Nov 29

COMMENT TRUMP VEND L’ATOME À L’ARABIE SAOUDITE

L’administration américaine négocie depuis 2017 avec Riyad la fourniture de réacteurs nucléaires, qui pourraient aboutir à la fabrication de la bombe atomique.

Le président américain Donald Trump, se vantant de l’étendue des ventes américaines d’armes à l’Arabie saoudite, en recevant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, dans le Bureau ovale, le 20 mars 2018. 

Pour justifier ses hésitations à incriminer le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS), soupçonné par la CIA d’avoir commandité l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, Donald Trump n’hésite pas à mentionner les 110 milliards de contrats d’armes que les États-Unis ont conclus avec l’Arabie saoudite en 2017. Selon le président américain, ces signatures représenteraient la création de près d’un million d’emplois. Pourtant, les experts s’accordent à dire que, pour l’heure, seuls 14,5 milliards de dollars de contrats auraient été effectivement signés entre Riyad et Washington, ce qui n’a abouti, pour l’instant, qu’à 500 nouveaux emplois américains.

Cependant, il existe un tout autre aspect de la relation stratégique américano-saoudienne que le pensionnaire de la Maison-Blanche s’est bien gardé d’évoquer au cours des dernières semaines. D’après le New York Times , l’administration Trump serait en négociation avec l’Arabie saoudite pour lui vendre des réacteurs nucléaires. Conduites depuis 2017 par le département américain de l’Énergie, ainsi que le département d’État, les discussions porteraient sur un montant avoisinant 80 milliards de dollars (65 milliards d’euros).

16 réacteurs nucléaires

« Un réacteur nucléaire produit du combustible qui est ensuite introduit dans des centrifugeuses afin d’être enrichi à 3 ou 3,5 % dans un but civil », explique au Point François Géré, président de l’Institut français d’analyse stratégique (Ifas) et expert de la question du nucléaire. « Pour ce faire, il est nécessaire de développer toute une industrie nucléaire civile, ou alors d’acheter clé en main l’ensemble du complexe – réacteur nucléaire et usine d’enrichissement d’uranium – qu’il ne reste plus qu’à faire tourner. Cette dernière solution est la plus rapide, commode et onéreuse, et il semble que c’est celle-ci qui ait été choisie par l’Arabie saoudite. »

Le 5 novembre dernier, le prince héritier saoudien a posé en grande pompe, à la Cité des sciences de Riyad, la première pierre du premier réacteur de recherche nucléaire du royaume. Selon l’agence de presse officielle SPA, seize réacteurs sont prévus au cours des deux prochaines décennies. Afin de prévenir la fin annoncée des hydrocarbures, et face aux besoins grandissants de sa population de 30 millions d’habitants – dont 20 millions de Saoudiens et 10 millions d’expatriés –, le royaume al-Saoud entend diversifier ses sources d’énergie, qui reposent pour l’heure principalement sur le pétrole et le gaz naturel.

Négociations secrètes

Cette « politique nationale sur le programme de l’énergie atomique » a été officiellement approuvée par le gouvernement saoudien en mars dernier. Riyad projette de commencer la construction de ses premiers réacteurs dès l’année prochaine, pour une mise en service en 2027. À terme, la pétromonarchie souhaiterait produire 17,6 gigawatts d’électricité d’ici à 2040, soit 10 % de la production nationale, ce qui en fait un des programmes nucléaires les plus ambitieux au monde.

D’après le New York Times, la construction des deux premiers réacteurs serait confiée à la firme américaine Westinghouse, qui opérerait sur place par le biais d’entreprises sud-coréennes. Secrètes, les négociations sont conduites par le secrétaire d’État à l’Énergie Rick Perry, qui s’est rendu à Riyad fin 2017, affirme le quotidien américain. En février dernier, il était à Londres pour discuter d’un accord de non-prolifération nucléaire de type 1-2-3, sur le modèle de ceux qui ont déjà été conclus avec la Corée du Sud, l’Inde et les Émirats arabes unis. Il prévoit la fourniture à l’Arabie saoudite de combustible sur une durée de dix à quinze ans. Mais problème : les Saoudiens ont d’ores et déjà refusé.

Enrichissement d’uranium

Le ministre saoudien de l’Énergie, Khalid al-Falih, a indiqué que le royaume al-Saoud souhaitait enrichir lui-même l’uranium, qu’il possède dans son sous-sol, alors qu’il lui coûterait moins cher d’importer le combustible depuis l’extérieur. « Il ne serait pas naturel pour nous de faire venir de l’uranium enrichi depuis un pays étranger », a-t-il déclaré en mars à l’agence de presse Reuters. À faible niveau d’enrichissement (3,5 %), ce procédé permet de produire le combustible nécessaire pour fabriquer de l’électricité ou pour la production d’isotopes médicaux, qui servent à diagnostiquer certains cancers. Mais, s’il est enrichi à 90 %, l’uranium peut servir à fabriquer la bombe atomique, ce qui est formellement interdit en vertu du traité de non-prolifération nucléaire (TNP), que l’Arabie saoudite a signé – mais pas ratifié.

