AIE : 2 400 GIGAWATTS D’ÉNERGIES RENOUVELABLES SUPPLÉMENTAIRES D’ICI À 2027

La guerre en Ukraine et les tensions d’approvisionnement qu’elle engendre ont conduit à une hausse sans précédent des ambitions sur les ENR à l’échelle mondiale. Au point de rendre possible le respect de la trajectoire climatique de 1,5 °C ?

 « La crise mondiale de l’énergie a déclenché une dynamique sans précédent en faveur des énergies renouvelables, le monde devant ajouter autant d’énergies renouvelables au cours des cinq prochaines années qu’il l’a fait au cours des vingt dernières années », souligne l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans un nouveau rapport, publié le 6 décembre. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a poussé de nombreux pays à accélérer les investissements dans l’éolien et le photovoltaïque, pour réduire leur dépendance aux énergies fossiles. 

« Le monde devrait ajouter autant d’énergies renouvelables au cours des cinq prochaines années qu’il l’a fait au cours des vingt dernières. » (AIE)

Entre 2022 et 2027, la capacité mondiale de production d’électricité renouvelable devrait ainsi augmenter de 2 400 gigawatts (GW), soit l’équivalent de la production électrique de la Chine aujourd’hui. La capacité photovoltaïque devrait tripler sur cette période, devenant la première source de production électrique au monde. La capacité éolienne devrait doubler.

En Europe, la capacité renouvelable installée d’ici à 2027 devrait être deux fois supérieure à celle des cinq dernières années. Les États-Unis, la Chine et l’Inde accélèrent également. La Chine devrait ainsi représenter la moitié des nouvelles capacités installées dans les prochaines années.

De nouveaux défis

Mais ces ambitions posent de nouveaux défis sur la chaîne d’approvisionnement, actuellement concentrée en Chine, ce qui crée une nouvelle dépendance énergétique. L’AIE a observé « des signes émergents de diversification dans les chaînes d’approvisionnement mondiales pour le photovoltaïque, avec notamment de nouvelles politiques aux États-Unis et en Inde pour stimuler les investissements dans la fabrication de panneaux solaires ». Ce qui pourrait réduire la part de la Chine dans la fabrication mondiale de 90 à 75 %.

Cette accélération pose également des questions liées à la disponibilité des matières premières, à la capacité des réseaux électriques à raccorder et absorber ces nouvelles productions. Cependant, estime l’AIE, l’atteinte de ces nouveaux objectifs mettrait le monde sur une trajectoire compatible avec une limitation à 1,5 °C de la hausse des températures.

Par Sophie Fabrégat, publié le 08 décembre 2022

Photo en titre : La Chine devrait représenter la moitié des nouvelles capacités installées dans les prochaines années. © zhu difeng

https://www.actu-environnement.com/ae/news/energies-renouvelables-monde-AIE-climat-defis-40797.php4