VIVRE PRÈS D’UNE CENTRALE NUCLÉAIRE : ILS SE CONFIENT

Avec les Doléances atomiques, des antinucléaires recueillent la parole de ceux qui vivent près d’une centrale. Objectif : remettre ces témoignages aux parlementaires qui débattront cet été de politique énergétique.

« Comment mettre en mots toutes ces choses qui nous touchent ? » Après avoir hésité, Mireille a finalement écrit un texte intitulé « Ce n’est pas donné à tout le monde ». Elle y raconte la « charge mentale quotidienne » qu’impose la vie auprès d’une centrale nucléaire. Elle habite près de celle de Belleville-sur-Loire, côté Nièvre. Dans son texte, qu’elle présente en cette journée de mi-février à Tours, elle évoque « les gracieux panaches de fumée » visibles de partout, « la boîte de pastilles d’iode » et « le livret des bons réflexes en cas d’accident » à portée de main, les réveils en sursaut « au bruit d’une sirène qui n’a pas sonné », la lassitude d’avoir peur d’un danger inodore et silencieux…

Mireille fait partie des contributeurs aux Doléances atomiques lancées par le Comité Centrales. « Ce comité est né en 2018 de la rencontre entre les militants antinucléaires de l’Infotour sur Cigéo [projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse)], en région Centre, et du projet de piscine d’entreposage des déchets radioactifs à Belleville-sur-Loire », raconte Catherine Fumé, l’une de ses membres.

Le comité a réalisé un film sur les luttes historiques contre l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), Notre Terre mourra proprement. « Pendant la tournée de présentation, les gens nous demandaient souvent :Qu’est-ce qu’on peut faire ?  Ça nous a donné l’idée des doléances. »*

Lire aussi : Quand nos campagnes refusaient de devenir une poubelle nucléaire

L’objectif est ainsi de tirer un « bilan émotionnel » des dernières décennies du nucléaire, en replaçant le débat du point de vue de celles et ceux qui vivent concrètement le nucléaire au quotidien, dans leur chair. La période y est propice : après l’annonce de la relance de la filière par Emmanuel Macron, un débat public sur la construction de nouveaux réacteurs EPR a été organisé. « Nous voulons dépasser ce débat qui se résume souvent à des discussions experts contre experts. Nous voulons donner la parole à ceux qui n’y participent jamais, parce qu’ils ne se sentent pas légitimes. Ils le sont pourtant vraiment, parce qu’ils vivent le nucléaire ! »

Une « base populaire » contre le nucléaire

Le Comité Centrales a lancé un appel et créé une messagerie pour recueillir textes, photographies, dessins, vidéos, enregistrements sonores… Tout le monde peut y participer. Il organise aussi des portages de paroles. Le principe : « Poser une question dans l’espace public et proposer aux passants d’y répondre en écrivant sur des pancartes laissées sur place. Les gens s’arrêtent et discutent entre eux. Ça suscite vraiment le débat. » La question ainsi posée à Tours était « La relance du nucléaire, vous la voulez ? ». Une boîte vocale est en projet pour celles et ceux qui ne seraient pas à l’aise avec l’écriture.

Le Comité Centrales s’est directement inspiré de la pratique d’Anglaises qui, dans les années 1980, ont partagé publiquement leurs opinions, sentiments, rêves ou cauchemars en vue d’empêcher l’installation d’une base militaire nucléaire à Greenham Common, en Angleterre.

« Ne pas être complice »

Pour l’instant, les contributions sont publiées sur un blog Mediapart, mais elles ont vocation à nourrir le débat parlementaire qui se tiendra cet été sur la loi de programmation énergétique : elles pourraient être remises aux députés et sénateurs sous forme de cahiers, « afin qu’ils ressentent qu’il y a une base populaire derrière les revendications pour l’abandon du nucléaire ».

Et le Comité Centrales ne s’arrêtera pas là : il s’est rapproché de l’association Nos voisins lointains, qui assure une collecte similaire auprès des évacués de la zone de Fukushima au Japon, et espère ainsi poursuivre à l’international. « Nous allons inciter les gens à piocher dans ces ressources pour des soirées lectures, des mises en scène, pourquoi pas une brochure ou un livre… », explique Catherine Fumé.

Cette démarche aura-t-elle vraiment un impact sur les choix politiques énergétiques en France ? « C’est un petit caillou qu’on ajoute, répond Marie-Do, une habitante du Cher parmi les premières à avoir déposé une doléance. Au moins, ne pas être complice. Ce n’est peut-être pas ça qui les décidera à arrêter le nucléaire, mais il faut qu’ils sachent que ça ne se fera pas sans opposition. Il faut une avalanche de participations ! »

Pour envoyer les contributions :

Par Fanny Lancelin, publié le 27 février 2023 à 09h54 Mis à jour le 27 février 2023 à 17h03

Photo en titre : Le Comité Centrales a créé une messagerie pour recueillir textes, photographies, dessins, vidéos, enregistrements sonores… Ici, la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche). – Wikimedia Commons/CC BY-SA 3.0/Maarten Sepp

https://reporterre.net/Vivre-pres-d-une-centrale-nucleaire-ils-se-confient?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_quotidienne

Message de Reporterre

Alors que les alertes sur le front de l’environnement continuent en ce début d’année, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que 2023 comportera de nombreux progrès pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes, tout au long de l’année.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela. Allez-vous nous soutenir cette année ?

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, soutenez Reporterre mensuellement, à partir de seulement 1€. Cela prend moins d’une minute, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner