Jan 10

SAUVETAGE D’AREVA : VERS UN FEU VERT SOUS CONDITIONS DE BRUXELLES

arevaEXCLUSIF – Une décision de la Commission européenne sur le plan de sauvetage du groupe nucléaire public devrait intervenir dans l’après-midi. Selon nos informations, Areva devrait dans un premier temps faire appel à un prêt d’actionnaire de l’État.

Le cours de l’action d’Areva a été suspendu ce midi à la demande du groupe, dans la perspective de la publication d’un communiqué, a indiqué Euronext. Selon nos informations, la Commission européenne s’apprête à rendre une décision sur le plan de restructuration présenté par le groupe et son premier actionnaire, l’État.

Selon deux sources, la Commission européenne autoriserait le plan de sauvetage sous conditions. Celles-ci, liées au rachat des actifs d’Areva NP (la branche Réacteurs) par EDF, obligeraient le groupe nucléaire public à solliciter dans un premier temps un prêt d’actionnaire auprès de l’État.

Dans ses plans initiaux, Areva prévoyait une augmentation de capital de 5 milliards d’euros dès le mois de février. Pour autoriser une aide d’État massive (4,5 milliards d’euros sur les 5 milliards de recapitalisation), les services de la commissaire européenne à la Concurrence souhaiteraient d’abord étudier le dossier de rachat des actifs d’Areva NP par EDF, selon ces sources.

L’électricien public a déposé mi-novembre une offre ferme valorisant ces actifs 2,5 milliards d’euros. Mais cette offre est soumise à plusieurs conditions suspensives, notamment l’examen par l’Autorité de sûreté nucléaire de la conformité de la cuve de l’EPR en construction à Flamanville (Manche). Bruxelles souhaite également vérifier que cette acquisition par EDF soit bien conforme aux règles en matière de concentration et de concurrence.

Mi-décembre, Areva et son premier actionnaire l’État (à 86%) avaient transmis aux services de la commissaire européenne à la Concurrence les derniers éléments du plan de sauvetage. Outre l’offre ferme d’EDF pour reprendre les actifs de la division Réacteurs, Areva avait présenté l’offre d’investisseurs -les japonais MHI et JNFL, pour 10 % du capital de NewCo soit 500 millions d’euros.

http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211676457111-sauvetage-dareva-vers-un-feu-vert-sous-conditions-de-bruxelles-2055963.php