LA RENAISSANCE NUCLÉAIRE DE L’UE EST-ELLE FINANCÉE PAR LES ÉTATS-UNIS ET LA RUSSIE ?

BRUXELLES : La renaissance nucléaire de l’UE est-elle financée par les États-Unis et la Russie ? Depuis maintenant plus d’un an, un combat a lieu à Bruxelles, mené publiquement dans les médias et en coulisses. Bruxelles doit-il accorder au nucléaire un label d’investissement vert ?

Une coalition franco-est européenne de l’énergie nucléaire fait pression pour que la Commission européenne inclue le nucléaire et le gaz dans son acte délégué pour la taxonomie de l’UE, qui est attendu avant la fin de l’année.

La Commission est ainsi confrontée à la pression de la France et d’États comme la Roumanie, la Hongrie, la Pologne et la Bulgarie, qui comptent sur cette source d’électricité à faible teneur en carbone pour remplacer l’énergie du charbon, alors que d’importants flux de financement et de soutien politique de l’extérieur du bloc vers l’Europe de l’Est sont enregistrés.

Des pays comme la Roumanie doivent remplacer leurs centrales électriques au charbon vieillissantes, ce qui devrait être fait avec un mélange d’énergies renouvelables, de centrales nucléaires et de centrales fonctionnant au gaz.

La Roumanie cherche à utiliser les «  technologies les plus adéquates pour garantir la sécurité de l’approvisionnement et l’accès à une énergie abordable  », a expliqué Virgil Popescu, le ministre roumain de l’Énergie, sur Facebook à la suite de la réunion du Conseil du 2 décembre.

Dans cette optique, la Roumanie utilisera de l’énergie «  provenant de sources renouvelables, nucléaires et de gaz naturel  », a-t-il ajouté. C’est devant ces choix structurels que les États-Unis et la Russie voient une occasion de faire pression en faveur de l’énergie nucléaire.

La crise climatique présente « une opportunité de marché pour les technologies de réduction du carbone » telles que l’énergie nucléaire, a déclaré la secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm, en évoquant un marché de 23 000 milliards de dollars d’ici à 2030 aux pays d’Europe centrale et orientale en septembre.

En Hongrie, une extension de 12,5 milliards d’euros de la seule centrale nucléaire du pays, construite par la société d’État russe Rosatom, a été financée par un prêt de 10 milliards d’euros de la Russie, sur la base d’un contrat attribué en 2014.

Alors que la Russie finance le nucléaire par des prêts, les États-Unis distribuent de l’argent sans contrepartie aux États d’Europe de l’Est pour renforcer leur appétit pour le nucléaire via le «  paquet sur l’avenir du nucléaire.  »

Les États-Unis fourniront 2 millions de dollars à la Roumanie et 10 millions de dollars à la Pologne rien qu’avec le Nuclear Futures Package, a déclaré un porte-parole du département d’État américain à EURACTIV.

L’argent sera utilisé pour faire de la Roumanie un «  centre d’éducation et de formation SMR dans la région. » En Pologne, l’argent américain sera dépensé pour «  les travaux de première phase pour le déploiement de six réacteurs  », a déclaré le porte-parole.

En Bulgarie, la holding énergétique nationale (BEH) et l’entreprise américaine Fluor ont signé un protocole d’accord le 1er novembre pour planifier et construire de nouvelles installations nucléaires avec la technologie SMR.

En octobre 2020, la Roumanie a signé un accord de 8 milliards de dollars avec les États-Unis pour construire deux nouveaux réacteurs dans l’unique centrale nucléaire du pays, à Cernavoda. La centrale compte deux réacteurs de 700 MW, qui couvrent ensemble environ un cinquième de la consommation d’électricité du pays.

Au total, la Commission est «  au courant de plusieurs contacts et initiatives du gouvernement américain dans le domaine nucléaire avec un certain nombre de pays d’Europe de l’Est, y compris un certain nombre d’accords intergouvernementaux et/ou de protocoles d’accord signés  », a déclaré un fonctionnaire de la Commission à EURACTIV.

Alors que le porte-parole du département d’État a confirmé les fonds américains pour la Roumanie et la Pologne, il a refusé de révéler si les États-Unis allaient injecter des fonds supplémentaires dans des projets nucléaires dans d’autres pays d’Europe de l’Est.

Il reste à voir dans quelle mesure les États-Unis continuent à s’immiscer dans le mix énergétique des États de l’UE. Cependant, il est clair que la renaissance nucléaire européenne a été en partie financée par les deux grandes puissances nucléaires traditionnelles : la Russie et les États-Unis.

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV.com, Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie, Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

Par le Réseau EURACTIV, traduction par Charles Szumski, publié le 6 décembre 2021

Photo en titre : Des pays comme la Roumanie doivent remplacer leurs centrales électriques au charbon vieillissantes, ce qui devrait être fait avec un mélange d’énergies renouvelables, de centrales nucléaires et de centrales fonctionnant au gaz [Shutterstock/Nadezda Murmakova]

https://www.euractiv.fr/section/lactu-en-capitales/news/la-renaissance-nucleaire-de-lue-est-elle-financee-par-les-etats-unis-et-la-russie%E2%80%89/