PACIFISME : 39ÈME VIGIE CITOYENNE ANTI-NUCLÉAIRE À DIJON ET VALDUC

Communiqué du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires du 28 avril 2023 :

37 ans après Tchernobyl, la catastrophe continue. Un pays avec des centrales nucléaires est indéfendable et la guerre en Ukraine démultiplie les périls atomiques.

26 avril 1986, explosion d’un réacteur à Tchernobyl. Pendant des mois, 600 000 à 900 000 pompiers puis « liquidateurs » se relaient dans des conditions sanitaires catastrophiques pour éteindre l’incendie et tenter à tout prix d’étouffer la fusion du cœur du réacteur. Beaucoup sont décédés ou tombés rapidement malades des suites de leur irradiation. Plus de 8 millions de personnes vivent toujours dans des zones contaminées en Ukraine, Bélarus et Russie : elles sont exposées en permanence aux substances radioactives toujours présentes, avec de forts dommages sur leur santé. Dossier à lire sur www.sortirdunucleaire.org

Des militaires français le disent depuis des décennies : un pays avec des réacteurs atomiques est indéfendable. Hélas l’invasion de l’Ukraine par Poutine le prouve avec l’occupation et les bombardements autour des centrales nucléaires de Tchernobyl et de Zaporidjia. Malgré la présence de l’AIEA, l’armée russe occupe toujours les 6 réacteurs de la centrale de Zaporijjia, qui subit des tirs d’artillerie et où a eu lieu un incendie. Les 15 réacteurs ukrainiens et les autres installations nucléaires sont autant de cibles et de menaces pour la population et l’Europe …

Un président de la République atomique, avec sa politique inefficace pour le Climat

Malgré le fiasco de l’EPR de Flamanville, qui cumule retards et surcoûts faramineux, le président Macron s’acharne à vouloir relancer le nucléaire, inutile, hors de prix, trop lent et dangereux. N’engloutissons pas des sommes surréalistes, plus de 50 milliards d’Euros pour 6 EPR ! C’est hors délai, ils ne produiraient pas avant 2035 / 2040. Et sans effet sur la lutte contre le dérèglement climatique, alors que les Renouvelables sont les plus rapides et les moins chères !

Et « notre » vieux parc atomique est source de risques et de méga dépenses. Le nucléaire reste une énergie intermittente : avec ses nombreux défauts génériques (échangeurs de vapeurs, corrosion sous contrainte, …) et l’entretien classique, 26 réacteurs sur 56 étaient à l’arrêt en France en avril 2022 !

Urgence vers le 100 % renouvelable et la sobriété énergétique !

Le Bureau des Nations unies a fait le constat dramatique que l’Humanité entre dans une spirale d’autodestruction, et alerte sur la mise en danger de millions de vies. Voir son rapport pour la réduction des risques de catastrophes.

Nous devons agir au plus vite, trois ans avec une forte sobriété énergétique dit le GIEC, mettons à profit la crise énergétique russe pour construire une vraie politique de sobriété énergétique et de développement des énergies renouvelables au service de nos territoires : les scénarios 100 % renouvelables, ADEME, RTE, négaWatt … prouvent que ceux sans nucléaire et avec le plus de sobriété sont les moins chers, les plus résilients et créent des milliers d’emplois !

39 ième Vigie citoyenne mensuelle, pour la reconversion du CEA Valduc

Le 27 avril 2023, au lendemain des 37 ans de la catastrophe de Tchernobyl, 16 lanceurs d’alerte ont déployé des banderoles à Dijon et Moloy, près du site du CEA de Valduc (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) qui assure la maintenance et la modernisation des 290 armes nucléaires françaises.

Ils demandent :

– la participation de la France en tant qu’observatrice à la 2ème réunion des États-parties au TIAN, à l’ONU à New-York du 27 nov. au 1er déc. 2023,

– le respect par la France de l’art. 6 du ‘Traité de non-prolifération’ (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et dont elle viole l’esprit et la lettre,

– l’adhésion de la France au ‘Traité sur l’interdiction des armes nucléaires’ (TIAN), norme du droit international depuis le 22 janvier 2021,

l’arrêt du financement par les banques françaises de la production des armes nucléaires,

– la reconversion à des activités pacifiques des sites CEA-DAM, dont celui de Valduc.

