Août 10

LA CORÉE DU NORD S’ACCROCHERA À SON SAVOIR-FAIRE NUCLÉAIRE EN CAS D’«HOSTILITÉ» AMÉRICAINE

SÉOUL, 10 août (Yonhap) — Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho a déclaré que son pays chercherait à conserver son savoir-faire en matière de nucléaire pour faire face à la poursuite éventuelle de la «politique hostile» des États-Unis à l’égard de Pyongyang, selon des médias iraniens.

Ri a tenu ces propos lors de son voyage de trois jours en Iran qui a débuté mardi, selon les médias.

«Comme nous savons que les États-Unis n’abandonneront pas leur politique d’hostilité à notre encontre, nous conserverons notre savoir-faire nucléaire», a-t-il déclaré lors d’une réunion avec Ali Larijani, président du Parlement iranien, selon les médias.

«Il est difficile de négocier avec les États-Unis», a-t-il ajouté. «Dans le but de réaliser notre grand objectif de dénucléarisation de la péninsule coréenne, les États-Unis doivent tenir leur promesse mais ils ont refusé de le faire

Ses déclarations sont intervenues sur fond d’inquiétudes croissantes sur l’impasse du processus de dénucléarisation «complète» convenue par leurs dirigeants lors de leur sommet historique à Singapour de juin dernier.

Les deux pays s’accusent mutuellement de traîner dans la mise en œuvre de l’accord.

Les États-Unis appellent le Nord à accélérer son processus de dénucléarisation alors que le Nord parle de «demandes de gangster» sans prendre de mesures correspondantes.

Hier, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a publié un communiqué blâmant Washington de faire une «demande unilatérale» malgré des mesures «pratiques» prises par le Nord telles que la suspension des tests nucléaires et de missiles, le démantèlement d’un site d’essais nucléaires et le rapatriement des restes de soldats américains tués pendant la guerre de Corée (1950-1953).

Le Nord a réaffirmé son engagement de respecter l’esprit de l’accord conclu entre leurs dirigeants en juin avant d’appeler les États-Unis à répondre d’une «manière correspondante».

Ri semble toutefois adopter une position plus conciliante vis-à-vis de la Corée du Sud en notant que le maintien de bonnes relations avec le Sud aidera à assurer la sécurité qui, selon lui, sera importante pour le plan de développement économique du Nord.

Son déplacement en Iran a attiré l’attention comme il a eu lieu au moment où les États-Unis ont réimposé des sanctions contre Téhéran après s’être retirés en mai dernier de l’accord nucléaire de 2015.

Le journal nord-coréen Rodong Sinmun a rapporté aujourd’hui son voyage en Iran en déclarant qu’il a discuté avec des hauts officiels iraniens, dont le président iranien Hassan Rohani, des moyens d’approfondir leurs relations bilatérales. Il n’a cependant pas mentionné de discussions sur le sujet nucléaire.

lsr@yna.co.kr

http://french.yonhapnews.co.kr/news/2018/08/10/0200000000AFR20180810000900884.HTML