L’ESCALADE IMPRUDENTE DE BIDEN VERS UNE GUERRE NUCLÉAIRE AVEC LA RUSSIE

La décision de l’administration Biden de fournir à l’Ukraine ce que le président lui-même a décrit mardi dans une chronique du New York Times de «systèmes de lance-roquettes de pointe» est une escalade massive de la guerre dont les conséquences pourraient être catastrophiques.

L’affirmation de Biden selon laquelle «nous ne cherchons pas une guerre entre l’OTAN et la Russie» est un mensonge. L’OTAN, qui fournit à l’Ukraine un soutien financier et militaire illimité, est en guerre contre la Russie. Et après avoir pris ce vaste engagement, les États-Unis prennent des mesures imprudentes pour vaincre la Russie.

Biden écrit: «Tant que les États-Unis ou nos alliés ne seront pas attaqués, nous ne serons pas directement engagés dans ce conflit, que ce soit en envoyant des troupes américaines combattre en Ukraine ou en attaquant les forces russes

Mais cette déclaration est contredite par le fait que les États-Unis fournissent à l’Ukraine des armes et un soutien logistique pour attaquer les forces russes, y compris l’assassinat de généraux russes et l’attaque qui a coulé un navire russe.

Biden déclare: «Nous n’encourageons ni ne permettons à l’Ukraine de frapper au-delà de ses frontières.» Mais les États-Unis envoient à l’Ukraine des «systèmes de lance-roquettes de pointe» qui, en fait, encouragent et permettent à l’Ukraine d’attaquer la Russie.

Biden donne à l’Ukraine carte blanche pour utiliser ces armes de la manière qu’elle le juge nécessaire. L’Ukraine prendra des mesures pour provoquer une confrontation militaire entre l’OTAN et la Russie. Frapper la Russie avec des roquettes fournies par les États-Unis permettra d’atteindre cet objectif. La Russie ripostera.

Biden note en passant de manière désinvolte: «Je sais que beaucoup de gens dans le monde sont préoccupés par l’utilisation d’armes nucléaires.» Il écarte ensuite ces préoccupations en rassurant absurdement les lecteurs:

Nous ne voyons actuellement aucune indication que la Russie ait l’intention d’utiliser des armes nucléaires en Ukraine, bien que la rhétorique occasionnelle de la Russie visant à faire l’étalage de sa force nucléaire est en soi dangereuse et extrêmement irresponsable.

Mais qu’est-ce que «la rhétorique occasionnelle de la Russie visant à faire l’étalage de sa force nucléaire» autre qu’une «indication» extrêmement sérieuse d’une «intention d’utiliser des armes nucléaires»? Et si ce n’est pas une telle indication, pourquoi Biden la décrit-elle comme «dangereuse et extrêmement irresponsable»?

Au cours de la crise des missiles cubains de 1962, le président Kennedy a déclaré: «Ce sera la politique de cette nation de considérer tout missile nucléaire lancé depuis Cuba […] comme une attaque de l’Union soviétique contre les États-Unis, nécessitant des représailles totales à l’encontre de l’Union soviétique».

Quelles seront les conséquences si le gouvernement russe adopte la même politique proclamée par Kennedy il y a 60 ans: considérer toute attaque contre la Russie par l’Ukraine, utilisant des roquettes fournies par les États-Unis, comme une attaque des États-Unis contre la Russie, «nécessitant des représailles totales»?

Les actions de l’administration Biden sont si incroyablement imprudentes qu’elles donnent l’impression que les États-Unis sont dirigés par une camarilla instable et folle de guerre qui a perdu contact avec la réalité.

Cette imprudence ne s’explique que par la réaction d’un gouvernement et d’une classe dirigeante fondamentalement déstabilisés par l’intersection de crises intérieures, économiques, politiques et sociales pour lesquelles ils n’ont pas de réponses rationnelles.

Le Financial Times a demandé mardi: «L’Amérique se dirige-t-elle vers la guerre civile?» et a répondu «Un ensemble de livres défendent le point de vue alarmant et convaincant que les voyants d’avertissement clignotent plus rouge qu’à tout moment depuis 1861.»

En 1861, le secrétaire d’État Seward a eu l’idée folle de provoquer la guerre avec la Grande-Bretagne pour arrêter l’éclatement des États-Unis. Lincoln a mis un terme à ce plan idiot. Biden, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas Lincoln, encore moins le chef d’une grande révolution démocratique.

Biden est plutôt le dirigeant épuisé et désorienté d’une puissance impérialiste déchirée par la crise. Un million d’Américains sont morts de la Covid en raison de la priorité accordée par le gouvernement aux profits de la grande entreprise par rapport aux vies. Le niveau de vie est ravagé par l’inflation.

Les flambées quotidiennes de fusillades de masse témoignent de l’état sociopathique de la société américaine. Le seul signe d’une réponse positive à cette crise est la montée du militantisme de la classe ouvrière et l’intensification de la lutte des classes.

Mais c’est l’alternative que l’administration Biden et la cabale réactionnaire qui gouverne les deux partis capitalistes tentent désespérément de réprimer. Ils cherchent donc à détourner toutes les pressions internes qui s’accumulent au sein de la société américaine vers la voie réactionnaire et destructrice de la guerre.

Le Parti de l’égalité socialiste, avec ses camarades du Comité international de la Quatrième Internationale, se bat pour construire un mouvement socialiste dans la classe ouvrière qui arrêtera la guerre en Ukraine et le militarisme impérialiste qui menace le monde d’une catastrophe nucléaire.

Article paru en anglais le 1er juin 2022

Par David North, publié le 2 mai 2022 (Cet article a été initialement publié sous forme de fil de discussion sur Twitter.)

https://www.wsws.org/fr/articles/2022/06/02/guer-j02.html