« LE NUCLÉAIRE N’EST PAS SÛR, NI BON MARCHÉ ET NI PROPRE » : LA LETTRE DE POLITIQUES JAPONAIS CONTRE LE LABEL « VERT » EUROPÉEN EMBARRASSE TOKYO

La démarche de cinq ex-premiers ministres coïncide avec la plainte déposée contre Tepco, opérateur de la centrale de Fukushima Daiichi, par six habitants de Fukushima, à qui on a diagnostiqué un cancer de la thyroïde entre 2012 et 2018.

Les critiques formulées dans une lettre par cinq anciens premiers ministres japonais contre l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie « verte » européenne irritent le gouvernement nippon, partisan de la relance de la filière de l’atome. L’actuel chef du gouvernement, Fumio Kishida, a qualifié, jeudi 3 février, la missive d’« inappropriée ». Le même jour, Masao Uchibori, gouverneur du département de Fukushima (Nord-Est, théâtre de la catastrophe nucléaire de mars 2011) et proche des autorités, a regretté la mention « incorrecte » disant que « de nombreux enfants [souffraient] de cancers de la thyroïde » à cause de la catastrophe.

Daté du 27 janvier, le courrier adressé à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, est signé par Morihiro Hosokawa (1993-1994), Tomiichi Murayama (1994-1996), Junichiro Koizumi (2001-2006), Yukio Hatoyama (2009-2010) et Naoto Kan (2010-2011). Rappelant les catastrophes de Three Mile Island, aux États-Unis, en mars 1979, de Tchernobyl (Ukraine), en avril 1986, et de Fukushima – à l’origine de l’évacuation de nombreux habitants, de la contamination d’étendues agricoles et donc de cancers de la thyroïde des enfants –, les signataires notent que ces drames ont « prouvé, et ce au prix fort, que le nucléaire n’était pas sûr ».

Au Club des correspondants de la presse étrangère, le même jour à Tokyo, M. Koizumi a ajouté que le drame de Fukushima avait montré que « le nucléaire n’[était] pas sûr, bon marché et propre ». « Il y a suffisamment d’énergies renouvelables pour répondre aux besoins », a renchéri M. Kan, lequel a rappelé l’évacuation envisagée de Tokyo après l’accident. « Si une telle catastrophe se produisait en France, Paris devrait être évacué pendant cinquante, voire cent ans. »

« Procédures de dépistage ultrasensibles »

La démarche des ex-premiers ministres coïncidait avec la plainte déposée contre la Compagnie d’électricité de Tokyo (Tepco, opérateur de Fukushima Daiichi) par six habitants de Fukushima. Agés de 6 à 16 ans en 2011, ils se sont vu diagnostiquer un cancer de la thyroïde entre 2012 et 2018.

L’enquête menée par le département de Fukushima et portant sur 380 000 résidents de moins de18 ans au moment du sinistre a révélé un taux d’occurrence de cancers de la thyroïde à 77 pour 100 000 personnes, plus élevé que le taux habituel de 1 à 2 par million, selon les avocats des plaignants.

En mars 2021, le Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants a attribué cette forte proportion aux « procédures de dépistage ultrasensibles, qui ont révélé la prévalence d’anomalies thyroïdiennes dans la population non détectées auparavant ». Un argument repris par le département de Fukushima.

Ces débats émergent alors que Tokyo poursuit sa politique d’incitation au retour dans les zones évacuées de Fukushima et promeut le nucléaire, considéré par le ministre de l’économie, Koichi Hagiuda, comme « indispensable » pour un approvisionnement stable, « tout en luttant contre le changement climatique ».

Par Philippe Mesmer (Tokyo, correspondance), publié le 04 février 2022 à 12h19, mis à jour à 13h45

Photo en titre : Vue de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, dans la ville d’Okuma (Japon), en février 2021. HIRO KOMAE / AP

https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/02/04/les-critiques-de-cinq-ex-premiers-ministres-nippons-contre-la-politique-nucleaire-europeenne-embarrassent-tokyo_6112332_3234.html