ARME NUCLÉAIRE : 10 QUESTIONS POUR TOUT SAVOIR SUR LA BOMBE ATOMIQUE

Les faits

L’arme nucléaire inquiète depuis sa création, au cours de la Seconde Guerre mondiale. Nombre d’ogives dans le monde, premiers essais, attaques sur le Japon à Hiroshima et Nagasaki : La Croix revient en dix points sur la plus terrible des bombes.

Bombes à fission et bombes à fusion

Il existe deux types d’armes atomiques. La première, la bombe A, utilise l’énergie dégagée par la fission de noyaux d’atomes d’uranium ou de plutonium. Ces noyaux se scindent en entrant en collision et créent des noyaux plus petits, un processus qui dégage de l’énergie.

Le second type d’ogive est la bombe H, ou bombe à hydrogène. Elle a recours à la fusion nucléaire, elle-même déclenchée par l’explosion d’une bombe A. Les noyaux atomiques s’assemblent alors pour former un noyau plus lourd. Ce processus est à l’œuvre dans le Soleil et la plupart des étoiles de l’Univers.

La première bombe atomique

Le premier essai d’une arme nucléaire, appelé Trinity, est réalisé par les Américains au Nouveau-Mexique en juillet 1945. Cette bombe surnommée « Gadget » a été développée par les scientifiques du projet Manhattan travaillant au laboratoire de Los Alamos.

Le nom de code, Trinity, a été choisi par le physicien Robert Oppenheimer, qui dirigeait le laboratoire, en référence à un poème sur la trinité chrétienne.

« Les effets lumineux défièrent toute description. Tout le paysage fut illuminé par une lumière écrasante d’une intensité plusieurs fois supérieure à celle du soleil de midi. Elle était dorée, mauve, violette, grise et bleue », note à l’époque le général Thomas Farrel dans son compte rendu.

► La seule fois où elle a été utilisée

Le seul pays à avoir été la cible de bombardements atomiques est le Japon. Les 6 et 9 août 1945, les États-Unis bombardent Hiroshima puis Nagasaki. Cette attaque fait en tout de 103 000 à 220 000 morts.

Cet acte est également considéré comme un des principaux crimes de guerre des alliés, car il a visé des centres-villes ne comprenant pas d’objectif militaire et a tué presque exclusivement des civils.

En outre, le rôle des bombes, dont on a longtemps dit qu’elles avaient accéléré la capitulation du Japon, est aujourd’hui largement remis en cause. Pour certains historiens, le but était avant tout de démontrer à l’URSS la supériorité militaire américaine conférée par ces nouvelles armes.

► Comment exprime-t-on la puissance d’une arme atomique ?

Sa puissance est exprimée en équivalent de TNT. Par exemple, Fat Boy, larguée sur Nagasaki, a une puissance équivalente à celle de 21 000 à 23 000 tonnes de TNT, ou 21 à 23 kilotonnes.

À lire aussi : Gérard Araud : « La Russie se retrouverait totalement isolée en cas de recours à la bombe »

Des bombes beaucoup plus destructrices ont également été créées. La Tsar Bomba soviétique était aussi puissante que 57 mégatonnes de TNT, c’est-à-dire 57 millions de tonnes. L’ogive TN 75 actuellement dans l’arsenal français aurait une puissance de 110 kilotonnes.

► La Tsar Bomba, la bombe la plus puissante jamais créée

La Tsar Bomba, avec sa charge de 57 mégatonnes, est la bombe la plus puissante jamais créée. Elle explose en octobre 1961 dans l’Arctique soviétique et génère une boule de feu de 2,3 kilomètres de diamètre. L’éclair de l’explosion est visible à plus de 1 000 kilomètres de distance.

► Les pays qui ont l’arme atomique

Les États possédant l’arme nucléaire en accord avec le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires sont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU : les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France et la Chine.

L’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord disposent également d’un arsenal nucléaire, de même qu’Israël. Des pays comme la Belgique, l’Allemagne ou l’Italie abritent des bombes atomiques pour le compte de l’Otan. L’Ukraine, la Biélorussie ou encore l’Afrique du Sud ont renoncé à leur arsenal.

► La Russie et les États-Unis possèdent 90 % des armes dans le monde

D’après l’Arms control association, il existerait aujourd’hui au moins 13 000 armes nucléaires prêtes à l’emploi. Un chiffre impressionnant mais nettement moins important que durant la guerre froide : en 1967, les États-Unis seuls possédaient 31 255 ogives.

Aujourd’hui, ce chiffre est descendu à 5 550. Les Russes affirment quant à eux disposer de 6 257 armes nucléaires. Ces deux pays possèdent ainsi 90 % des ogives nucléaires de l’arsenal mondial. La France n’en compterait que 290, la Chine 350.

► Le mythe du « bouton nucléaire »

Le bouton nucléaire est un mythe tenace. En réalité, le processus conduisant au déclenchement d’une frappe nucléaire s’avère bien plus complexe. Les dispositifs y ressemblant le plus sont des clés qui peuvent être tournées par les officiers déclenchant les tirs de missiles au sol ou à bord d’un sous-marin.

Aux États-Unis, un aide de camp, qui reste toujours à proximité du président, détient une mallette nucléaire. Elle contiendrait les procédures de lancement et des moyens de communication. Comme en France, le système est fait pour que le président puisse engager seul la force nucléaire.

► Des tentatives de défense contre une frappe nucléaire

Certains moyens sont mis en œuvre pour se protéger contre les missiles balistiques, notamment en tentant de les détruire en vol. Les Américains utilisent par exemple le Ground-based interceptor, ou GBI, un missile antibalistique. En plus des États-Unis, la France, Israël, la Chine, Inde et Israël ont développé des systèmes similaires.

La défense antimissile s’appuie sur des capteurs d’alerte avancée et des missiles d’interception. Des projets d’armes laser sont également en développement.

► Sous-marins, avions et missiles balistiques intercontinentaux

Les ogives nucléaires peuvent être acheminées vers leur cible de différentes manières. Certains pays ont fait le choix de les arrimer à des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), capables pour les plus performants de frapper n’importe quel endroit de la planète, lancés depuis le sol.

Les missiles peuvent aussi être tirés depuis les airs ou depuis le fond des mers. Certains pays (dont la France) privilégient ainsi les sous-marins pour lancer leurs ogives nucléaires, car ils sont beaucoup plus difficiles à détecter et à détruire qu’une installation fixe.

Par Léo Durin, publié le 04/10/2022 à 07h39

https://www.la-croix.com/Monde/Arme-nucleaire-10-questions-tout-savoir-bombe-atomique-2022-10-04-1201236071