JAPON ET FUKUSHIMA : SANS SURPRISE, LE GOUVERNEMENT CHOISIT LE REJET EN MER POUR L’EAU CONTAMINÉE

Sans surprise, le gouvernement japonais a choisi le rejet en mer pour l’eau contaminée accumulée depuis 10 ans dans des cuves à la centrale de Fukushima daï-ichi. Cela faisait quelques mois voire des années qu’il procrastinait.

Comme nous le rappelions dans notre bilan chiffré publié à l’occasion du dixième anniversaire de la catastrophe nucléaire, TEPCo a accumulé plus d’1,2 million de mètres cube et le stock augmente chaque jour. La place devrait commencer à manquer sur le site de la centrale en 2022. Et comme il faut 2 ans pour construire une installation de rejet et instruire le dossier d’autorisation, le calendrier est tendu.

À l’origine, les autorités voulaient laisser passer les Jeux olympiques, mais ils ont été reportés d’un an. Il y a surtout les difficultés internes puisque l’opposition au rejet est très forte localement. Aussi bien les coopératives de pêche que les élus locaux sont contre. En juin 2020, 17 communes de Fukushima avaient aussi pris position contre, tout comme l’industrie de la pêche. Même Baskut Tuncak, rapporteur spécial de l’ONU depuis 2014 sur les implications pour les droits humains de la gestion et de l’élimination écologiquement correcte des substances et déchets dangereux, s’en est mêlé dans une tribune. Lors de la consultation publique, 4 011 avis ont été déposés et quasiment tous étaient opposés au rejet. 

Cette eau aurait dû être décontaminée par la station de traitement ALPS qui filtre 62 radioéléments, mais TEPCo a mal travaillé et 72% du stock a une concentration résiduelle qui dépasse les autorisations de rejet en mer. Ce n’est qu’en septembre 2018 que la compagnie l’a reconnu, lors de réunions publiques pour expliquer… le rejet en mer. Depuis, la compagnie s’est engagée à reprendre de traitement de cette eau de façon à avoir une contamination résiduelle pour ces 62 radioéléments dans les limites autorisées. Les premiers tests effectués à l’automne 2020 étaient concluants, mais ne concernaient qu’un tout petit volume. Combien de temps il faudra pour tout reprendre ? Pas de communication sur le sujet.

Officiellement, après un traitement correct, il ne resterait plus que du tritium, de l’hydrogène radioactif qui est très difficile à filtrer puisqu’il entre dans la composition de la molécule d’eau. Dans les faits, il y a d’autres radioéléments dans cette eau qui ne sont pas filtrés et qui seront rejetés, comme TEPCo l’a reconnu très récemment : c’est le cas notamment du carbone-14 et du technétium-99. Ils seront rajoutés au bilan des éléments rejetés pour vérifier la conformité avec les autorisations de rejet.

En ce qui concerne le tritium, qui est le radioélément le plus abondant dans l’eau après traitement, le stock s’élèverait à 860 TBq dans les cuves ce qui est largement plus que la limite annuelle de rejet fixée à 22 TBq. TEPCo veut donc étaler ses rejets sur une trentaine d’années pour respecter cette limite. Il y a encore du tritium dans les combustibles usés et dans les sous-sols des réacteurs. Le rejet pourrait donc prendre plus longtemps. Un des arguments avancés pour le rejet en mer est la fragilité des cuves en cas de séisme, mais même avec rejet, il faudra qu’elles tiennent des décennies. 

À titre de comparaison, l’autorisation de rejet en mer de l’usine Orano de La Hague est, pour le seul tritium, de 18 500 TBq et les rejets effectifs de ces dernières années variaient entre 11 600 et 13 400 TBq par an. Le stock dans les cuves représente environ un mois de rejet à La Hague… Le Japon ne pouvait pas reculer sur le rejet en mer, car il veut toujours démarrer sa propre usine de retraitement, à Rokkashô-mura, même si elle a déjà accumulé 25 années de retard. La valeur cible pour les rejets en tritium y est de 9 700 TBq par an (source).

À noter que la limite de 22 TBq/an pour les rejets en mer à Fukushima est inférieure à l’autorisation de rejet des installations françaises le long de la Loire. Pour Chinon, par exemple, la limite de rejet dans le fleuve est de 80 TBq/an (source). Et ce tritium se retrouve dans l’eau du robinet en aval, comme l’a montré l’ACRO

Par ailleurs, la concentration moyenne en tritium dans les cuves est de 730 000 Bq/L et dépasse donc la concentration maximale autorisée pour les rejets en mer, qui est de 60 000 Bq/L. TEPCo va donc diluer cette eau avant rejet de façon à avoir une concentration inférieure à 1 500 Bq/L. C’est cette limite qui est utilisée actuellement pour l’eau des nappes phréatiques car le tritium n’est pas le seul radioélément contaminant.

La contamination résiduelle avant rejet n’est pas bien connue et aucun contrôle indépendant n’est prévu pour le moment. Aucune étude d’impact détaillée du rejet n’a été produite en dix ans et encore moins discutée. Il faut croire TEPCo et les autorités sur parole. La défiance de la population et des pêcheurs est donc légitime. Le communiqué de TEPCo sur la décision gouvernementale est un modèle de langue de bois qui ne répond à aucune des inquiétudes. Le seul impact négatif reconnu est sur la réputation (les fameuses “rumeurs néfastes) que la compagnie s’engage à indemniser… Mettre en ligne une photo de l’eau décontaminée ne suffira pas !

Publié le 13 avril 2021

https://fukushima.eu.org/category/non-classe/