DANS LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE TRICASTIN, UN PROBLÈME ÉLECTRIQUE A ACCRU LE RISQUE D’ACCIDENT GRAVE

Selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, l’incident détecté en 2019 sur le moteur d’une pompe souligne l’importance de bien mesurer les effets du vieillissement des installations.

C’est un incident d’apparence anodine, mais qui a accru de façon significative le risque d’un accident majeur d’un réacteur du parc nucléaire français, et qui illustre les difficultés associées à son vieillissement. Telle est l’analyse de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), exprimée dans un avis publié fin mars, à propos de la défaillance du moteur d’une pompe survenue dans la centrale de Tricastin, située à cheval entre la Drôme et Vaucluse.

Le 1er septembre 2019, le réacteur numéro 1 de la centrale est à l’arrêt pour effectuer sa « visite des 40 ans », un examen de sûreté approfondi. Un essai révèle alors un défaut électrique sur le moteur de l’une des deux pompes du circuit de refroidissement à l’arrêt. En cas d’accident, c’est ce système qui permet d’évacuer la puissance que continue à produire le réacteur – même une fois qu’il a cessé de fonctionner – et ainsi d’éviter une explosion. Selon les expertises, la défaillance électrique du moteur – qui a depuis été remplacé – est liée au vieillissement prématuré de câbles, qui n’ont pas été montés de façon optimale

Pour évaluer l’importance de cet incident, l’IRSN, le bras technique de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), a mené une étude pour quantifier son effet sur la probabilité d’un risque de fusion du cœur du réacteur, et donc d’un accident grave. « Compte tenu de la présence de cette défaillance avérée, nous avons estimé quelle a été l’augmentation du risque de fusion du cœur au cours de cette période, explique Olivier Dubois, adjoint du directeur de l’expertise de sûreté à l’IRSN. Si l’augmentation de la probabilité est supérieure à 1 pour 1 million, nous considérons que c’est un événement dit “précurseur”, c’est-à-dire significatif en termes de sûreté. Si elle est supérieure à 1 pour 10 000, c’est un événement “précurseur particulièrement important”. Là, l’augmentation se trouve entre les deux. »

« Pas que les composants majeurs »

Une hausse du risque qui nécessite de traiter la défaillance « le plus rapidement possible » et d’y accorder « une attention particulière ». Selon Olivier Dubois, on recense en moyenne entre cinq et dix événements « précurseurs » par an. EDF, qui exploite les centrales nucléaires, était toutefois parvenue à une conclusion différente de l’IRSN : selon ses études, le problème survenu à Tricastin n’était pas susceptible d’accroître le risque d’accident grave.

Lorsque le moteur de la pompe n’a pas fonctionné, le 1er septembre 2019, le combustible ne se trouvait plus dans le cœur du réacteur et l’incident n’a donc eu aucune conséquence. Le réacteur numéro 1 du site de Tricastin était alors le premier des 32 réacteurs les plus anciens du parc à passer sa quatrième visite décennale. Fin février, l’ASN a ouvert la voie à la prolongation de la durée de vie de l’ensemble de ces installations pour une période de dix ans. La réglementation française ne prévoit pas de « durée de vie » maximale de ces tranches, mais une hypothèse de quarante ans de fonctionnement avait été retenue lors de leur conception.

« Le cas de Tricastin est un très bon exemple du fait qu’il n’y a pas que les composants majeurs comme les cuves et les enceintes qui vieillissent et dont l’importance est cruciale pour la sûreté, souligne Olivier Dubois. Les défaillances peuvent aussi venir des câbles électriques, de certaines pompes ou des moteurs. Même si ces éléments sont remplaçables, il faut repérer les défaillances suffisamment tôt et être donc très attentifs aux méthodes de détection. »

Les câbles électriques liés au problème du moteur de Tricastin, partiellement noyés dans le béton et donc invisibles, sont contrôlés de manière électrique. Les derniers examens, réalisés en juillet 2019, n’avaient pas fait apparaître de défaut particulier. Dans un précédent avis rendu en juillet 2020, l’IRSN recommande à EDF d’améliorer ses méthodes de détection des problèmes électriques. En février, l’ASN a donné trois mois à l’exploitant pour lui présenter un calendrier de résorption de ce défaut. L’entreprise assure que les réponses aux demandes du gendarme du nucléaire sont « en cours d’instruction » et qu’elle ne peut communiquer avant leur envoi formel.

Dans un rapport publié lundi 26 avril, le Groupe international d’évaluation des risques nucléaires (International Nuclear Risk Assessment Group), qui compte parmi ses membres l’ancien président de l’autorité de sûreté américaine Gregory Jaczko ou l’ex-directeur général de la sûreté nucléaire allemande Wolfgang Renneberg, affirme que les prolongations de durée de vie et l’exploitation des vieilles centrales accroissent le risque nucléaire en Europe. « Les processus de vieillissement tels que la corrosion, l’usure ou la fragilisation réduisent la qualité des composants, des systèmes et des structures et provoquent des défaillances », écrivent-ils notamment.

Par Perrine Mouterde, publié le 27 avril à 09h44

Photo en titre : Dans la centrale nucléaire du Tricastin, située à cheval entre la Dôme et la Vaucluse, le 27 juin 2019.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/27/dans-la-centrale-nucleaire-de-tricastin-un-probleme-electrique-a-accru-le-risque-d-accident-grave_6078206_3244.html