DE NOUVEAUX RÉACTEURS? C’EST NON ! MERCI POUR VOTRE SOUTIEN, CONTINUONS L’ACTION ENSEMBLE

Avec les élections régionales, qui arrivent à grands pas, il est important de faire entendre la voix des citoyens.

Toute la France est concernée par ces projets ! La construction de ces 3 paires d’EPR dilapiderait l’argent qui pourrait servir à une vraie transition énergétique. Ils seront vulnérables aux conditions extrêmes (sècheresses, montée des eaux, etc.) qui pourraient devenir de plus en plus fréquentes  dans les décennies à venir et sont hors-jeu pour répondre à l’urgence climatique.

Nous aimerions atteindre le même nombre de signatures que notre pétition contre le projet de Flamanville qui avait atteint plus de 40 000 signataires, voire plus si nous rêvons un peu, et nous savons que c’est possible avec votre soutien !

Aidez-nous en invitant vos proches à signer la pétition contre ces projets insensés :

Par mail : en transférant ce mail et en ajoutant votre touche personnelle (par exemple : Je l’ai signé, à ton tour !)

Pour signer la pétition, rendez-vous sur :

https://www.sortirdunucleaire.org/de-nouveaux-reacteurs-c-est-non

Si chacun d’entre nous, premiers signataires, arrive à faire signer 4 personnes le défi est relevé !

Merci à vous pour l’intérêt que vous portez à notre action.

Par L’équipe du Réseau « Sortir du nucléaire »

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Pétition adressée au Président de la République, au Ministre de l’Économie et des Finances, et à la Ministre de la Transition Écologique :

Un coût initial multiplié par 5, 10 ans de retard au moins, des malfaçons et fraudes à foison… Le réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville est un fiasco. Le bon sens exigerait de s’arrêter là et d’engager maintenant une transition énergétique sans nucléaire.

Pourtant, EDF persiste ! Depuis plusieurs années, elle pousse pour la construction de six nouveaux réacteurs EPR et a même quasiment arrêté les trois sites pressentis : Penly (Seine-Maritime), Gravelines (Nord), tandis que Bugey (Ain) et Tricastin (Drôme) seraient en concurrence pour le troisième.

 Sur le site du Réseau, cliquez sur les sites pressentis pour en savoir plus :

Officiellement, le gouvernement ne prendra de décision qu’en 2023. Dans les faits, il discute étroitement avec EDF pour rendre ce projet possible et lui permettre de bénéficier du soutien financier de l’État. Criblée de dettes, confrontées à des dépenses importantes, EDF n’a pas les moyens de financer seule ces constructions. Ce sont donc nos impôts qui financeraient plus de la moitié de ce projet, sans compter une partie des surcoûts !

Alors que la France peut s’engager vers le 100% renouvelable, il serait aberrant qu’elle se lance dans cette impasse dangereuse, productrice de déchets ingérables, qui gaspillerait des sommes qui feraient défaut à la lutte contre le changement climatique. Prétendre produire de l’électricité « bas-carbone » avec une technologie lente, chère et sujette aux retards est un leurre total. Tant que ces réacteurs seront présents à l’horizon, le gouvernement ne fera pas le nécessaire pour engager le changement de modèle énergétique dont nous avons besoin.

De premières décisions doivent être prises à l’été 2021. Alors que l’industrie nucléaire et ses soutiens politiques font pression pour présenter ces constructions comme inéluctables, faisons-nous entendre et refusons ces projets qu’on veut nous imposer !

TEXTE DE LA PÉTITION

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre de l’Économie et des Finances, Madame la Ministre de la Transition Écologique,

Je souhaite vous exprimer ma profonde préoccupation quant à la volonté d’EDF de construire six nouveaux réacteurs EPR dans les décennies à venir, avec le soutien financier de l’État.

En effet, malgré vos prises de position officielles affirmant qu’une décision sur ce sujet ne serait pas prise avant la mise en service de l’EPR de Flamanville, prévue en 2023, le soutien de l’État à ce projet apparaît déjà acquis. Les documents dévoilés début novembre 2020 par les médias Contexte.com et Reporterre, tout comme l’appel d’offre publié le 14 avril par la DG Trésor, mettent en évidence la volonté du gouvernement d’aider à financer ces constructions sur fonds publics.

Le respect dû aux jeunes générations exigerait de faire le nécessaire pour engager dès maintenant la France dans une transition énergétique ambitieuse pour faire face à l’urgence climatique, en faisant évoluer en profondeur notre système de production et de consommation, en favorisant la sobriété, en encourageant l’efficacité énergétique (notamment par une politique ambitieuse de rénovation des logements) et en développant les énergies renouvelables. A contrario, envisager la construction de nouveaux réacteurs est un non-sens. Comme le montre l’exemple de l’EPR de Flamanville, cela reviendrait à gaspiller des dizaines de milliards d’euros dans une technologie dangereuse, polluante, sujette aux retards et surcoûts, au détriment des vraies solutions.

Je vous exprime donc mon opposition catégorique à la poursuite de ces projets de nouveaux réacteurs. En pleine crise économique, l’argent public n’a pas vocation à venir financer une telle aberration.

Veuillez recevoir, Madame, Messieurs, mes salutations respectueuses.

Par Réseau « Sortir du nucléaire« , 9 rue Dumenge – 69317 Lyon cedex 04, Tél : 04 78 28 29 22

https://www.sortirdunucleaire.org/