JAPON : SCANDALE DE CORRUPTION CHEZ KANSAÏ ELECTRIC

Lors d’une conférence de presse, le directeur de Kansaï Electric (KEPCo) a reconnu que 20 personnes de sa compagnie, dont lui-même et le président, ont reçu pour 320 millions de yens (2,7 millions d’euros) sous forme de dons et de cadeaux de la part d’Eiji Moriyama, ancien maire adjoint de Takahama. Les trois principaux dirigeants de la compagnie (Makoto Yagi, Shigéki Iwané et Hidéki Toyomatsu) auraient reçu, à eux seuls, 180 millions de yens (1,5 million d’euros). KEPCo y exploite une centrale nucléaire. Les dons auraient duré pendant 7 années, entre 2011 et 2018.

Moriyama a été maire adjoint de Takahama de 1977 à 1987 et aurait gardé une forte influence sur la vie politique locale jusqu’à sa mort en mars 2019. Il aurait notamment permis de faire taire les oppositions locales au nucléaire. Car, à la même époque, de 1974 à 1985, KEPCo a mis en service quatre réacteurs nucléaires dans cette commune.

Ce sont les inspecteurs des impôts qui auraient découvert les malversations, en contrôlant une grande compagnie de construction qui a travaillé pour KEPCo. Elle aurait eu pour 2,5 milliards de yens de contrats entre 2015 et 2018 (21 millions d’euros). M. Moriyama aurait reçu environ 300 millions de yens de cette compagnie en échange de son aide pour être sélectionnée, sans les déclarer aux impôts. Il aurait aussi subi un contrôle fiscal juste avant sa mort. M. Moriyama aurait alors déclaré au fisc avoir donné l’argent à des cadres de KEPCo pour les remercier d’avoir aidé la ville en y installant une centrale nucléaire. Mais le directeur de KEPCo a démenti que cette compagnie de construction était la source.

Le directeur de KEPCo, Shigéki Iwané, a déclaré lors de la conférence de presse, que les membres de sa compagnie ont payé des impôts sur ces dons… Et d’ajouter, sans vergogne : “nous avons essayé de refuser l’argent ou demandé à le rendre, mais c’est devenu difficile parce qu’il a fermement rejeté de telles tentatives. Nous avons temporairement gardé l’argent sous le contrôle de chaque individu en attendant l’occasion de le rendre.” Les dirigeants ont retourné la partie de l’argent et des biens qui dépassait le niveau maximum jugé acceptable par le bon sens, après les avoir gardés temporairement, a dit M. IwanéLe directeur de KEPCo a aussi affirmé vouloir garder son poste pour lutter contre ce genre de pratiques.

Les réacteurs 3 et 4 de Takahama sont actuellement en service et sont autorisés à consommer du MOx.

Depuis ce scandale, il est apparu que la compagnie de construction, Yoshida Kaihatsu, basée à Takahama, avait pour 350 millions de yens (3 millions d’euros) de contrats dans le nucléaire en 2013, pour 2,1 milliards de yens (18 millions d’euros) en 2018, soit 6 fois plus ! Quant au Président de la compagnie, Makoto Yagi, il a reconnu avoir aussi reçu des cadeaux et de l’argent entre 2006 et 2010, quand il n’était alors que dans la division nucléaire. Il n’aurait rien reçu depuis qu’il est devenu président, en juin 2010.

Publié dans ACROnique de Fukushima le 28 septembre 2019

https://fukushima.eu.org/category/non-classe/