CAMEROUN – ARMES NUCLÉAIRES: L’ONG WILPF CAMEROON PLAIDE POUR QUE LE CAMEROUN RATIFIE LE TRAITÉ RELATIF À LEUR INTERDICTION DANS LE MONDE

La ratification dudit traité requiert les signatures de 50 États, et actuellement 40 ont déjà été enregistrées. La section camerounaise de Women’s International League for Peace and Freedom, mène un lobbying auprès des instances nationales afin de susciter la souscription du Cameroun parmi les dix signatures restantes.

La branche camerounaise de l’ONG Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF), et l’ONG Cameroon Youths and Students Forum for Peace (CAMYOSFOP), ont saisi l’opportunité de la commémoration du 75ème anniversaire des catastrophes nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki, ce mois d’août, pour relancer le débat national autour des armes nucléaires. Il s’est agi, au cours d’un atelier tenu le jeudi 6 août 2020 à Yaoundé, de convier les acteurs nationaux à un brainstorming autour du processus de ratification par le Cameroun du Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN).

Ledit traité adopté en 2017, a été négocié en réponse à l’inquiétude croissante de la communauté internationale face aux conséquences humanitaires catastrophiques qui résulteraient de tout recours à l’arme nucléaire. Même si le Cameroun n’a pas encore ratifié ledit traité, il a tout de même mené des actions en faveur du désarmement nucléaire. En 2016, le pays a voté pour la résolution qui a établi le mandat permettant aux États d’entamer les négociations historiques en vue d’instituer un instrument juridiquement contraignant, visant à interdire les armes nucléaires dans l’optique de leur élimination totale.

L’atelier a permis de faire comprendre la question d’arme nucléaire et son impact sur la vie humaine; de montrer les enjeux de la ratification du TIAN par le Cameroun; de présenter le rôle de la société civile camerounaise dans le plaidoyer pour la ratification des traités internationaux; et de présenter les avancées du Cameroun dans le processus de signature et ratification du TIAN.

Le TIAN compte pour l’heure 40 États signataires, et requiert 50 pour parvenir à l’interdiction de l’utilisation et de la fabrication même des armes nucléaires. «En y adhérant, le Cameroun aidera à renforcer la norme mondiale contre l’utilisation et la possession d’armes nucléaires par n’importe quel État et apporter une contribution importante à leur élimination totale. Les armes nucléaires ne peuvent pas être utilisées en conformité avec le droit international humanitaire et doivent faire l’objet d’une interdiction complète fondée sur un traité, à l’instar d’autres armes inhumaines d’emploi aveugle», argumente Armelle Ndongo, Coordonnatrice du programme de désarmement à WILPF Cameroon.

Il importe de préciser que ce plaidoyer est porté au niveau international par Setsuko Thurlow, l’une des survivantes du bombardement d’Hiroshima et prix Nobel de la Paix 2017 avec l’International Campaign to Abolish Nuclear Weapons (ICAN). Elle a d’ailleurs adressé une lettre au Chef de l’État Paul Biya le 18 juin 2020, pour l’exhorter, ainsi que les autres dirigeants du monde, à mesurer le danger que représentent la fabrication et la manipulation des armes nucléaires pour l’humanité.

Par Yannick A. KENNE,  contact@cameroon-info.net, @yanickken39, publié le 10 août 2020 à 9h25

Photo en titre : WILPF Cameroun et CAMYOSFOP, lors de l’atelier du jeudi 6 août 2020 à Yaoundé Yannick Kenné

http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-armes-nucleaires-long-wilpf-cameroon-plaide-pour-que-le-cameroun-ratifie-le-traite-379785.html