LES ÉTATS-UNIS VEULENT UNE CENTRALE NUCLÉAIRE SUR LA LUNE

Le département de l’Énergie compte y envoyer un réacteur test dès 2026.

Pour savoir si Mars est habitable ou pour la rendre habitable, il faudra que des astronautes s’y installent. Les agences spatiales veulent donc y construire une base, qui devra être alimentée en électricité.

Historiquement, les navettes ont souvent transporté des panneaux solaires: une source d’énergie renouvelable capable de survivre aux dures conditions des voyages spatiaux et des planètes.

À lire aussi : Le prix pour décrocher la Lune en 2024? 35 milliards de dollars

Le problème est que sur Mars, la technologie risque de perdre en efficience: les cratères et les tempêtes de sable peuvent couper tout accès au soleil et plonger les panneaux dans le noir. Quant aux batteries, elles ont une durée de vie limitée et les remplacer serait très compliqué.

Atome extraterrestre

La seule alternative a priori suffisamment puissante et fiable pourrait être un réacteur nucléaire. Mais tout tester directement sur la planète rouge est impossible: pour étudier la faisabilité de la chose, les États-Unis visent donc la Lune.

Depuis le milieu des années 2000 déjà, la NASA effectue des recherches pour parvenir à construire un réacteur capable de délivrer 10 kilowatts d’énergie sur la Lune. Ce projet a connu de nombreux aléas –du côté des investissements ou des prises de décisions politiques– mais en 2018, les équipes sont parvenues à faire fonctionner un prototype de 5 kilowatts.

À lire aussi : Pourquoi la NASA lance le marché de l’eau lunaire

Le projet connaît un regain d’attention alors que, fin juillet 2020, le département de l’Énergie américain a lancé un appel d’offre, chargeant le Laboratoire national de l’Idaho de trouver un système de surface permettant aux humains de vivre pendant de longues périodes dans l’espace grâce à la fission de l’atome.

Ce plan a deux phases: la première est de développer une preuve de concept pour ce réacteur extraterrestre. La seconde d’envoyer une unité de test sur la Lune, ce qui suppose de trouver en parallèle un système capable de transporter cette dernière vers notre satellite. Le tout doit être bouclé d’ici 2026 –soit demain, ou presque.

Repéré par Ophélie Surcouf sur Popular Mechanics, publié le 07/08/2020 à 6h37, mis à jour le 07/08/2020 à 17h09

Photo en titre : Il faudra aux marsonautes une source d’énergie fiable et continue. | Mathew Schwartz via Unsplash

https://korii.slate.fr/tech/etats-unis-centrale-nucleaire-lune-besoins-energie-astronautes-mars-2026

NDLR : Question : s’installer sur la Lune ou sur Mars ; quel intérêt pour l’humanité ? Encore un rêve de technocrate pendant que des centaines de millions d’êtres humains meurent de faim !