GUERRE EN UKRAINE : LE RISQUE D’INCIDENT NUCLÉAIRE AU PLUS HAUT APRÈS LES BOMBARDEMENTS À LA CENTRALE DE ZAPORIJJIA

Des bombardements ont eu lieu, ces samedi 19 et dimanche 20 novembre à proximité de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine. Kiev et Moscou s’accusent mutuellement. Les niveaux de radiation sur le site sont restés normaux.

« Une fois encore, nous avons eu de la chance qu’un incident nucléaire potentiellement grave ne se produise pas. La prochaine fois, nous n’aurons peut-être pas cette chance. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer qu’il n’y aura pas de prochaine fois« , s’est agacé Rafael Grossi, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), dans un communiqué publié dimanche 20 novembre.

Une douzaine d’explosions ont retenti à proximité des six réacteurs à l’arrêt, ce samedi 19 novembre vers 18 heures puis ce dimanche 20  novembre vers 9 heures. Le risque nucléaire est au plus haut et le souvenir de la catastrophe de Tchernobyl est dans toutes les têtes.

« Les niveaux de radiation sur le site sont restés normaux et aucune victime n’a été signalée« , a toutefois précisé l’ancien ambassadeur d’Argentine en Autriche.

Pas loin de la catastrophe

Il s’en est fallu de peu, ce week-end, pour que le monde assiste à un nouvel incident nucléaire de grande ampleur. Ça ne s’est joué qu’à quelques « mètres«  selon Rafael Grossi. Ce dernier précise par ailleurs que « même s’il n’y a pas eu d’impact direct sur les systèmes clés de sûreté et de sécurité nucléaires de la centrale, les bombardements s’en sont dangereusement approchés. » (Le Monde)

Le directeur de l’AIEA s’est ensuite indigné du comportement des acteurs de cette guerre : « Quiconque tire des obus sur la centrale nucléaire de Zaporijjia prend d’énormes risques et joue avec la vie de nombreuses personnes. »

L’Ukraine et la Russie s’accusent mutuellement

Kiev et Moscou ont rejeté chacun l’un sur l’autre la responsabilité des tirs.

L’énergéticien nucléaire ukrainien Energoatom a déclaré que l’armée russe avait visé la centrale et que les assaillants « ont ciblé et endommagé exactement les infrastructures nécessaires au redémarrage des 5ème et 6ème unités électriques« . Le ministère russe de la Défense, citant un responsable de l’opérateur nucléaire russe Rosenergoatom, détaille que les tirs d’artillerie venaient des lignes ukrainiennes.

Selon RTL, une nouvelle inspection de la centrale devrait avoir lieu ce lundi 21 novembre.

Par Kelman Marti, publié le 21/11/2022 à 07h00, mis à jour à 07h03

Photo en titre : La centrale nucléaire de Zaporijjia. MAXPPP – Dmytro Smolyenko

Pour retrouver cet article ou l’écouter (2mn14s), cliquer sur : https://www.midilibre.fr/2022/11/21/le-risque-dincident-nucleaire-au-plus-haut-apres-les-bombardements-a-la-centrale-de-zaporijjia-10816804.php