Déc 28

NARBONE MALVÉSI : LES OPPOSANTS AU TDN EN APPELLENT À LA PRÉSIDENTE DE LA RÉGION CAROLE DELGA

Début novembre, le préfet de l’Aude annonçait la signature prochaine de l’arrêté autorisant Areva à installer une unité de traitement des déchets nitratés (TDN) sur son site de Malvési. Une décision mettant fin à un long suspense, nourri par l’opposition de plusieurs collectifs du Narbonnais dans les mois précédents, et accompagnée de plusieurs contraintes, notamment la création d’un dispositif de sécurité renforcé autour de ce site classé Seveso et Installation nucléaire de base (INB).

Le «vœu » de la région

Mais ces préconisations n’allaient pas apaiser les inquiétudes des opposants, qui relancent aujourd’hui leur combat par une lettre ouverte commune (*), adressée à la présidente de la Région, Carole Delga, en qui ils voient un soutien de poids.

Car quelques mois avant la décision du représentant de l’État dans l’Aude, la présidente d’Occitanie avait fait adopter, le 30 juin, au cours d’une assemblée plénière, une motion «pour un moratoire de suspension de l’installation » du projet TDN.

Un texte adopté par une large majorité (122 voix pour et 15 contre, N.D.L.R.) qui soulignait que les conseillers sont «favorables au traitement de ces déchets et à leur élimination (…) à condition que ce traitement ne soit pas la cause d’une pollution augmentée ». Une position de principe, accompagnée cependant d’une ligne politique claire : «Il est indispensable d’aborder les conditions de la fermeture du site de Malvési, sans tabous ni préjugés ».

Référendum… et recours juridiques ?

Par ce texte, la Région exprimait également de «fortes inquiétudes quant au procédé retenu par Areva (…) qui n’a jamais été expérimenté en grandeur nature ». Prônant «la mise en place de solutions alternatives », les élus demandaient «au ministre de la Transition écologique » qu’un moratoire de suspension sur l’installation soit établi. Après cet engagement, c’est tout naturellement que les associatifs opposés au projet TDN se sont à nouveau tournés vers la présidente de région, avec ce courrier daté d’hier, mardi 26 décembre. Une missive dans laquelle ils reviennent sur le dossier, regrettant que le projet ait été «autorisé en dépit du principe de précaution» et «malgré les travaux d’éminents professeurs de la Région, qui ont tous dénoncé les risques sanitaires et environnementaux », là où, en novembre, le préfet estimait que cette autorisation n’était «pas le fait du prince mais le résultat d’une démarche administrative et scientifique suivie avec rigueur » (notre édition du 9 novembre).

Aussi en appellent-ils à Carole Delga pour qu’elle se saisisse «du dossier le plus rapidement possible » en proposant «un référendum d’initiative locale pour soumettre à l’approbation des citoyens la question de l’implantation de cette installation ». Un appel formulé en exprimant également la volonté d’entamer «des procédures de recours juridiques auprès du tribunal administratif de Montpellier ».

Nul doute que, cette année encore, la question du projet porté par Areva à Malvési risque d’être au cœur de l’actualité politique du Narbonnais… et de la Région.

https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/28/2712358-malvesi-les-opposants-au-tdn-en-appellent-a-c-delga.html