CRUAS-MEYSSE : NON-RESPECT DE LA CONDUITE À TENIR PRÉVUE PAR LES RÈGLES GÉNÉRALES D’EXPLOITATION DU RÉACTEUR 2

Le 2 août 2022, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation (RGE) en cas cumul d’indisponibilités d’équipements de protection du réacteur.

Les RGE sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées. Elles prescrivent notamment les délais maximums de réparation en cas d’indisponibilité des systèmes requis pour assurer la sûreté des réacteurs.

Sur un réacteur à eau sous pression, la réaction nucléaire au sein du cœur est surveillée par un système de mesure, appelé RPN, constitué de quatre capteurs de mesure indépendants situés autour de la cuve. Ce système permet de connaître en continu le niveau et la distribution de puissance le long des assemblages de combustible et autour du cœur.

Les réacteurs sont également équipés d’une série de sondes de températures qui sont situées dans le cœur du réacteur et qui permettent de mesurer la répartition de la puissance dans le cœur.

Le 26 juillet 2022, une panne est survenue sur l’un des quatre capteurs de mesure du système RPN. Le capteur a alors été déclaré indisponible et mis en position sûre, le temps d’intervenir pour traiter la panne. La conduite à tenir préconisée par les RGE a bien été respectée.

Le 27 juillet 2022, alors que l’intervention était en cours, un signal d’alarme est apparu en salle de commande, concernant un capteur de mesure de la répartition de la puissance thermique dans le cœur. Les intervenants ont considéré que ce signal était dû à l’intervention en cours sur le système RPN car celle-ci devait générer des alarmes sur les calculateurs du système de surveillance du cœur du réacteur.

Dans la soirée du 27 juillet 2022, les opérateurs ont identifié que le signal d’alarme sur la mesure de la répartition de la puissance dans le cœur était toujours présent, malgré la fin de l’intervention initiale sur le système RPN. Les investigations conduites à ce moment-là ont mis en évidence que ce signal provenait d’une défaillance, indépendante de la première panne, de la mesure de la répartition de la puissance dans le cœur et qu’il rendait donc partiellement indisponible ce système. Ce capteur a été remis en fonction dans la nuit du 27 au 28 juillet 2022.

Toutefois, en cas d’indisponibilités concomitantes sur les deux systèmes de surveillance de la réaction nucléaire, les RGE imposent un repli du réacteur dans les 8 heures. Or, la 2ème indisponibilité n’ayant été détectée qu’après le traitement de la première, la conduite à tenir n’a pas été respectée.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs. Toutefois, en raison du non-respect des règles générales d’exploitation, cet incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Publié le 08/08/2022

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/non-respect-de-la-conduite-a-tenir-prevue-par-les-regles-generales-d-exploitation-du-reacteur-25