Juin 08

L’INTERSYNDICALE DEMANDE UNE MISSION SUR L’AVENIR DE LA FILIÈRE NUCLÉAIRE

SyndicatsLes fédérations CGT, CFE-CGC et FO de l’énergie demandent au gouvernement de lancer une mission sur l’avenir de la filière nucléaire française confrontée à des défis « majeurs » alors que ses ressources « sont au plus bas« .  Dans un communiqué, l’intersyndicale indique qu’elle vient d’écrire au gouvernement pour lui faire part de cette demande. Cette mission sur l’avenir de la filière nucléaire « actualiserait les travaux » de la mission Roussely de 2010, précise l’intersyndicale.

En 2009, l’ancien PDG d’EDF François Roussely avait été chargé d’une mission sur « l’évolution du nucléaire civil à l’horizon 2030 » dans l’Hexagone. Son rapport rendu en 2010 préconisait notamment de conforter EDF comme chef de file de « l’équipe de France » du nucléaire et de « diversifier » l’offre française à l’international. Il évoquait aussi la « renaissance » du nucléaire civil avec « probablement la mise en chantier d’environ 250 nouvelles centrales d’ici vingt ans« . « Inquiète de la situation et des perspectives d’une filière pourtant au cœur de la sécurité énergétique, de la politique industrielle et de la souveraineté de la Nation« , l’intersyndicale souligne que les ressources du secteur « sont au plus bas » alors que des investissements « considérables » l’attendent.

Elle cite au nombre de ceux-ci « l’outil industriel d’Areva« , le « grand carénage du parc nucléaire français » (travaux de maintenance lourde des centrales pour prolonger leur durée de vie) et son « futur renouvellement« .  Dans ce secteur, le rachat par General Electric des activités énergie d’Alstom « a en outre fait perdre à la France la maîtrise d’un pan de la filière électronucléaire, illustrant dramatiquement l’absence de vision stratégico-industrielle de l’État« , estime l’intersyndicale. « Alors que certains sont tentés de précipiter des décisions qui engageraient l’avenir de la filière nucléaire sans débat, il nous semble primordial de prendre le recul nécessaire avant toute décision irréversible et d’ouvrir un débat de fond, loin des montages capitalistiques qui ne règlent rien sur le fond« , conclut-elle.

NDLR : en continuant, à soutenir contre vents et marées, le faux argument de la souveraineté nationale grâce au nucléaire, les syndicats auront une lourde responsabilité devant le tribunal de l’Histoire !

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/06/08/97002-20160608FILWWW00137-nucleaire-l-intersyndicale-demande-une-mission-sur-l-avenir-de-la-filiere.php