Déc 01

ÉNERGIE ET CLIMAT : LE CHANGEMENT, C’EST PLUS TARD

Extraits :

   …Électricité : obsession du nucléaire et énergies renouvelables mal aimées

L’électricité en France ne représente qu’une faible part des émissions de gaz à effet de serre, mais sa transformation en profondeur s’impose afin de respecter les objectifs de développement des énergies renouvelables à horizon 2020 et 2030 (d’ici là, 40 % de la production d’électricité en France doit être d’origine renouvelable), et de réduire la part du nucléaire (faiblement émetteur de gaz à effet de serre mais générateur de déchets nucléaires et de risques majeurs) à l’horizon 2025, comme la loi de transition énergétique de 2015 l’impose.

Charbon : un écran de fumée

Point positif parmi les annonces faites le 27 novembre, même si cet objectif avait déjà été acté sous le précédent quinquennat et réitéré fin 2017 : Emmanuel Macron a confirmé la fermeture des quatre dernières centrales à charbon d’ici la fin de ce quinquennat. C’est une bonne nouvelle, mais, contrairement à ce que le président français a affirmé, cela ne permettra pas de faire « la moitié du chemin » pour atteindre nos objectifs climatiques : le charbon représente aujourd’hui moins de 2 % des émissions de gaz à effet de serre en France… Il faudra donc faire bien plus, notamment sur les transports et les logements pour parcourir ne serait-ce que la moitié du chemin

Ces annonces sur le charbon servent surtout de chiffon rouge au chef d’État pour justifier un recul flagrant sur tous les autres tableaux, dont le nucléaire. Il est pourtant envisageable de fermer les centrales au charbon et des réacteurs nucléaires, en plus de ceux de Fessenheim, tout en réduisant les émissions de CO2 d’ici à 2025… à condition de mener une politique volontariste en matière d’économie d’énergie, d’efficacité énergétique, de développement des énergies renouvelables et de transports.

Nucléaire : reculer pour mieux sauter… dans le vide

Sur le nucléaire, on est bien loin des décisions historiques annoncées. Emmanuel Macron repousse à 2035 l’échéance pour réduire à 50 % la part d’électricité d’origine nucléaire. Il ne prend aucun engagement sous son propre quinquennat, refusant de fermer avant 2025 (au mieux) des réacteurs autres que ceux, à bout de course, de Fessenheim (en 2020). Au total, le Président dit vouloir fermer 14 réacteurs d’ici à 2035… Ce qui reviendrait à acter la prolongation de 44 réacteurs nucléaires, pourtant déjà vieillissants et mal en point, qui auront alors en moyenne plus de 49 ans d’exploitation au compteur.

Et, cerise sur le gâteau atomique, il envisagerait même de construire de nouveaux réacteurs, malgré le fiasco des EPR, de Flamanville à Hinkley Point, et la dette brute colossale d’EDF (67 milliards d’euros en 2018 !). Ce « plan » ressemble fortement à celui rêvé (et décidé ?) par EDF, qui a d’ailleurs accueilli cette annonce comme une « excellente nouvelle ».

Autrement dit, le gouvernement a de nouveau plié face au lobby du nucléaire, malgré le prix élevé à payer pour les contribuables, en dépit des déchets radioactifs dont on ne sait déjà plus que faire, et au mépris des dangers pour les Français-es et leurs voisins européens qui vivent à proximité de centrales vétustes.

Énergies renouvelables : un potentiel verrouillé

Le chef d’État s’est dit très favorable au développement des énergies renouvelables. Mais il a aussi affirmé qu’il n’y a aucun lien entre part du nucléaire et rythme de développement des énergies renouvelables. Pourtant, si la France accuse un sérieux retard en la matière malgré son énorme potentiel, c’est bien à cause de l’effet « verrou » du nucléaire, dont les coûts gigantesques mettent en péril la santé économique d’EDF et limitent considérablement ses marges de manœuvre pour financer des projets d’énergie renouvelables ambitieux. Verrou qui n’est pas prêt de sauter : avec la fermeture annoncée de seulement six à huit réacteurs d’ici à 2030, il devient plus que difficile d’atteindre l’objectif fixé par la Loi sur la Transition énergétique de produire 40 % de l’électricité à partir d’énergies renouvelables…

Pour lire la totalité de l’article, cliquer sur :

https://www.greenpeace.fr/energie-climat-changement-cest-plus-tard/