CENTRALE NUCLÉAIRE DU TRICASTIN : DÉPASSEMENT DU DÉLAI DE MISE À L’ARRÊT DU RÉACTEUR FIXÉ PAR LES RÈGLES GÉNÉRALES D’EXPLOITATION

Le 13 avril 2021, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au dépassement du délai fixé par les règles générales d’exploitation (RGE) pour procéder à la mise à l’arrêt du réacteur 4 de la centrale nucléaire du Tricastin.

Le 7 avril 2021, le dysfonctionnement d’un tableau électrique a conduit EDF à amorcer la mise à l’arrêt du réacteur 4, en application des consignes de conduite en cas d’incident, figurant au chapitre VI des règles générales d’exploitation (RGE). L’application de ces consignes a conduit à diminuer la pression et la température du réacteur 4 et à utiliser de l’eau borée du réservoir du système de traitement et refroidissement d’eau des piscines (PTR).

Le 8 avril 2021, après avoir restauré l’alimentation normale du tableau électrique défaillant, l’exploitant a interrompu le repli du réacteur tel que permis par les consignes du chapitre VI des RGE. Le fonctionnement normal du réacteur est alors encadré par les spécifications techniques d’exploitation (STE), qui constituent le chapitre III des RGE. Ces dernières prévoient, lorsque le niveau d’eau borée disponible dans le réservoir du système PTR n’est pas à l’attendu, que le réacteur soit ramené en état d’arrêt à froid, connecté au système de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA). EDF a donc repris les opérations de diminution de la pression et de la température du réacteur 4.

Le 9 avril 2021, l’état de repli imposé par les STE a été atteint, 21 heures après avoir repris les opérations de diminution de la pression et de la température, alors que les STE prescrivent une durée maximale de 14 heures pour effectuer ces opérations.

L’ASN a mené une inspection réactive sur cet événement le 21 avril 2021, qui a montré que le non-respect de la durée des opérations de repli s’explique principalement par la réalisation, au cours du repli, d’un essai périodique nécessitant la stabilisation de la pression et de la température ainsi que  par le manque d’anticipation de certaines actions préalables à la mise en service du système de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA).

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ou l’environnement.

En raison du dépassement du délai de repli prescrit par les spécifications techniques d’exploitation du réacteur, l’ASN a classé cet événement au niveau 1 de l’échelle INES.

Publié le 8 juin 2021    

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Depassement-du-delai-de-mise-a-l-arret-du-reacteur-fixe-par-les-RGE