LA DURABILITÉ A PERDU SON SENS AVEC LE TRIOMPHE DU LOBBY NUCLÉAIRE

En écoutant l’Alliance nucléaire, forte de 14 pays de l’UE, qui a fait pression pour que l’énergie nucléaire soit labellisée verte et souhaite désormais la voir traitée de la même manière que les autres énergies renouvelables, cela signifie que tout est permis, écrivent Thomas Stuart Kirkland et Christiana Mauro.

La Commission européenne, sous la présidence d’Ursula von der Leyen, a officiellement déclaré la politique climatique comme sa priorité numéro un.

Mais fin août, au Tribunal européen de Luxembourg, marque la conclusion de la première phase de l’un des trois procès contre la Commission européenne visant un élément clé de la législation européenne du Green Deal.

Ces poursuites n’ont pas été intentées par des opposants à la politique d’atténuation du changement climatique, mais par ceux, dont l’Autriche et un certain nombre de groupes environnementaux, qui souhaitent sauver la législation de ce qu’ils considèrent comme une compromission fatale.

Le plaidoyer dans ces affaires vise à abroger la loi déléguée complémentaire sur le climat (CCDA), en vigueur depuis janvier dernier.

Celui-ci complète le Règlement Taxonomie, une liste d’activités économiques considérées comme durables et donc éligibles aux investissements verts, pour inclure, étonnamment, le gaz naturel et l’énergie nucléaire.

Qu’est-ce qui a conduit à cette situation, dans laquelle l’exécutif européen, apparemment déterminé à réaliser son plan « Fit by 55 » visant à réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, se retrouve contesté sur sa législation verte phare par l’un de ses propres États membres ?

La réponse volontiers fournie par les critiques est qu’il s’agit d’une réponse appropriée à l’un des triomphes les plus remarquables du greenwashing imposé au public. L’inclusion du gaz et du nucléaire, disent-ils, viole tout l’objectif du règlement sur la taxonomie.

Les médias ont laissé tomber la balle

Ce détournement de l’instrument clé de la politique verte de l’UE a été ouvertement accompli grâce à une campagne de désinformation menée par le lobby nucléaire.

En mars 2021, sept États membres du nucléaire ont envoyé une lettre à la Commission européenne exigeant l’inclusion de l’énergie nucléaire dans la taxonomie.

L’intervention a retenu l’attention des médias à l’époque, mais elle n’était pas critique.

Lorsqu’une équipe de journalistes indépendants a analysé les déclarations contenues dans la lettre, elle a constaté que sur les 25 affirmations factuelles contenues dans la lettre, 20 étaient soit fictives, soit trompeuses.

Un ouvrier se tient devant la salle des turbines liée à l’OL3, le dernier des trois réacteurs de la centrale nucléaire de l’île d’Eurajoki, mai 2023

Les journalistes grand public qui ont des délais serrés à respecter n’ont certainement pas toujours eu envie de se plonger dans tous les coins et recoins d’une histoire compliquée ou de prendre la responsabilité de se prononcer de manière tranchée sur un côté d’un problème.

Mais quelque chose de plus insidieux est apparu au cours des dernières décennies : une paralysie face au débat, une volonté de rendre compte de la controverse scientifique et de présenter les deux côtés d’une manière « juste et équilibrée » qui donne un temps égal au consensus des experts et au battage médiatique de colporteurs.

Comme le disait le journaliste à la retraite Jay Rosen : « Vous ne recevez pas beaucoup de plaintes si vous écrivez simplement ce que tout le monde dit et en restez là. »

Mais cela sert les objectifs de la désinformation, qui n’est pas de convaincre, mais de semer la confusion et de démoraliser. En fin de compte, cela désactive tout effort organisé pour changer les choses.

Les affirmations du Nuclear Seven sont, en fait, douteuses

Lorsqu’une équipe de journalistes indépendants a analysé les déclarations contenues dans la lettre, elle a constaté que sur les 25 affirmations factuelles contenues dans la lettre, 20 étaient soit fictives, soit trompeuses, y compris les affirmations douteuses habituelles sur la « précieuse contribution » du nucléaire à la neutralité climatique.

Cependant, les conclusions de l’enquête participative n’ont pas trouvé d’éditeur parmi les médias européens et sont passées largement inaperçues.

La lettre des Sept Nucléaires – France, Pologne, Hongrie, Tchéquie, Roumanie, Slovaquie et Slovénie – a été renforcée dix jours plus tard par la publication d’un projet de rapport du Centre commun de recherche (JRC) de la Commission européenne.

L’étendue de l’influence de Nuclear Seven et du rapport du JRC sur la décision finale de qualifier formellement le nucléaire de durable n’est pas claire, mais elle est probablement décisive.

Le président français Emmanuel Macron s’exprime lors de la présentation du plan d’investissement « France 2030 » à l’Élysée à Paris, octobre 2021

Il avait été chargé de déterminer si l’énergie nucléaire répondait aux critères d’inclusion dans la taxonomie, en particulier le principe Do No Significant Harm. Ceci, en dépit du fait insignifiant que le CCR a été créé dans le cadre du traité Euratom et qu’il est toujours chargé de mener des recherches nucléaires sous l’égide et avec le financement d’Euratom.

