LA CHINE CONSTRUIT TOUJOURS PLUS DE SILOS POUR DES MISSILES NUCLÉAIRES

La République populaire multiplie le nombre de silos sur le territoire chinois. Ces derniers contiennent des missiles nucléaires capables de toucher le territoire américain, ce qui inquiète le Pentagone.

Pékin construit une véritable muraille de Chine souterraine. Afin de rattraper son retard considérable dans le domaine de l’armement nucléaire, le gouvernement de Xi Jinping multiplie la construction de silos sur le territoire chinois. Selon le rapport de la Fédération des scientifiques américains, 16 d’entre eux seront bientôt achevés dans la base militaire de Jilantai, située dans un désert près de la frontière mongole. Ces derniers contiendront des missiles DF-41 capables de toucher une cible à plus de 10.000 kilomètres et des missiles DF-31AG possédant une portée encore plus grande de 14.000 kilomètres. Ces deux types d’engins sont équipés d’ogives nucléaires.

Pour transporter ces armes dévastatrices, la République populaire a bâti un gigantesque réseau souterrain qui s’étend sous l’ensemble du territoire chinois. Cela permet à l’armée chinoise de déplacer son arsenal nucléaire à différents points stratégiques du pays, tout en restant à l’abri de la surveillance des satellites espions américains. Avec cette nouvelle structure logistique, la Chine pourrait répondre à une attaque nucléaire sur son sol, même si ses plus hauts centres de commandement étaient annihilés. En octobre 2020, l’ancien colonel Wang Xiangsui a expliqué que le parti communiste avait mis sur pied ce système par crainte de ne pas pouvoir contre-attaquer en cas d’attaque nucléaire américaine.

Jusqu’à présent, les États-Unis possédaient assez de missiles nucléaires (environ 5.000) pour détruire tous les silos et les centres de commandement chinois et éviter toute riposte atomique sur le sol américain. Ce n’est plus le cas désormais avec ce système de tunnels souterrains qui rend la localisation des armes nucléaires chinoises bien plus difficile, voire impossible. Pékin a depuis réaffirmé que la construction de ces silos a un but purement défensif. Les missiles chinois ne seront lancés qu’après une hypothétique attaque nucléaire américaine.

>> À lire aussi – La Chine dévoile un missile tueur de porte-avions

Pékin doublera son arsenal nucléaire d’ici 2030

Un discours rassurant qui inquiète tout de même le Pentagone. Les hauts gradés de l’US Army estiment que la Chine doublera son arsenal nucléaire qui devrait monter à 600 bombes atomiques d’ici la fin de la décennie. D’autant plus que les officiers américains pensent que le gouvernement de Xi Jinping cherche également à moderniser ses armes balistiques pour les rendre plus rapides et moins aisément détectables. La sécurité des États-Unis serait alors véritablement menacée.

En plus de ses silos, la République populaire possède une autre menace indétectable : des sous-marins équipés de missiles Ju-Lang 3. Ce type d’engin contient plusieurs ogives nucléaires qui peuvent agir de manière indépendante et détruire des cibles différentes une fois libérées dans l’atmosphère. Les ogives seront en effet guidées par la flotte de satellites BeiDou : l’équivalent chinois du GPS. Avec une portée de 10.000 kilomètres, le Ju-Lang 3 pourrait atteindre facilement le territoire de l’oncle Sam. Cette arme flambant neuve fait la fierté de la Chine, au point que le gouvernement a récompensé l’équipe de scientifiques qui a conçu le projet.

Pour compléter sa panoplie nucléaire terrestre et maritime, le gouvernement de Xi Jinping mise aussi sur les airs. L’armée chinoise développe des avions de chasse pouvant larguer des bombes atomiques. Selon le Pentagone, ces aéronefs pourraient être disséminés à divers endroits du globe pour déjouer la surveillance américaine. Ainsi, les hauts gradés américains pensent que Pékin pourrait cacher ses missiles au Pakistan, aux Seychelles, en Angola, en Indonésie ou encore au Sri Lanka.

>> À lire aussi – Pour se protéger de la Chine, les Philippines veulent acheter des missiles indiens

Par Thomas Romanacce, publié le 24/03/2021 à 9h30

Photo en titre : Kyodo News / Getty Images

https://www.capital.fr/economie-politique/la-chine-construit-toujours-plus-de-silos-pour-des-missiles-nucleaires-1397894