LES PETITS PROJETS NUCLÉAIRES PEUVENT AVOIR DE GROS PROBLÈMES DE DÉCHETS

La nouvelle génération de petits réacteurs nucléaires créera plus de déchets que les réacteurs conventionnels, tandis que des traitements pour sécuriser certains types de déchets pourraient être exploités par des associations malveillantes pour essayer d’en obtenir des matières fissiles, indique une étude publiée le 31 mai.

Les projets, appelés petits réacteurs modulaires (PRM), sont conçus pour être plus simples et plus sûrs que les centrales conventionnelles en cas d’accident. On s’attend également à ce qu’ils soient construits dans des usines, contrairement aux énormes réacteurs d’aujourd’hui qui sont construits sur place et qui dépassent généralement le budget de plusieurs milliards de dollars, comme c’est le cas en France avec le nouvel EPR de Flamanville.

Les partisans du PRM affirment qu’il s’agit d’un moyen sûr d’augmenter la production d’électricité pratiquement sans émissions et qu’il contribuera à freiner le changement climatique.

Mais les réacteurs créeraient plus de déchets radioactifs, par unité d’électricité qu’ils génèrent, que les réacteurs conventionnels, pouvant atteindre un facteur 30 selon une étude publiée dans les Actes de l’Académie nationale des sciences.

Certains des réacteurs, avec des conceptions refroidies au sel fondu et au sodium, devraient créer des déchets qui doivent subir un conditionnement supplémentaire pour pouvoir être stockés en toute sécurité dans un dépôt. Ces traitements sont susceptibles d’être convertis par des associations malveillantes pour fabriquer des matières fissiles pour une bombe nucléaire brute, a-t-il déclaré.

Anticiper l’élimination des déchets nucléaires

Allison Macfarlane, co-auteur de l’étude et ancienne responsable de la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis, a déclaré que les concepteurs de PRM « ne prêtent pas autant d’attention en général aux déchets … parce que la chose qui leur rapporte de l’argent est le réacteur. »

« Mais il est important de connaître les déchets et la difficulté qu’il existera pour les éliminer et les gérer » , a déclaré Allison Macfarlane.

À l’heure actuelle, les déchets, que l’industrie appelle le combustible nucléaire usé, se trouvent principalement dans les centrales nucléaires dans des piscines et plus tard dans des fûts secs en acier et en béton.

« Même si nous avions aux États-Unis un solide programme de gestion des déchets, nous pensons qu’il y aurait beaucoup de défis à relever pour traiter certains des déchets PRM », a déclaré Lindsay Krall, l’auteur principal de l’étude.

Les réacteurs de PMR qui pourraient utiliser de l’eau légère comme liquide de refroidissement, comme le font les centrales nucléaires conventionnelles, produiraient environ 1,7 fois plus de déchets par équivalent énergétique que les réacteurs traditionnels, selon l’étude.

D’autres réacteurs, qui prévoient d’utiliser des combustibles et des réfrigérants différents des réacteurs traditionnels, devraient également créer plus de déchets par unité d’énergie, selon l’étude. Ces réacteurs nécessiteraient probablement des procédures supplémentaires qui offrent des voies de prolifération, peut-on y lire.

Par Rédaction, publié le 01/06/2022

https://www.enviro2b.com/2022/06/01/les-petits-projets-nucleaires-peuvent-avoir-de-gros-problemes-de-dechets/