FUKUSHIMA : LE TAUX DE MATIÈRES RADIOACTIVES DANS LES PRODUITS HALIEUTIQUES RESTE ÉLEVÉ

Bien que plus de dix ans se soient écoulés depuis l’accident nucléaire de Fukushima survenu suite au tsunami qui a frappé le nord-est du Japon, le taux de matières radioactives détectées dans les produits halieutiques de la région environnante reste 11 fois plus élevé que dans le reste de l’archipel.

Un exemple : dans le corps d’un poisson pêché le mois dernier au large de Fukushima a été identifié du césium dont la concentration était cinq fois celle autorisée par le gouvernement nippon. Néanmoins, ce dernier affirme que les produits agroalimentaires de son pays ne posent pas de problème pour la santé.

Cependant, il en est tout autre, d’après les documents dévoilés par Tokyo. Si l’on en croit des associations écologiques qui les ont analysés, le taux de césium était de 9,2 % dans les produits halieutiques de la région, soit 11 fois plus que dans les autres provinces.

Même chose pour les produits agricoles, dont le taux était de 18 %, 1,5 fois plus important que sur le reste du territoire.

Le gouvernement sud-coréen interdit les importations de produits halieutiques provenant des huit provinces situées aux alentours du lieu de la catastrophe depuis septembre 2013. Et la douane renvoie également tout produit agricole, halieutique ou d’élevage dans lequel est détecté du césium, quelle que soit sa teneur.

Publié le 18 mars 2021 à 11h19, mis à jour le 18 mars 2021 à 13h30

Photo en titre : YONHAP News

http://world.kbs.co.kr/service/news_view.htm?lang=f&Seq_Code=73094

NDLR: l’auteur ne précise pas la nature du pourcentage. Je n’imagine pas que ce soit un pourcentage du poids de l’aliment car pour un poisson de 1 kg, 9,2% équivaudrait à 92 grammes de césium radioactif ce qui serait impensable!