Oct 20

NUCLÉAIRE FATIGUÉ, POPULATIONS EN DANGER

populations-en-dangerLe fiasco de l’industrie nucléaire française n’est – hélas – plus à démontrer : il s’étale et risque cet hiver de nous faire claquer des dents. En priant Hadès, le dieu des enfers, de nous éviter une catastrophe genre Tchernobyl ou Fukushima, car un décret en cours d’élaboration mettrait les populations non seulement en grand danger, mais sans recours vis-à-vis de l’État.

L‘ASN (autorité de sûreté nucléaire) a fermement demandé à EDF d’arrêter cinq nouveaux réacteurs présentant des risques (Fessenheim 1, Tricastin 2 et 4, Gravelines 4 et Civaux 1). Avec ces nouveaux arrêts, le nombre de réacteurs stoppés s’élèvent à 21 (sur un total de 58) Ils sont arrêtés pour une maintenance ordinaire (10), des incidents (4) ou une vérification des générateurs de vapeur (7).
La production mensuelle nucléaire a atteint un point bas depuis 18 ans en septembre. Elle s’est limitée à 26,6 TWh, soit seulement 72 % de son potentiel. Avec la prédominance – « conseillée » pendant des décennies par EDF – du chauffage électrique, la demande d’électricité pourrait dépasser les possibilités de production en période de grands froids.
Voilà pour le côté pratique, quotidien de nos rapports avec le nucléaire. Qu’on soit pour, qu’on soit contre, il fait partie de notre environnement, de notre vie. Il faut donc faire avec, tout en luttant pour une autre politique énergétique.

Mais à côté de ça, il y a une terrible arnaque qui se prépare, un mépris ahurissant des populations de la part des décideurs politiques, sous l’influence du lobby du nucléaire. Il s’agit de la modification des normes concernant les doses de radiations « acceptables » par les populations en cas d’accident genre Tchernobyl ou Fukushima. Il s’agit en fait de transposer dans le droit français la directive européenne 2013/59/ Euratom. Cette circulaire européenne est relative à la protection des populations contre les expositions aux radiations. Elle intégrera le droit français par décret en janvier 2017. Mais elle modifie gravement le code de la santé publique.
Ce texte abscon, vous pouvez le lire ici:
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Projet_de_decret_BSS_secu_sources_pour_consultations.pdf .
Il est difficilement accessible au vulgum pecus. Pour nous éclairer, voyons donc ce qu’en pense la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la radioactivité), cet organisme indépendant qui donne des boutons à tous les nucléocrates:
CRIIRAD Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la radioactivité
29 cours Manuel de Falla / 26000 Valence – FRANCE -Tel. 33 (0)4 75 41 82 50
COMMUNIQUÉ DE PRESSE Du mardi 27 septembre 2016 (version actualisée le 3/10/2016)
RÉVISION DES NORMES APPLICABLES en cas d’accident ou d’attentat sur une installation nucléaire.
La France choisit les niveaux de risque les plus élevés possibles pour la gestion des urgences radiologiques et de leurs conséquences.
La France est en train de transposer en droit national les dispositions de la directive 2013/59/Euratom.
Pour la gestion des situations accidentelles et post-accidentelles, la directive européenne demande aux États de fixer des niveaux de référence.
Il s’agit de déterminer quel niveau d’exposition aux rayonnements ionisants sera pris en référence pour décider de la nécessité d’engager (ou pas) telle ou telle action pour protéger la population.
Par exemple, à partir de quel niveau de risque, les habitants des zones contaminées pourront espérer être indemnisés et relogés dans un environnement sain? Et donc, en deçà de quelle valeur seront-ils condamnés à vivre en zone contaminée… ou à partir en abandonnant tous leurs biens et sans bénéficier d’aucune aide?
Ces niveaux de référence sont exprimés en milliSieverts (dose efficace) et doivent être choisis dans les intervalles définis par la directive sur la base des recommandations de la Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR): entre 20 mSv et 100 mSv maximum pour la phase d’urgence(qui peut durer typiquement de quelques jours à quelques mois); entre 1 mSv/an et 20 mSv/an maximum pour la phase post-accidentelle (qui commence à la fin de la phase d’urgence et peut persister sur des dizaines ou des centaines d’années, voire indéfiniment à l’échelle humaine).
Pour chacune de ces phases, les autorités françaises ont retenu la borne supérieure de l’intervalle: 100 mSv pour la phase d’urgence et 20 mSv pour les 12 mois suivants (et pour les années suivantes rien ne garantit que ce niveau de référence ne sera pas reconduit).
Ces valeurs s’appliquent à tous, y compris les nourrissons, les enfants et les femmes enceintes!

