35 ANS DE TCHERNOBYL : UN COLLECTIF DE FEMMES RÉPOND À L’APPEL DU 26 AVRIL 2021

35 ans après Tchernobyl et l’explosion du réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire ukrainienne le 26 avril 1986, un collectif de femmes du Cotentin a rendu hommage aux victimes de la catastrophe, sur les marches du théâtre de Cherbourg.

Alors que l’on célèbre le 35ème anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, ce collectif d’une quinzaine de femmes manchoises a répondu à l’Appel du 26 avril 2021, repris dans le monde entier : la lecture du prologue de La Supplication, paru en 1997, de Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature en 2015. Il s’agit du témoignage d’une jeune femme parlant de son mari sapeur-pompier, de garde cette nuit-là, un des premier sur les lieux et qui meurt après 14 jours d’agonie.

Pour Evelyn, femme et anti-nucléaire, c’était important de se joindre à ce  »chœur de femmes » a fortiori dans le contexte actuel,  » surtout dans ces temps de confinement, on se rappelle qu’il y a plus grave. Une épidémie c’est une épidémie, le nucléaire c’est irréversible. Le message c’est stop arrêtons tout! « 

Un texte qui a déjà une histoire avec Cherbourg 

En 2006 l’auteur de La Supplication est à Cherbourg, le texte est joué au théâtre de la Butte. Alors que des milliers de personnes sont rassemblées contre l’EPR de Flamanville, c’est le début d’une aventure particulière « la diagonale de Tchernobyl », une troupe de comédiens part de Cherbourg vers Tchernobyl, où le texte est lu pour la 1ere fois devant la centrale. 

Les pompiers étaient partis comme ils étaient, personne ne les avait prévenus. On les avait appelés comme pour un incendie ordinaire

Pour ce 35ème anniversaire, le texte est lu d’une façon sobre par plusieurs voix de femmes dont Françoise. 35 ans après la tragédie, ces mots résonnent pour elle encore de façon très actuelle. « On oublie les conséquences d’un drame comme Tchernobyl, on banalise le nucléaire mais on voit là dans ce texte, par des faits très concrets que c’est toujours présent et que ça peut encore arriver. »

Des mots lus et repris pour ce 35ème anniversaire, à travers plus de 150 manifestations dans le monde

On banalise le nucléaire mas on voit là dans ce texte, par des faits très concrets que c’est toujours présent et que ça peut encore arriver » Françoise © Radio France – Jacqueline FARDEL

35 ans après la catastrophe, le bilan humain ne fait pas consensus. Le comité scientifique de l’ONU (Unscear) ne reconnaît officiellement qu’une trentaine de morts directs chez les opérateurs et pompiers tués par des radiations aiguës juste après l’explosion. L’ONG Greenpeace a évalué en 2006 à 100.000 le nombre de décès provoqués par la catastrophe

Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin, publié le lundi 26 avril 2021 à 18h33

Photo en titre : Un collectif de femmes de la Manche s’est joint à l’appel du 26 Avril 2021 pour célébrer les 35 ans de Tchernobyl © Radio France – Jacqueline FARDEL

https://www.francebleu.fr/infos/environnement/35-ans-de-tchernobyl-un-collectif-de-femmes-repond-a-l-appel-du-26-avril-2021-1619453886