BELGIQUE ET NUCLÉAIRE: VERS UN « ACCORD DE PRINCIPE » AVEC ENGIE AVANT LE 21 JUILLET

D’après plusieurs sources, le gouvernement s’apprêterait à présenter un « accord de principe » autour de la prolongation du nucléaire avant la fête nationale. Celui-ci servirait de cadre à la suite des négociations avec Engie, avec décembre comme date ultime.

L’horloge tourne, « les négociations avancent bien » selon les uns et « les discussions sont très difficiles » selon les autres, mais il nous revient aujourd’hui qu’il faudra attendre le mois de décembre prochain pour voir un accord définitif avec Engie autour de la prolongation de nos deux réacteurs nucléaires les plus récents.

En attendant, nous apprenons à plusieurs sources – et comme l’avait laissé entendre récemment la ministre de l’Énergie -, que le gouvernement ne partira pas en vacances sans donner aux Belges quelque chose à se mettre sous la dent. Aussi, un « accord de principe » sur la prolongation du nucléaire sera présenté par l’exécutif avant le 21 juillet.

Initialement promis pour le mois de juin, l’accord entre l’opérateur des centrales nucléaires, et le gouvernement belge, représenté par le Premier ministre Alexander De Croo (Open-Vld) et la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Groen), clé de la politique énergétique des dix années à venir, ne verra pas le jour avant la fin de l’été. Et sa mouture définitive ne serait validée qu’en Décembre prochain.

« Cadrer les négociations« 

Loin de la fumée blanche, l' »accord de principe » – une lettre d’intention en réalité – ne porterait ici que sur le principe de la négociation à venir elle-même. Comme répété à de nombreuses reprises depuis près de deux ans, Engie ne voit plus d’intérêt à prolonger deux réacteurs belges et, pour le convaincre, le gouvernement devra satisfaire certaines conditions. Ici, donc, l' »accord de principe » vise à donner un cadre pour les négociations à venir, avec décembre pour date butoir.

En filigranes, on comprend que les discussions ayant eu lieu jusqu’ici n’auraient en réalité eu pour but que de convaincre Engie… à bien vouloir négocier.

Conditions

La ministre de l’Énergie et le Premier l’ont toujours admis, l’exercice est difficile. Dans une lettre adressée à Alexander De Croo, Engie avait d’ailleurs fait part de sa volonté que l’État cofinance la prolongation des réacteurs visés: Doel 4 et Tihange 3. En outre, il nous est revenu régulièrement que la question du « partage des risques«  de la prolongation était cruciale pour l’énergéticien et qu’il était hors de question pour lui qu’il endosse seul la responsabilité du projet.

Lire aussi : Le texte qui oblige Engie à rembourser les provisions nucléaires approuvé en première lecture

En parallèle, l’alimentation par Engie des fonds destinés au démantèlement des centrales et à la gestion du combustible usé – les provisions nucléaires – pourrait bien faire partie des conditions soumises à l’État en vue des négociations à venir. Jusqu’aujourd’hui, Engie a provisionné quelque 14 milliards d’euros pour gérer la fin de vie des centrales.

Les prochaines heures nous diront quelles conditions le gouvernement consentira à étudier dans la seconde partie des négociations. En espérant que le coût de la prolongation reste sous contrôle.

Par Maxime Vande Weyer , publié le 19 juillet à 15h55

Photo en titre : La ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten et le Premier ministre Alexander De Croo sont mandatés par le gouvernement pour négocier avec Engie. ©BELGA

https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/federal/nucleaire-vers-un-accord-de-principe-avec-engie-avant-le-21-juillet/10402644.html