« ARMES NUCLÉAIRES : QUEL GASPILLAGE ! »

Défense. « Construire quatre sous-marins lanceurs d’engins est éthiquement condamnable et va coûter 7 milliards par an. »

Le gouvernement a décidé de lancer la construction de quatre sous-marins lanceurs d’engins prévus pour entrer en service à partir de 2035… et ne pas quitter le service actif avant « 2080-2090 ». (O.-F. du 23 février). Soit plus de cinquante ans d’armes nucléaires !

Comme les sous-marins actuels, ils emporteraient des missiles M-51 aux dix têtes nucléaires. Cette décision est éthiquement condamnable et illégale au regard du droit international depuis le 22 janvier 2021.

Et quel gaspillage budgétaire (7 milliards par an pour un équipement militaire qui ne doit pas être utilisé) !

Reconnaissant brièvement que la commande de l’État est « du pain bénit pour Naval Group Cherbourg » (Naval Group est une grosse entreprise privée, leader européen du naval de défense et un acteur majeur dans le monde), l’article s’enthousiasme pour les « 100 millions d’heures » de travail.

Donner du travail en créant des emplois, pour de vrais métiers, avec des compétences professionnelles ! Oui, il le faut.

Mais, alors que depuis trois décennies l’État a laissé s’écrouler des secteurs entiers de l’industrie de notre pays et donc sacrifié des générations de jeunes travailleurs qualifiés, il a choisi d’investir des milliards dans la construction de « prédateurs armés du feu nucléaire ». Non, c’est inacceptable.

Les travailleurs de l’industrie de l’armement avec leurs syndicats ont fait depuis des décennies des propositions concrètes précises de reconversion et de diversification de cette industrie avec conservation des compétences de leurs personnels (autre exemple : Industrie d’armements : comment réussir la reconversion ? par l’ONG Damoclès en 1996).

Par Claude Ruelland, publié par Ouest-France le 8 avril à 05h00  

Photo en titre : « Inacceptable d’investir dans des sous-marins nucléaires. » | AFP

https://www.ouest-france.fr/medias/ouest-france/courrier-des-lecteurs/armes-nucleaires-quel-gaspillage-a1207805-c166-495f-aff6-58bc79faf51d