LA CHINE CONTINUE DE MUSCLER SES CAPACITÉS MILITAIRES

Pékin va augmenter son budget de la Défense de 7,2% en 2023 et veut «intensifier» les entraînements de l’armée ainsi que «la préparation au combat».

Sommaire

  • Plus de deux millions de soldats
  • Le troisième arsenal nucléaire mondial, en progression
  • Seulement deux porte-avions opérationnels
  • Une présence limitée à l’international
  • Une armée de l’air en forte progression

La Chine a annoncé ce dimanche 5 mars que son budget de la Défense, le deuxième du monde après celui des États-Unis, augmentera de 7,2% en 2023, une très légère accélération par rapport à l’an dernier. Ce taux de croissance, plus élevé qu’en 2022 (il était de +7,1%) a été annoncé dans un rapport du ministère des Finances publié en marge de l’ouverture de la session annuelle du Parlement.

Pékin prévoit de dépenser 1.553,7 milliards de yuans (225 milliards de dollars) pour sa défense – ce qui reste environ trois fois inférieur au budget de Washington. Même si le scepticisme entoure ce chiffre, car aucun détail n’est apporté, sa hausse chaque année suscite la méfiance des pays voisins de la Chine ayant des contentieux territoriaux avec elle.

À lire aussi : Les États-Unis se préparent à un affrontement avec la Chine dans le Pacifique

L’Armée populaire de libération (APL) assure être purement «défensive», mais a aussi pour but d’affirmer les prétentions de souveraineté de la Chine face à ses voisins et de s’entraîner à une hypothétique invasion de Taïwan.

À VOIR AUSSI – «Ne fournissez pas d’armes à l’agresseur russe!», adjure Scholz à la Chine

Plus de deux millions de soldats

Les effectifs ont été fortement réduits durant la dernière décennie, dans le cadre d’une campagne de modernisation, de professionnalisation et d’optimisation des dépenses. L’APL compte désormais 2.035.000 hommes et femmes, d’après le centre de réflexion britannique International Institute for Strategic Studies (IISS).

Une parade de l’Armée populaire de libération en 2019, place Tiananmen. GREG BAKER / AFP

Ils se répartissent notamment entre les forces terrestres (965.000), aériennes (395.000) et maritimes (260.000) ou encore l’unité responsable des missiles stratégiques (120.000). Le président Xi Jinping a appelé l’armée à achever sa modernisation d’ici 2035 et à être «de classe mondiale» à l’horizon 2050.

Le troisième arsenal nucléaire mondial, en progression

La Chine dispose d’environ 350 têtes nucléaires, selon les chiffres de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) qui datent de 2022. C’est bien moins que les États-Unis (5428) et la Russie (5977), mais davantage que le Royaume-Uni (225) ou la France (290), d’après la même source.

Des missiles balistiques intercontinentaux chinois. GREG BAKER / AFP

À lire aussi : Pourquoi les États-Unis et la Chine n’ont jamais autant commercé malgré les tensions politiques

Le ministère américain de la Défense a toutefois accusé Pékin en novembre de vouloir porter son arsenal nucléaire à 1500 têtes d’ici 2035. Contrairement aux États-Unis, la Chine s’engage à ne jamais prendre l’initiative de l’emploi de l’arme nucléaire – sauf si elle en est elle-même la cible.

Seulement deux porte-avions opérationnels

La Chine dispose de trois porte-avions, dont seulement deux sont pour l’heure opérationnels. Un troisième est actuellement en phase de test en mer. Néanmoins, le décollage et l’appontage des avions sur ces navires sont des opérations compliquées qui nécessitent la formation de nombreux pilotes – un processus très long. En face, les États-Unis disposent selon l’IISS de 11 porte-avions, navires symboles par excellence de l’illustration de puissance.

Le porte-avions chinois Liaoning, le premier de la Marine du pays. AFP

Une présence limitée à l’international

La Chine ne compte qu’une unique base militaire à l’étranger (à Djibouti), qu’elle dit principalement destinée aux opérations anti-piraterie dans la région. Les États-Unis en ont des centaines dans le monde. La présence militaire chinoise à l’international est limitée, hormis les missions de maintien de la paix de l’ONU.

Une armée de l’air en forte progression

Elle progresse à grands pas, renforcée notamment par de nouveaux chasseurs, comme les J-16 et surtout les J-20 furtifs, des avions dont les taux de production annuels «ont probablement doublé» au cours des trois dernières années, selon l’IISS. Le Pentagone estime dans son rapport que la Chine «rattrape rapidement les forces aériennes occidentales».

Un J-16 chinois à la parade. STR / AFP

La plus grande Marine mondiale ?

La Chine est parfois présentée comme la première marine mondiale en termes de nombre de navires devant les États-Unis. Mais la flotte chinoise repose principalement sur des classes de navires plus petites et est encore loin de la puissance américaine.

Une partie de la flotte chinoise en exercice. ASIF HASSAN / AFP

«Intensifier» les entraînements de l’armée

Depuis les années 1980, grâce à la forte hausse de son PIB au fil des ans, la Chine finance progressivement la mise à niveau de son armée. «Certaines unités comptent parmi les mieux entraînées et équipées au monde, mais d’autres accusent encore un retard de plusieurs décennies», souligne à l’AFP Niklas Swanström, directeur de l’Institute for Security and Development Policy, à Stockholm.

À lire aussi : «La Chine est convaincue qu’elle peut être le grand vainqueur de la guerre en Ukraine»

Le premier ministre Li Keqiang a appelé dimanche à «intensifier» les entraînements de l’armée ainsi que «la préparation au combat» et «faire des innovations en matière d’orientations stratégiques». De hauts responsables américains ont récemment accusé la Chine de vouloir attaquer d’ici quelques années Taïwan, île qu’elle revendique, ou encore de gérer une «flotte» de ballons militaires espionnant le monde entier.

Les plus gros budgets de la défense dans le monde

Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), les États-Unis sont de loin le pays ayant les dépenses militaires les plus élevées, avec 801 milliards de dollars en 2021, selon les derniers chiffres disponibles. Suivent dans l’ordre la Chine (293), l’Inde (76,6), le Royaume-Uni (68,4), la Russie (65,9) et la France (56,6).

Par Le Figaro avec AFP, publié le 05 mars 2023

Photo en titre : Un missile balistique chinois tiré durant un exercice en août dernier. PLA EASTERN THEATER COMMAND/ESN / AFPTV / AFP

https://www.lefigaro.fr/international/la-chine-continue-de-muscler-ses-capacites-militaires-20230305