BREST : LA PAIX NUCLÉAIRE N’EXISTE PAS ! RASSEMBLEMENT SAMEDI 23 JANVIER 2021

Le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) signé par cinquante États, entre en vigueur le 22 janvier 2021. À cette occasion, la fédération du Finistère de l’Union Démocratique Bretonne (UDB) tient à réaffirmer son attachement à ce que la France renonce à « mettre au point, mettre à l’essai, produire, fabriquer, acquérir, posséder ou stocker des armes nucléaires ou autres dispositifs explosifs nucléaires », comme le définit l’article 1 du traité.

Brest est, au regard de ce traité, une ville symbolique : siège de la Force Océanique Stratégique et cible nucléaire par la présence d’une base atomique dans sa rade, elle est aussi le port par lequel le Président Wilson est venu en France pour exposer ses idées sur la paix et la belle idée de la Société Des Nations.

L’UDB alerte la population du territoire sur :

. Le danger représenté par le stockage à l’Île-Longue d’ogives nucléaires qui la met sous la menace d’une attaque terroriste notamment cybernétique ;

. Le coût exorbitant de cet armement et son opacité pointée par la cour des comptes, alors que l’issue de la pandémie est incertaine, que notre système de santé est en souffrance, le monde de la culture à l’arrêt et que les inégalités se creusent à l’école;

. Le faux consensus et l’absence de débat public qui fragilisent la démocratie au moment même où la Présidente de la Chambre des Représentants des USA s’inquiète que le code permettant de déclencher une attaque nucléaire soit détenu par un seul homme… 

. Le caractère immoral de ces milliards de dollars dépensés dans le monde pour une arme censée ne jamais servir, alors qu’un enfant meurt toutes les 6 secondes de faim, de malnutrition, de pauvreté, et que plus de deux milliards de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable et à l’assainissement ;

. Les risques géopolitiques liés à la prolifération de ces armes, aux tensions générées par les États interventionnistes qui se réservent la possibilité d’effectuer des frappes nucléaires « préventives » ;

L’UDB invite les habitants du pays de Brest à participer nombreux à la manifestation du 23 janvier, à 15 heures, place de la Liberté à Brest, ainsi qu’au rassemblement prévu le vendredi 22 à 11 heures à Carhaix à l’appel du CIAN-29 afin d’exprimer l’urgence de l’abolition des armes nucléaires, ainsi que le devoir pour l’État français d’adhérer au TIAN pour être en conformité avec les valeurs et les principes qu’elle défend au niveau international.

Enfin l’UDB souhaite que la métropole brestoise entame un processus de conversion vers une culture et une économie de paix, seule solution à l’échelle planétaire. Quant à la Ville de Brest, elle s’honorerait en adhérant à l’Appel des villes en faveur du Traité, à l’instar de Paris, Lyon, Carhaix… ainsi qu’au réseau mondial « Maires pour la Paix ».

Fédération UDB du Finistère

Par 7seizh.info, publié le 23 janvier 2021

https://7seizh.info/2021/01/23/brest-la-paix-nucleaire-nexiste-pas-rassemblement-samedi-23-janvier-2021/