C’est justement la découverte d’un programme d’enrichissement d’uranium secret en Iran, en 2002, qui a provoqué la crise du nucléaire iranien, la communauté internationale soupçonnant Téhéran de vouloir se doter de l’arme atomique sous le couvert d’un programme à but civil. Après quatre salves de sanctions onusiennes, une confrontation militaire avec la République islamique a été évitée grâce à la signature, en juillet 2015, d’un accord historique sur le nucléaire iranien , qui a considérablement réduit les capacités d’enrichissement de l’Iran, en échange d’une levée des sanctions contre Téhéran. Depuis, à treize reprises, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a annoncé que l’Iran respectait bien ses engagements.

Comme en Iran

Pourtant, cet accord est plus que jamais menacé en raison du retrait de Donald Trump en mai dernier. Le président américain juge le texte insuffisant (il ne traite pas du programme balistique iranien et des « activités déstabilisatrices » de l’Iran au Moyen-Orient, estime-t-il) et il a prononcé contre Téhéran les sanctions « les plus dures de l’histoire » pour le contraindre à accepter ses conditions.

Mais voilà que des doutes apparaissent aujourd’hui sur la nature purement civile, comme les Saoudiens l’affirment, du futur programme nucléaire de l’Arabie saoudite, pays autrement plus proche des États-Unis, que Donald Trump a qualifié d’« allié inébranlable », en dépit de l’affaire Khashoggi qui a terni son image. D’autant que, selon le New York Times, qui cite des responsables américains, Riyad aurait fait part à Washington de son refus de signer un accord permettant à des agents de l’AIEA de venir inspecter le futur programme nucléaire saoudien, comme le requiert le TNP.

« Si l’Iran développait une bombe nucléaire, nous suivrions sans attendre »

Les déclarations officielles saoudiennes ne font qu’alimenter la suspicion. En mars dernier, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a assuré, dans une interview à la chaîne américaine CBS, que « l’Arabie saoudite ne veut pas acquérir la bombe nucléaire ». Non sans ajouter : « Sans aucun doute, si l’Iran développait une bombe nucléaire, nous suivrions sans attendre. » Un avertissement depuis répété par le ministre saoudien de l’Énergie, ainsi que par son homologue des Affaires étrangères, Adel al-Joubeir. Or l’Arabie saoudite est, avec les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis, l’un des rares pays à dénoncer l’accord sur le nucléaire iranien, dont ils estiment que la durée limitée dans le temps – dix ans – n’écarte pas, à terme, l’éventualité d’une bombe atomique iranienne. Un risque qui pourrait être décuplé si la République islamique venait à quitter à son tour l’accord, et reprenait la totalité de ses activités nucléaires.

Surtout que le pays des Deux Saintes Mosquées n’est pas amateur en matière de nucléaire militaire. C’est en effet l’Arabie saoudite qui a financé l’obtention par le Pakistan de la bombe atomique dans les années 1980. C’est encore Riyad qui, d’après le New York Times, a acheté en 1988 à la Chine des missiles de moyenne portée conçus pour porter des têtes nucléaires, chimiques ou biologiques.

Vers une course à la bombe au Moyen-Orient  ?

« Si les raisons pour lesquelles l’Arabie saoudite souhaite se doter d’une industrie nucléaire posent question, nous sommes encore loin d’une bombe saoudienne », souligne le spécialiste du nucléaire François Géré. « Car l’Arabie saoudite ne dispose aujourd’hui ni des infrastructures ni des compétences humaines (ingénieurs, chimistes, techniciens, ouvriers, NDLR) indispensables à la fabrication de centrifugeuses suffisamment solides pour tourner rapidement et enrichir à un degré supérieur, ce qui ne se trouve pas du jour au lendemain. »

Néanmoins, à l’heure où Donald Trump fait preuve de certaines largesses vis-à-vis de son allié moyen-oriental, englué dans l’affaire Khashoggi, au nom des intérêts commerciaux des États-Unis, nombreux sont ceux qui se demandent si le président américain ne serait pas en train d’ouvrir la voie à une nucléarisation prochaine de l’Arabie saoudite, prélude à une course à la bombe généralisée au Moyen-Orient.

Dans une lettre envoyée fin octobre au pensionnaire de la Maison-Blanche, rapportée par Reuters, cinq influents sénateurs américains, démocrates et républicains, ont exhorté Donald Trump à suspendre les négociations nucléaires en cours avec Riyad, menaçant d’utiliser leur veto dans le cas contraire (ils auraient besoin de la majorité dans les deux chambres). « Les révélations en cours au sujet du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, ainsi que certaines actions saoudiennes relatives au Yémen et au Liban, ont suscité de sérieuses inquiétudes quant à la transparence, la responsabilité et le jugement des dirigeants actuels en Arabie saoudite », écrivent les élus.

Par Armin Arefi, publié le 28/11/2018 à 11h06, modifié le 28/11/2018 à 15h40 – AFP/ MANDEL NGAN

https://www.lepoint.fr/monde/comment-trump-vend-l-atome-a-l-arabie-saoudite-28-11-2018-2274964_24.php