«

»

Jan 06

SUÈDE : RENFORCEMENT DE LA SÉCURITÉ DANS LES CENTRALES NUCLÉAIRES APRÈS LES ATTENTATS TERRORISTES

suedeL’entreprise en charge des installations nucléaires suédoises va armer les gardes qui veillent sur ses centrales. En octobre 2016, l’AIEA avait déjà appelé à prendre au sérieux les risques d’attentats pesant sur les infrastructures nucléaires.  
«Jetez un coup d’œil à toutes les attaques terroristes, par exemple [celle qui a frappé] Istanbul récemment. Nous devons maintenir et protéger nos opérations de la meilleure manière que nous pouvons», a déclaré le 5 janvier Anders Österberg à Sveriges Radio <http://sverigesradio.se/sida/artikel.aspx?programid=86&artikel=6601072> , la station de radio publique suédoise. Andres Österberg est le porte-parole de OKG AB, une entreprise suédoise propriétaire de la centrale nucléaire d’Oskarshamn. 
Le porte-parole de l’entreprise a précisé  <http://www.sydsvenskan.se/2017-01-05/snart-bevapnas-vakterna-vid-karnkraftverken> à l’agence de presse TT que les gardiens de trois centrales nucléaires suédoises – à Ringhals, Oskarshamn et Forsmark – allaient être équipés d’armes à feu à partir du 4 février. Jusqu’à présent, ces agents de sécurité ne pouvaient porter que des matraques.
Par ailleurs, en vertu de la nouvelle réglementation, les gardiens des installations nucléaires seront aussi tenus d’emmener des chiens de garde avec eux lors de leurs patrouilles.  
«Nous renforçons la protection de la zone à la lumière de l’évolution de la situation dans le monde. Il est donc tout à fait naturel de durcir nos exigences», a expliqué le porte-parole tout en indiquant qu’aucune menace n’était spécifiquement dirigée contre les centrales nucléaires suédoises.
Anders Österberg a par ailleurs précisé que la nouvelle réglementation mise en place répondait à une décision prise en février 2016 par l’Autorité suédoise de sûreté radiologique afin de renforcer la sécurité dans les centrales nucléaires
Le territoire suédois abrite dix réacteurs nucléaires, à Oskarshamn, Ringhals et Forsmark, qui fournissent environ la moitié de la production d’électricité du pays. Située à 200 kilomètres au sud de Stockholm sur la côte de la mer Baltique, la centrale d’Oskarshamn compte trois réacteurs.
Les centrales nucléaires, des cibles potentielles pour les terroristes ?
Au début du mois de décembre, la publication par le Centre européen antiterroriste d’Europol <https://francais.rt.com/international/30077-europol-daesh-pourrait-frapper-europe-voitures-piegees-armes-chimiques>  d’un rapport intitulé Changement dans les modus operandi de l’État islamique a indiqué que les attaques contre des infrastructures vitales comme les centrales nucléaires ne figuraient pas, pour le moment, parmi les priorités des djihadistes de l’État islamique.
Néanmoins, le rapport de l’organisme de coordination des polices européennes a insisté sur la mainmise par Daesh sur du personnel ayant participé au projet irakien d’armement, ainsi que sur des entrepôts irakiens et libyens d’armes chimiques. 
En octobre 2016, c’est le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, qui a personnellement tiré la sonnette d’alarme en indiquant que les risques d’attentats terroristes contre des centrales nucléaires n’étaient pas «imaginaires» et que ces menaces devaient être considérées avec le plus grand des sérieux. Yukiya Amano a également pointé du doigt les menaces de cyberattaques contre les installations nucléaires et le risque de fabrication par les terroristes de «bombes sales».
Ces propos ont d’ailleurs été confirmés par l’ancien directeur de l’AIEA, Hans Blix, qui avait également confié à RT, en octobre 2016, sa crainte de voir des terroristes cibler des installations nucléaires. Il avait notamment déclaré : «Une centrale nucléaire est un objet très séduisant pour [les terroristes].»
La menace pesant sur les installations nucléaires a par ailleurs été dévoilée par des médias belges après le double-attentat qui a meurtri Bruxelles en mars 2016. Selon ces médias, les frères kamikazes Ibrahim et Khalid El-Bakraoui, à l’origine des attaques qui ont frappé le métro et l’aéroport bruxellois, auraient d’abord ciblé des centrales nucléaires belges avant de changer d’objectif.

https://francais.rt.com/international/31838-suede-renforcement-securite-dans-centrales-nucleaires-apres-attentats-terroristes