l’énergie nucléaire, car la Russie est également un acteur dominant dans les chaînes d’approvisionnement mondiales de la technologie des réacteurs nucléaires, comme le détaille un nouvel article publié lundi par le Center on Global Energy Policy de l’Université de Columbia.

Il y avait 439 réacteurs nucléaires en service dans le monde en 2021, et 38 d’entre eux se trouvaient en Russie, 42 autres ont été fabriqués avec la technologie des réacteurs nucléaires russes et 15 autres en construction à la fin de 2021 étaient en cours de construction avec la technologie russe.

La réduction ou l’élimination de la dépendance vis-à-vis des chaînes d’approvisionnement nucléaires russes variera selon les pays et les besoins.

Si un pays n’a pas encore construit de réacteurs nucléaires, il peut, dès le début, décider de ne pas contracter avec la Russie. Les États-Unis, la France, la Corée et la Chine sont des options de fournisseurs « viables », selon le document.

Deuxièmement, si un pays possède déjà des modèles de réacteurs nucléaires russes, les VVER, il se tourne probablement vers la Russie pour les pièces de rechange et les services. (VVER signifie « réacteur énergétique eau-eau » en russe, ce qui signifie vodo-vodyanoi enyergeticheskiy reaktor en russe, donc l’acronyme.) Dans ce cas, les pays peuvent obtenir une aide à la réparation auprès de Westinghouse dont le siège est en Pennsylvanie, selon le rapport.

Ensuite, il y a la question du carburant. Les réacteurs à fission nucléaire sont alimentés en uranium enrichi.

La Russie exploite environ 6% de l’uranium brut produit chaque année, selon le rapport. C’est un montant qui peut être remplacé si d’autres pays qui extraient de l’uranium augmentent leur extraction d’uranium.

Cependant, l’uranium ne passe pas directement d’une mine à un réacteur nucléaire. Il doit subir une conversion et un enrichissement avant de pouvoir être utilisé comme combustible dans un réacteur nucléaire.

Ici, la Russie est un acteur dominant. La Russie possédait 40% de l’infrastructure totale de conversion d’uranium dans le monde en 2020 et 46% de la capacité totale d’enrichissement d’uranium dans le monde en 2018, selon le rapport. (Il s’agissait des données les plus récentes accessibles au public, selon les auteurs du rapport.)

C’est là que les États-Unis et les pays alliés devraient concentrer leur attention, selon le rapport, qui a été co-écrit par Paul Dabbar, ancien sous-secrétaire de l’énergie pour la science au ministère de l’Énergie, et Matthieu Bowen, chercheur au Columbia’s Center on Global Energy Policy.

Outre la Russie, ces capacités de conversion et d’enrichissement de l’uranium existent au Canada, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Ces capacités “sont suffisantes pour remplacer au moins une partie” de la conversion et de l’enrichissement dont les réacteurs nucléaires occidentaux ont besoin, mais il n’est pas clair que la capacité sera en mesure de remplacer entièrement la capacité russe.

Les États-Unis doivent également être préparés pour le combustible qui entre dans les réacteurs avancés, qui sont actuellement en développement, et qui nécessitent de l’uranium enrichi à 15 à 19,75 %, alors que les réacteurs à eau légère conventionnels qui sont actuellement en service aux États-Unis utilisent de l’uranium enrichi entre 3 et 5 %.

Ce combustible à base d’uranium faiblement enrichi (HALEU) à dosage élevé n’est actuellement disponible à l’échelle commerciale qu’en Russie, selon le rapport.

Davantage d’investissements dans les installations d’extraction, de conversion et d’enrichissement pourraient être nécessaires pour extraire complètement les chaînes de combustible nucléaire occidentales de l’implication russe“, écrivent Dabbar et Bowen dans leur rapport. “Cependant, ajouter une nouvelle capacité de conversion et une capacité d’enrichissement suffisantes prendra des années. “

Mais pour convaincre les entreprises privées de consacrer de l’argent et des ressources aux infrastructures d’uranium, elles ont besoin que le gouvernement s’engage à ne pas revenir aux approvisionnements russes.

Leur inquiétude sera que dans un an ou deux, peut-être moins, les produits russes à base d’uranium seront autorisés à revenir sur les marchés nationaux et les saperont, ce qui leur fera perdre leurs investissements”, ont déclaré Dabbar et Bowen.

Aux États-Unis, il n’y a qu’une seule installation de conversion d’uranium – c’est à Metropolis, dans l’Illinois – et elle est en veille depuis novembre 2017. Sa réouverture est “en attendant l’amélioration du marché et le soutien à la clientèle”, selon un partenariat entre General Atomics et Honeywell qui exploite l’usine, ConverDyn (présentation power point de la ). Il ne pourra redevenir opérationnel qu’en 2023, date à laquelle il pourrait convertir 7 000 tonnes d’uranium par an. Pour monter à 15 000 tonnes par an, il faudra à la seule usine plus de 2023.

Par conséquent, Dabbar et Bowen ont déclaré qu’il serait prudent pour les États-Unis de sevrer la capacité de confinement russe “une période d’années et non de mois”.

Par Robinette Girard, publié le 23 mai 2022 à 12h17

Photo en titre : Éolienne et tours de refroidissement de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse en France, le 12 avril 2021. Jean-Marie HOSATT | Gamma-Rapho | Getty Images

https://news-24.fr/la-russie-domine-les-chaines-mondiales-dapprovisionnement-des-reacteurs-nucleaires-et-du-combustible/

NDLR : Je vous suggère de lire l’article publié le 20 octobre 2021 sous le titre : « La France envoie-t-elle ses déchets nucléaires en Russie, comme le dit Greenpeace ? » (https://www.liberation.fr/checknews/la-france-envoie-t-elle-ses-dechets-nucleaires-en-russie-comme-le-dit-greenpeace-20211020_Y6WS2RIHNZEBDJECREYPAVQJ5M/)

Le nucléaire, gage d’indépendance ? Vous en êtes certain ?