Oct 06

STRASBOURG: DES DÉCHETS RADIOACTIFS NON SIGNALÉS DÉCOUVERTS DANS UNE ENTREPRISE DU PORT

StrasbourgUne contamination du sol et un stockage de pièces radioactives, qui n’avaient pas été déclarées, ont été constatés dans une entreprise strasbourgeoise de recyclage de métaux..

Un signalement a mené, mardi, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) à la découverte de déchets radioactifs au port de Strasbourg.

Une contamination localisée du sol et, un peu plus loin, un dépôt de matériaux radioactifs « sous bâche dans un état sommairement sécurisé » ont été constatés dans une entreprise de recyclage de métaux, indique Pierre Blois, chef de la division strasbourgeoise de l’ASN. Confirmant une information révélée par les Dernières nouvelles d’Alsace. « Nous sommes en train d’investiguer, d’instruire, pour voir la suite à donner », poursuit-il.

Depuis plusieurs mois sur le site

Ces déchets « auraient dû être portés à connaissance de l’administration quand ils sont rentrés sur le site ». Ce qui n’a, du coup, pas été fait. Selon l’ASN, cela fait au moins six mois qu’ils se trouvent sur le site strasbourgeois, pourtant classé et qui fait l’objet des visites de contrôle.

L’exploitant explique qu’il s’agirait de tubes d’échangeurs de chaleur de géothermie profonde. « Une explication plausible », répond Pierre Blois estimant que l’exploitant savait que ce matériel était radioactif puisqu’il l’avait bâché et entouré de barrières de sécurité. Soit la procédure de sécurisation à suivre avec des déchets radioactifs.

Les mesures d’environ 10 microsievert par heure au niveau du sol et de 6 à 7 autour de la bâche sont relayées dans les Dernières nouvelles d’Alsace. Sachant que la limite d’exposition du public est de 1 millisievert par an en dehors des expositions médicales et naturelles.

« Les mesures sont à prendre avec précaution. Les chiffres nécessitent des investigations », tempère le chef de la division strasbourgeoise de l’ASN, qui évoque « l’absence de risque pour le voisinage ».

La question de la traçabilité

Les services de l’ASN et de la Dreal, accompagnés notamment des pompiers du Sdis67, se rendront à nouveau sur le site ce vendredi pour de nouvelles mesures. Et progresser sur la question de l’origine des déchets.

La traçabilité de ces déchets, leur caractérisation, reste une question primordiale pour l’ASN. « On ne sait pas quel est cet équipement, d’où il vient, pourquoi il peut être utilisé, liste Pierre Blois. Ce que l’on sait, c’est ce qu’on a vu mardi. » De son aveu, ce genre de situation n’est pas commun.

Les suites administratives devront ensuite être affinées juridiquement. L’ASN, en cas de délit, en informera le procureur de la République. Ce dernier décidera des suites à donner.

http://www.20minutes.fr/strasbourg/2145395-20171005-strasbourg-dechets-radioactifs-non-signales-decouverts-entreprise-port