Le rapport concluait qu’il n’existait aucune « preuve scientifique » selon laquelle le nucléaire pourrait causer plus de dommages à l’environnement que d’autres activités de la taxonomie.

Sans surprise ; mais a suscité de vives critiques de la part d’experts, dont l’une des autorités de réglementation nucléaire allemandes, et du Comité scientifique de la Commission européenne sur la santé, l’environnement et les risques émergents, qui ont tous deux souligné que les conclusions du rapport n’étaient pas étayées par les propres conclusions du rapport.

D’autres ont noté que le mandat du JRC négligeait de nombreux éléments essentiels de la taxonomie. Malgré ces sévères restrictions, lorsque le rapport final du CCR fut publié quelques mois plus tard, il ne contenait aucune révision.

L’audace du lobby nucléaire

L’étendue de l’influence de Nuclear Seven et du rapport du JRC sur la décision finale de qualifier formellement le nucléaire de durable n’est pas claire, mais elle est probablement décisive.

Fort de cette situation, le lobby nucléaire de l’UE, qui a du succès, s’est comporté avec une certaine fanfaronnade.

Des sept signataires de la lettre de 2021, l’Alliance nucléaire, comme on l’appelle désormais, s’est élargie à 14 pays de l’UE avec l’ajout, en février, de la Bulgarie, de la Croatie, de la Finlande et des Pays-Bas, suivis de la Belgique, de l’Estonie et de la Suède. avec l’Italie comme observateur.

Comble d’ironie, l’Alliance nucléaire est dirigée par la France, dont la propre loi nationale… exclut l’énergie atomique de la classification des investissements verts.

Un manifestant masqué manifestant pour l’arrêt de la production d’énergie nucléaire devant la centrale nucléaire du Bugey à Saint-Vulbas, près de Lyon, mars 2011

Représentant désormais la majorité au sein de l’UE, l’Alliance a eu le courage d’exiger, lors de sa quatrième réunion en Espagne le 11 juillet, que l’énergie nucléaire soit traitée sur un pied d’égalité avec les énergies renouvelables en matière de financement européen et de promotion de projets communs.

Sous sa bannière de « neutralité technologique » – un écho de la lettre de 2021 – l’Alliance a déjà fait pression avec succès pour que « l’hydrogène rose » produit par le nucléaire soit accepté comme « hydrogène vert » et a réussi à obtenir d’importantes concessions lors de la révision de la « neutralité technologique ». la directive sur les énergies renouvelables, qui doublerait presque la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique globale de l’UE d’ici 2030.

Ces concessions permettent à l’énergie nucléaire de jouer un rôle plus important dans la réalisation de ces objectifs.

Tout se passe alors que la durabilité perd son essence

Comble d’ironie, l’Alliance nucléaire est dirigée par la France, dont la propre loi nationale – un décret de 2015 portant le label « Transition énergétique et écologique pour le climat » – exclut l’énergie atomique de la classification des investissements verts.

Dans « Détournement de l’action climatique urgente », Jan Haverkamp, expert nucléaire de WISE, affirme qu’un lobbying vigoureux de l’industrie nucléaire à Bruxelles a eu « une influence directe sur la rapidité avec laquelle une action climatique urgente est prise », ralentissant l’adoption de sources d’énergie renouvelables, ce qui est une aubaine pour l’industrie des combustibles fossiles.

La durabilité ayant perdu son sens, tout est permis. Ainsi, vivant dans le monde à l’envers, nous assistons au triomphe du lobby nucléaire.

Des militants écologistes affichent une banderole alors qu’ils manifestent devant le monument du Panthéon en soutien à l’accord de Paris sur le climat, à Paris, décembre 2017.

La durabilité ayant perdu son sens, tout est permis.

Ainsi, vivant dans le monde à l’envers, nous assistons au triomphe du lobby nucléaire.

Dans le paysage post-CCDA, les zombies nucléaires ont acquis un nouvel éclat vert en se démenant et en se mélangeant inutilement, consommant tout l’oxygène du débat sur la politique climatique jusqu’à ce qu’ils finissent par expirer dans des dépassements de coûts obscènes et la non-exécution de leurs promesses vantardes mais illusoires.

Par Jean Delaunay, publié le 25 AOÛT 2023

Concernant l’auteur :

Jean Delaunay est le fondateur et le directeur de la publication de L’Observatoire de l’Europe. Titulaire d’un doctorat en sciences politiques et passionné par les enjeux relatifs à l’Union Européenne, il a décidé de créer ce forum pour partager sa passion et inciter à un débat éclairé et constructif sur le sujet. Avant de se consacrer à plein temps à ce projet, il a mené une carrière distinguée en tant que chercheur et professeur en Sciences Politiques dans plusieurs universités réputées, publiant de nombreux articles et ouvrages sur les institutions européennes et la politique de l’UE. Sa connaissance approfondie et son approche équilibrée font de lui une voix respectée dans le domaine des études européennes.

https://www.observatoiredeleurope.com/la-durabilite-a-perdu-son-sens-avec-le-triomphe-du-lobby-nucleaire_a6162.html