GUERRE EN UKRAINE : UNE ATTAQUE NUCLÉAIRE RUSSE À KHERSON ? « PAS À EXCLURE » SELON L’AMBASSADEUR UKRAINIEN EN FRANCE

Vadym Omelchenko, l’ambassadeur d’Ukraine à Paris, redoute que la Russie déclenche une « frappe nucléaire tactique sur Kherson » et détruise un barrage qui inonderait de nombreux territoires

Interrogé par Le Parisien, Vadym Omelchenko, l’ambassadeur d’Ukraine à Paris n’a pas fait mystère de ses craintes sur la stratégie militaire de Vladimir Poutine, alors que l’armée russe a essuyé de nombreux revers sur le terrain.

« L’armée russe subit des pertes énormes sur le champ de bataille, un bataillon chaque jour, soit 500 à 800 soldats tués ou blessés. L’offensive ukrainienne au sud les a encerclés, coupés des approvisionnements en munitions. C’est pourquoi ils ont commencé ces bombardements barbares sur nos villes », explique Vadym Omelchenko. Largement mis à mal, l’occupant russe est confronté à une résistance qu’il n’avait pas vu venir. « Voyez ces images de personnes qui sortent leur fusil pour tirer sur les drones ! Les dirigeants russes n’avaient pas mesuré cette mobilisation. »

L’admirable résistance ukrainienne laisse cependant la crainte d’une escalade dans le conflit. Comme si la Russie n’avait déjà plus rien à perdre et se sentait prête à jouer son va-tout, notamment dans la ville stratégique de Kherson.

Lire sur le même sujet : Guerre en Ukraine : « Nous avons peur pour nos vies », les habitants de Kherson appelés à partir immédiatement

Ce samedi, la Russie a appelé les habitants de Kherson à quitter la ville immédiatement. 25 000 personnes auraient déjà été évacuées

« Pour que les soldats russes puissent sortir de Kherson, ils doivent se servir de civils comme boucliers. Cette évacuation peut aussi donner le signal d’un nouveau plan des dirigeants russes. Nous n’excluons pas qu’ils détruisent le barrage de Kakhovka, pour inonder les territoires », détaille l’ambassadeur.

Pire encore, Vadym Omelchenko avoue « ne peut pas exclure la possibilité d’une frappe nucléaire tactique sur Kherson, au moment où les troupes ukrainiennes entreront dans la ville ».

Civils ukrainiens fuyant Kherson pour éviter de servir de boucliers à l’armée russe. STRINGER / AFP

Face à la menace, l’Ukraine veut croire à la solidité du soutien de l’Occident, et notamment de la France. « La position de la France nous satisfait : une position de partenaire à part entière », se félicite l’ambassadeur, qui met en garde contre les influenceurs qui cherchent à retourner l’opinion en faveur de la Russie. « Si vous entendez un expert plaider pour un cessez-le-feu et exhorter l’Ukraine à négocier, sachez que vous avez affaire à ce réseau d’influence russe. Un autre message consiste à dire que la crise économique et la crise énergétique sont étroitement liées à la guerre en Ukraine. Mais tout économiste saura vous expliquer que ces deux choses ne sont pas si corrélées. Enfin, lorsque vous entendez des discours qui cherchent à créer de la division en France, alors cherchez les traces russes. »

Par SudOuest.fr, publié le 23/10/2022 à 11h31, mis à jour le 23/10/2022 à 12h22

Photo en titre : Une vue de la centrale de Kakhovka, dans la région de Kherson, où les Russes pourraient ordonner la destruction d’un barrage hydroélectrique qui inonderait toutes les localités aux alentours © Crédit photo : OLGA MALTSEVA / AFP

https://www.sudouest.fr/international/europe/ukraine/guerre-en-ukraine-une-attaque-nucleaire-a-kherson-pas-a-exclure-selon-l-ambassadeur-ukrainien-en-france-12712368.php