Jacques Gaillot, un évêque insurgé contre l’arme nucléaire

Jacques Gaillot (1936-2023) vient de nous quitter. Homme de dialogue engagé contre toutes les formes d’oppression et d’exclusion de nos sociétés (étrangers, sans papiers, mal logés, Tibétains, victimes de l’apartheid, Palestiniens, etc.) et dans l’Église (femmes, prêtres mariés, divorcés remariés, homosexuels, etc).

Pendant son service militaire en Algérie (1957 – 1959), il est confronté à la violence de la guerre. C’est à partir de cette expérience qu’il s’intéresse à la résolution non-violente des conflits.

Sensibilisé par Jean-Marie Muller et François Vaillant sur les armes nucléaires et la défense, il fait partie des quelques évêques qui en octobre 1983 votent contre le texte de la Conférence des évêques de France Gagner la paix qui justifiait avec des bémols la dissuasion nucléaire. Destitué en 1995 par Jean-Paul II de sa charge d’évêque d’Évreux en raison de sa liberté de parole (la Conférence épiscopale française étant tenue à l’écart de cette décision papale…), il devient évêque du diocèse de Partenia. Disparu au Vème siècle, ce diocèse devient le symbole de tous ceux qui, dans la société comme dans l’Église, ont le sentiment de ne pas exister. Il participe à une délégation du Mouvement de la Paix à l’occasion d’une conférence mondiale de l’ONU à New York pour le désarmement, en juillet 1995 avec Greenpeace à une action contre les essais nucléaires français à Moruroa en compagnie du pasteur Lignières et de René Vautier, et il écrit le livre « Coup de gueule contre les essais nucléaires ».

En octobre 1995, il est en tête de la manifestation de 20 000 personnes à Crozon (Finistère) devant la base de sous-marins nucléaires, aux côtés de Théodore Monod et de Simone de Bollardière, de représentants de survivants d’Hiroshima et de délégués venant de pays d’Europe et du monde, pour dire :

« Non aux essais, oui à un monde sans armes nucléaires ». Il affirme : « Chez nous, nous avons la bombe de l’exclusion sociale et c’est elle qui devrait attirer toute notre attention ».

Mais il n’y a aucune fatalité : Si la France, comme nous le souhaitons, devenait la première des 9 puissances atomiques à adhérer au ‘Traité sur l’interdiction des armes nucléaires’ (TIAN), ce serait un signal très fort adressé au monde entier. La France, ce n’est pas que son président, c’est nous tous !

Comment les Citoyen-nes peuvent-ils soutenir le TIAN ?

Chacun doit être conscient de la menace permanente des 13 000 bombes atomiques détenues par 9 pays.

Et agir avec les élus et l’ONU pour le désarmement atomique.

Écrivez à votre Maire, pour que votre commune rejoigne les 70 mairies et collectivités qui ont déjà signées l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, dont Besançon, Paris et le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté !

Ce 17 avril Michaël Delafosse, Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole vient de signer à son tour ! http://icanfrance.org/appel-aux-maires

À votre Député et Sénateur pour que la France adhère au TIAN.

– Questionnez votre banque sur son financement des bombes atomiques et participez à la campagne d’action sur ce thème. http://icanfrance.org/engagez-votre-banque

– Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.

Participez aux :

– Vigies Citoyennes à Dijon et Moloy : 16 mai – 14 juin – 6 juillet, Paris, …

– Aux commémorations internationales des bombardements atomiques d’Hiroschima et Nagasaki, 6 > 9 août.

– 4 journées d’action pour que la France soit observatrice à l’ONU à la 2ème réunion des États-parties au TIAN, à New-York du 27 nov. au 1er déc. 2023 : Marche et conférences à Marcoule (16 septembre), Lyon (le 17), Dijon (le 23) mairie des Grésilles avec un Bal Folk en soirée, Paris (le 24).

Les vigies et actions non-violentes menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, ‘Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la Paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

. Regardez la vidéo « Le début de la fin des armes nucléaires ».

. Découvrez l’historique avec photos des actions à Dijon et Valduc depuis 2013.

. Faites connaître les 7 vices de la dissuasion nucléaire.

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires,

http://abolitiondesarmesnucleaires.org/

Tél : 06 14 24 86 96

Par INFOS DIJON, publié le 01/05/2023 à 03h52

Photo en titre : Le 27 avril dernier, des militants pacifistes ont commémoré la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, survenue en Ukraine, dans la nuit du 25 au 26 avril 1986.

https://www.infos-dijon.com/news/cote-d-or/cote-d-or/pacifisme-39eme-vigie-citoyenne-anti-nucleaire-a-dijon-et-valduc.html