EN PLEINE GUERRE, LA FRANCE REÇOIT DE L’URANIUM RUSSE

Une livraison qui fait désordre, au lendemain de l’exhortation d’Emmanuel Macron de ne faire preuve d’« aucune faiblesse, aucun esprit de compromission » à l’égard de l’agresseur de l’Ukraine. La France a reçu 52 fûts d’uranium enrichi provenant de Russie, le 24 août.

La cargaison, expédiée de Saint-Pétersbourg, a été déchargée le matin du cargo Mikhail Dudin, selon un communiqué de Greenpeace du 25 août. Elle a ensuite été chargée à bord de camions à destination de la vallée du Rhône, où se trouvent les sites nucléaires de Pierrelatte et de Romans-sur-Isère, où sont fabriqués les combustibles nucléaires alimentant les centrales françaises.

« Alors qu’Emmanuel Macron prononce de beaux discours sur les efforts engagés pour soutenir l’Ukraine et se targue d’une position ferme vis-à-vis de la Russie, l’industrie nucléaire française continue son business « as usual » en toute discrétion, a taclé Yannick Rousselet, expert en sûreté nucléaire pour Greenpeace France. L’industrie nucléaire française ne devrait pas bénéficier de passe-droit pour continuer son commerce avec la Russie et ces importations scandaleuses doivent cesser immédiatement. »

En mars dernier, l’ONG avait publié une note sur les multiples liens entre les industries nucléaires française et russe. On peut y lire que la France a importé 19 245 tonnes d’uranium naturel et 8 213 tonnes d’uranium enrichi de Russie entre 2000 et 2020. En outre, depuis le début des années 2000, près de la moitié de l’uranium utilisé en France provient du Kazakhstan, pays de la sphère d’influence russe.

Publié le 25 août 2022 à 15h14

Photo en titre : Wikimedia Commons/CC0

https://reporterre.net/En-pleine-guerre-la-France-recoit-de-l-uranium-russe?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

NDLR : je ne dois pas avoir la même conception de l’indépendance énergétique que les défenseurs du nucléaire, Macron en tête, claironnent en permanence !

Note de Reporterre

… nous avons un petit service à vous demander. Chaque mois, plus d’un million de personnes font confiance au travail des journalistes de Reporterre pour se tenir informées sur l’urgence écologique. Plus de 27 000 de ces lectrices et lecteurs financent le journal par des dons. Ce soutien permet à Reporterre de rester en accès libre, sans aucune publicité, et totalement indépendant. Contrairement à de nombreux autres médias, Reporterre n’a pas d’actionnaires ni de propriétaire milliardaire. Le journal, à but non lucratif, est libre de toute influence commerciale ou politique.

Nous avons la conviction que le ravage écologique est l’enjeu principal de ce siècle. À ce titre, il nous semble que ce sujet doit être mis en avant chaque jour dans le débat public. Les articles, reportages et enquêtes que vous pouvez lire sur le site sont vitaux pour la démocratie, pour la prise de conscience écologique, et pour exiger mieux de nos dirigeants.

Tous nos articles sont en accès libre, pour tous. Nous le faisons parce que nous croyons en l’égalité de l’accès à l’information. Ainsi, davantage de personnes peuvent suivre l’actualité de l’écologie, comprendre l’impact du désastre en cours sur la population, et agir. Tout le monde peut bénéficier d’un accès à des informations de qualité, quelle que soit sa capacité à payer pour cela.

S’il y a bien un moment pour nous soutenir, c’est maintenant. Chaque contribution, grande ou petite, renforce notre capacité à porter l’écologie au cœur de l’agenda médiatique et politique, et assure notre avenir. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Si vous le pouvez, soutenez le journal avec un don mensuel. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner