CENTRALE NUCLÉAIRE DE PALUEL : NON-RESPECT DE LA CONDUITE À TENIR PRÉVUE PAR LES RÈGLES GÉNÉRALES D’EXPLOITATION

Le 10 janvier 2023, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les règles générales d’exploitation du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Paluel concernant la durée d’indisponibilité d’une source d’alimentation électrique de secours.

Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées. Elles prescrivent notamment les délais maximums de réparation en cas d’indisponibilité des systèmes requis pour assurer la sûreté des réacteurs.

Chaque réacteur est équipé de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel qui peuvent assurer, de façon redondante, l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes du site.

Le 9 novembre 2022, lors d’un essai périodique, l’un des groupes électrogènes de secours du réacteur 2 n’a pas démarré à plusieurs reprises, ce qui a conduit l’exploitant à le déclarer indisponible. Les contrôles menés ont conduit l’exploitant à remplacer un relais de contrôle-commande. Plusieurs essais de démarrages réussis ont permis de considérer le groupe électrogène comme disponible.

Le 4 janvier 2023, lors d’un essai périodique sur le même groupe électrogène, l’exploitant n’est pas parvenu à le démarrer à deux reprises. Celui-ci a donc été considéré comme indisponible. L’exploitant a mené des investigations qui ont permis d’identifier l’apparition de défauts intempestifs sur un régulateur électronique. Des expertises complémentaires des enregistrements du régulateur électronique ont mis en exergue que ces défauts apparaissaient de manière aléatoire depuis le 9 novembre 2022.

La règle relative à l’indisponibilité d’un groupe électrogène de secours, qui impose le repli du réacteur sous trois jours, n’a donc pas été respectée.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence pour les personnes et l’environnement. Néanmoins, en raison de la détection tardive par l’exploitant du non-respect des RGE, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES).

L’exploitant a retrouvé la disponibilité du groupe électrogène le 7 janvier 2023 après remplacement du régulateur électronique.

L’analyse de cet évènement devra s’attacher à comprendre l’origine de ce défaut et définir des actions correctives visant à éviter le renouvellement de cet écart.

Publié le 19/01/2023

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/non-respect-de-la-conduite-a-tenir-prevue-par-les-regles-generales-d-exploitation8