ICAN PARIS FORUM – PREMIÈRE JOURNÉE : « LA LUMIÈRE DANS LES TEMPS SOMBRES »

ICAN PARIS FORUM – Comment interdire les armes nucléaires et créer une mobilisation citoyenne ?

« Les 14 et 15 février 2020, la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires (ICAN) et ICAN France ont invité militants, étudiants et toute autre personne voulant changer le monde à se réunir à Paris pour s’informer et échanger à propos de comment construire un mouvement, faire changer les politiques et devenir militant. » (paris.icanw.org)

La journée du vendredi 14 février a été rythmée par des conversations entre militants, des ateliers, des sessions thématiques.                       

VOICI UNE DESCRIPTION :

Ouverture

Beatrice Fihn, ICAN et Jean-Marie Collin, ICAN-France ont ouvert le forum en soulignant la participation de plus de 1000 personnes, beaucoup de jeunes, ainsi que l’importance de la tentative.

Lors de cette introduction, ils ont souligné que lorsqu’on lance une campagne ou une action, on  démarre des tentatives dont on ne sait pas si elles vont aboutir ou non. Et bien sûr, quoi qu’il arrive, il est nécessaire de recommencer ensuite avec de nouvelles tentatives. Continuer à agir.

 La lumière dans les Temps Sombres

Setsuko Thurlow – survivante de la bombe d’Hiroshima – et Leona Morgan – organisatrice communautaire indigène de la Nation Navajo – ont présenté leur combat et affirmé l’importance de ne jamais abandonner la lutte pour un monde meilleur.

Setsuko a témoigné d’une étape clé de son processus de militance quand elle a ressenti profondément la responsabilité morale de témoigner de son expérience et de s’exprimer en tant que survivante, face au développement du programme nucléaire états-unien. C’était il y a 56 ans, en 1964.

Leona a raconté ses activités de résistance dans la réserve Navajo située en Arizona et au Nouveau-Mexique, aux Etats‑Unis. Elle s’efforce d’apprendre à son peuple l’existence des mines d’uranium (classées secrètes) et comment, à travers les terres indiennes, ce minéral est transporté vers son lieu de traitement.

4 caractères verticaux représentent le nom d’un écolier.

La banderole montre les noms de plus de 300 écoliers, les camarades d’école de Setsuko morts lors de l’explosion nucléaire d’Hiroshima.

Drapeau symbole de la résistance de la Nation Navajo

Moment d’échange entre Leona Morgan (à gauche) et Setsuko Thurlow.

Lire aussi : Entretien avec Setsuko Thurlow, survivante de la bombe d’Hiroshima

Alors, vous voulez changer le monde ?

Cette session plénière a traité de la manière dont on cible et aborde les différents décideurs pour produire un changement. Les panelistes  se sont exprimés sur la façon d’identifier qui influencer et sur les tactiques utilisées pour parvenir à une influence transformatrice. Les militants des mouvements pour la justice raciale, la paix et le climat, ont échangé sur les leçons de leur travail et sur les stratégies possibles.

De gauche à droite. Panélistes : Karlene Griffiths Sekou, Black lives matter (Les vies noires comptent). Fabio Bugelli, Jeunes pour le Climat France. Catherine Killough, Women Cross DMZ. Linnea Håkansson, Fatta. Modératrice : Therese Nordhus Lien, Norwegian Peoples’s Aid.

Lire aussi : Entretien avec Ray Acheson, de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté

Armes nucléaires 101 : Risques, conséquences et solutions

Lors de cette session plénière il a été abordé le thème des armes nucléaires, notamment leur âge : certaines, malgré leur âge avancé,  plusieurs décennies parfois, font peser sur le monde des menaces toujours très réelles.

Ce briefing d’experts a montré combien il y a d’armes nucléaires, ce qu’elles font et pourquoi nous devons nous en débarrasser.

Modérateur : Seth Shelden, ICAN. Panélistes : Julie Tenenbaum, CICR. Alan Robock, Université de Rutgers. Rebecca Johnson, Acronym Institute.

Lire aussi : Entretien avec Carlos Umaña, de l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire IPPNW

Discussion ouverte : Désintoxication du thème de la ‘dissuasion’ et autres mensonges

Cette session interactive a permis d’expliciter comment les personnes installées au pouvoir justifient les armes nucléaires. Ont été passés en revue les arguments militaires, industriels, patriarcaux et néocolonialistes et les moyens de s’y opposer.

Modératrice : Alicia Sanders-Zakre, ICAN. Panélistes : Lovely Umayam, Bombshelltoe. Kjølv Egeland, Université de Paris. Marissa Conway, Centre for Feminist Foreign Policy.

Lire aussi : Entretien avec Ward Wilson, auteur de « Cinq mythes sur les armes nucléaires »

Passons aux choses sérieuses

Cet Atelier interactif a réuni des parlementaires, des maires et des investisseurs pour discuter avec les participants à propos de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas lorsqu’on fait pression sur les décideurs.

Facilitateur : Daniel Högsta, ICAN. Intervenants : Philippe Rio, maire de Grigny. Lisa Clark, Bureau international de la paix. Mounir Satouri, membre du Parlement Européen, France. Leo Hoffmann-Axthelm, ICAN. Maaike Beenes, PAX.

Lire aussi : Entretien avec Susi Snyder, Ne misez pas sur la bombe [Don’t Bank on the Bomb]

 

Le meilleur Art est politique

Des artistes talentueux ont participé à la plénière consacrée à ces leviers du changement qu’ont toujours été l’art et la culture. Ils ont partagé leur vision de l’art comme outil de justice sociale.

Modératrice : Beatrice Fihn, ICAN. Panélistes : Phil Hatcher-Moore, photojournaliste indépendant. Smitri Keshari, artiste en résidence au Théâtre National à Londres et au centre artistique Pioneer Works à New York. Jean-Phillipe Kalonji, résident artistique au Musée d’Art et d’Histoire à Genève. Lovely Umayam, Bombshelltoe.

Par Rédaction Paris, publié le 15 février 2020

Photos : Brigitte Cano / Pressenza

https://www.pressenza.com/fr/2020/02/ican-paris-forum-journee-1-de-2-la-lumiere-dans-les-temps-sombres/