DÉPASSEMENT DE LA MASSE DE MATIÈRE FISSILE AUTORISÉE DANS UN COLIS ENTREPOSÉ DANS L’INB 164, DÉNOMMÉE CEDRA (CADARACHE)

Le 5 mai 2021, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un dépassement de la masse de matière fissile autorisée dans un des colis dits « faiblement irradiants » de 870 litres entreposé dans l’installation Cedra (INB 164) du centre de Cadarache.

L’installation Cedra entrepose des colis de déchets solides produits dans différentes installations nucléaires. (NDLR : CEDRA = Conditionnement et Entreposage de Déchets RAdioactifs)

Le 2 mars 2021, un transport de deux colis de déchets a été réceptionné au Cedra en provenance de l’installation d’entreposage et de conditionnement de déchets alpha (IECDA), située dans l’INBS du centre de Marcoule. Les documents constitutifs du transport des deux colis indiquaient une masse de matière fissile inférieure à la limite de masse de matière fissile autorisée de 200 g par colis dans Cedra. Les deux colis ont donc été acceptés dans l’installation Cedra.

Ces colis de 870 litres sont constitués chacun de quatre fûts primaires de déchets nucléaires, qui ont été compactés et bloqués dans un mortier au sein de l’installation IECDA. Lors de la constitution d’un de ces colis, une substitution fortuite d’un des fûts primaires par un autre fût contenant plus de matière fissile que prévu a entrainé la sous-estimation de la masse totale de matière fissile de ce colis. Cet écart n’a été détecté ni lors des contrôles réalisés à l’issue de la fabrication du colis ni lors des contrôles préalables à la réalisation du transport et à la réception du colis à Cedra.

Cette inversion de fût primaire a été détectée par l’installation IECDA, qui en a informé le chef d’installation de Cedra le 3 mai 2021. La masse totale de matière fissile d’un des deux colis expédiés le 2 mars 2021 est en réalité de 224,1 grammes, dépassant ainsi le seuil autorisé par colis au sein de Cedra.

Les contrôles radiologiques réalisés sur le colis à la suite de l’événement ne montrent pas de contamination surfacique ni d’augmentation du débit de dose ambiant. Une zone d’exclusion a été mise en place au-dessus et autour du colis, le temps pour l’exploitant d’étudier toutes les conséquences de cet écart, notamment du point de vue de la maîtrise des réactions nucléaires en chaîne au sein de l’entreposage.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, compte-tenu du dépassement d’une limite de masse autorisée de matière fissile, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

L’ASN veillera au caractère suffisant des contrôles et de la surveillance réalisés par le CEA sur la qualité des colis reçus au sein de l’installation CEDRA.

Cet événement a donné lieu à deux autres déclarations de la part du CEA :

  • une déclaration à l’ASN concernant le non-respect du certificat d’agrément de l’emballage de transport ayant servi à transporter le colis entre IECDA et Cedra ;
  • une déclaration à l’ASND concernant l’erreur de constitution du colis dans l’installation IECDA de l’INBS de Marcoule.

Par ASN, publié le 12 mai 2021

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Depassement-de-la-masse-de-matiere-fissile-autorisee