Sep 15

ANOMALIES EN SÉRIE DANS LES CENTRALES NUCLÉAIRES

Belleville 2Malgré la publication d’une liste de 471 irrégularités sur des pièces de 12 centrales, EDF se veut rassurant.

Tout va très bien, madame la marquise. Jeudi, après la découverte de 471 anomalies sur des pièces forgées dans l’usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire) et utilisées dans 12 des 19 centrales nucléaires françaises, EDF a assuré qu’il n’y avait pas de problème de sûreté.

Selon EDF, la moitié de ces 471 anomalies (qui ne respectent par la réglementation de la filière nucléaire), auxquelles il faut ajouter 130 fiches de non-conformité (qui ne respectent pas l’exigence de qualité requise par Areva), concernent des problèmes de température de la pièce métallique lors du processus de forgeage ; l’autre moitié, des problèmes dans la composition chimique. Pas de panique, assure EDF, pour qui ces anomalies ne sont pas de nature « à remettre en question l’aptitude au fonctionnement en toute sûreté des composants concernés ».

Cette annonce intervient alors que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a placé cette semaine la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher) « sous surveillance renforcée », en raison de « la dégradation du niveau de sûreté ». Par ailleurs, après une visite inopinée de l’usine de retraitement de La Hague (Manche), le gendarme du nucléaire a estimé mardi insuffisante la protection contre un risque d’explosion. « Ça fait beaucoup, reconnaît une source proche du dossier. D’autant que même si EDF fait preuve de transparence, avec toute cette affaire, il y a beaucoup de suspicions. » Contactée, l’ASN n’était pas en mesure de déterminer la gravité de ces anomalies : « Les dossiers sont à l’instruction », indique un porte-parole.

Tests falsifiés au Creusot

Depuis 2016, l’électricien s’est engagé dans un vaste audit des 2 000 pièces fabriquées pour son compte par l’usine d’Areva (des éléments de circuit primaire, de générateur de vapeur ou encore de tuyauterie). À l’origine de cette gigantesque enquête, la révélation, en avril 2015, par l’ASN de la présence d’anomalies sur la cuve et le couvercle de l’EPR de Flamanville (Manche), la nouvelle génération de réacteur nucléaire en cours de construction. Leur taux de carbone est supérieur à la normale.

En avril 2016, nouveau coup de tonnerre. Dans les bureaux de l’usine de Saône-et-Loire, les enquêteurs découvrent des dossiers barrés de deux petits traits noirs, un code signalant que ces documents contiennent des informations qu’il ne faut pas divulguer à l’extérieur. L’analyse de ces 400 dossiers, dont une centaine concernent EDF, montrera notamment que des tests de qualité ont été falsifiés. Le rapport confidentiel sur la forge du Creusot commandé en juin 2016 par Emmanuel Macron lorsqu’il était ministre de l’Économie est cinglant : perte de compétence, sous-effectif, absence de culture de la performance ou encore pression du management pour « cacher les mauvaises nouvelles », dénonce son auteur Yves Bréchet, haut-commissaire à l’énergie atomique.

Depuis, l’ASN a signalé l’affaire à la justice tandis que plusieurs ONG, comme Greenpeace, ont porté plainte notamment pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui et usage de faux. « Quand Boeing ou Samsung ont un problème sur un appareil, ils le rappellent. Dans le nucléaire, on fait comme si ce n’était pas grave alors que nos centrales sont vieilles, s’inquiète Cyrille Cormier, en charge des questions d’énergie chez Greenpeace. Et que font nos politiques ? Personne ne réagit. » L’audit d’EDF sur les pièces forgées au Creusot doit se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2018.

Le Parisien

http://www.leparisien.fr/economie/anomalies-en-serie-dans-les-centrales-nucleaires-15-09-2017-7261659.php