À LANNION, SORTIR DU NUCLÉAIRE DÉNONCE LE SILENCE DE LA PRÉFECTURE

Début avril, Sortir du nucléaire Trégor écrivait aux maires pour qu’ils interpellent les services de l’État à propos du stock de pastilles d’iode en cas d’accident nucléaire. Ceux qui ont répondu affirment n’avoir aucune information en la matière.

En cas de catastrophe nucléaire, estime l’association Sortir du nucléaire Trégor, « la crise des pastilles d’iode sera alors bien pire que celle des masques de la covid et nos pauvres maires seront à nouveau bien démunis ». (Le Télégramme/Claude Prigent)

« Aucune de ces mairies n’a reçu la moindre information de la préfecture ! » L’association Sortir du nucléaire (SDN) Trégor revient à la charge. Début avril, elle adressait une lettre ouverte aux maires du Trégor dans laquelle elle évoquait son inquiétude quant au stock de pastilles d’iode. Ces pastilles protègent la thyroïde en cas d’accident nucléaire. Dans un communiqué publié lundi 3 mai, l’association évoque des « échanges avec certaines mairies : Lannion, Ploulec’h, Ploubezre, Plounérin, St-Quay-Perros, Tréduder… ».

Toujours selon l’association, plusieurs élus ont contacté les services préfectoraux pour obtenir des informations sur les modalités de distribution de ces pastilles en cas d’accident nucléaire (SDN pointe notamment du doigt le site EDF de Flamanville). Les maires en auront la charge.

« Comme d’habitude, on sera au courant une fois que le mal sera fait !… », explique Patrick L’Héréec, maire de Plounérin, cité dans le communiqué. L’association déplore ce qu’elle qualifie de refus d’évoquer le sujet de la part de l’État « afin de ne pas nuire à l’image du nucléaire ». En cas de catastrophe, « la crise des pastilles d’iode sera alors bien pire que celle des masques du covid et nos pauvres maires seront à nouveau bien démunis ».

À lire sur le sujet : À Lannion, Sortir du nucléaire Trégor toujours inquiète pour les pastilles d’iode

Publié le 03 mai 2021 à 16h30

Photo en titre : En cas de catastrophe nucléaire, estime l’association Sortir du nucléaire Trégor, « la crise des pastilles d’iode sera alors bien pire que celle des masques de la covid et nos pauvres maires seront à nouveau bien démunis ». (Le Télégramme/Claude Prigent)

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/a-lannion-sortir-du-nucleaire-denonce-le-silence-de-la-prefecture-03-05-2021-12744026.php