Rappelons qu’en situation normale, la limite maximale de dose applicable au public est de 1 mSv/an et que cette valeur correspond déjà à un niveau de risque élevé: si 66 millions de Français recevaient une dose de 1 mSv, cette exposition provoquerait en effet, à terme, plus de 11000 cas de cancer (sur la base du facteur de risque de la CIPR) et probablement plus de 22000 cancers radio-induits (sur la base du facteur de risque non pondéré de la CIPR), sans compter toutes les pathologies non cancéreuses, les malformations et les maladies génétiques.
Si l’on multiplie ces chiffres par 20 ou par 100, les niveaux de risque retenus par les autorités donnent le vertige.
Et il faut ajouter que ces valeurs ne sont pas des limites de dose, c’est-à-dire des valeurs à ne pas dépasser, mais de simples références de dose, beaucoup moins contraignantes: une partie de la population pourra être exposée à des doses supérieures sans que cela constitue une infraction. La C.I.P.R. <https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_internationale_de_protection_radiologique>  applique au coefficient de risque issu du suivi des survivants des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki un facteur de pondération de 0,5 censé tenir compte d’une moindre efficacité des faibles doses et faibles débits de dose. Ce choix manquait déjà de base scientifique probante quand il a été introduit par la CIPR et semblait plutôt destiné à atténuer l’impact de la révision à la hausse du facteur de risque pour les responsables d’activités nucléaires. Il est aujourd’hui remis en cause par plusieurs études épidémiologiques de référence portant sur des cohortes exposées à de faibles doses et faibles débits de dose qui concluent à un facteur de risque comparable (voire supérieur) au facteur de risque non pondéré de l’étude des survivants des bombardements.
À noter que l’impact réel dépendra de nombreux facteurs, des voies d’exposition, de la nature des radionucléides, des caractéristiques de la population, etc.
Protéger l’industrie nucléaire plutôt que la population
Plus les niveaux de références sont élevés et plus s’allègent les dépenses liées aux mesures de protection des personnes et à l’indemnisation des dommages.
Le choix des autorités est tout à fait cohérent avec le plafonnement des indemnités pour les victimes d’un accident nucléaire majeur.
Rappelons en effet que l’industrie nucléaire est dispensée de l’application du principe pollueur-payeur: pour l’essentiel, les conséquences sanitaires et économiques de la catastrophe seront supportées par ses victimes. La décision de fixer des niveaux de référence aussi élevés n’arrive pas par hasard. Elle est le fruit de 20 ans d’efforts du lobby nucléaire, et plus précisément du lobby nucléaire français, via son cheval de Troie, le CEPN. L’idée clef est de convaincre les populations qu’elles peuvent très bien vivre en zone contaminée: il suffit de les équiper de radiamètres et de dosimètres, de leur apprendre à contrôler leur environnement et leurs aliments, à gérer jour après jour leur exposition à la radioactivité.
Le programme Ethos a d’abord été testé dans les territoires biélorusses contaminés par Tchernobyl où les responsables se sont efforcés de gommer la question centrale de la dégradation de leur état de santé. Il a ensuite été intégré aux recommandations de la CIPR, puis mis en œuvre depuis dans les zones contaminées par les retombées de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Plutôt que de proposer des indemnisations permettant de commencer une nouvelle vie dans un environnement sain, on enjoint aux victimes d’être résiliantes et de s’adapter à la nouvelle réalité: celle d’un environnement contaminé.
C’est évidemment tout bénéfice pour l’industrie nucléaire. Les accidents nucléaires majeurs ne sont plus des catastrophes mais des aléas gérables.

Consultation publique sur le projet de décret
Après avoir sévi dans les pays frappés par un accident nucléaire majeur, le programme « préserver l’industrie nucléaire et faire payer aux victimes le prix de la catastrophe nucléaire », revient aujourd’hui dans le pays qui l’a conçu. Il est sur le point de s’inscrire dans la réglementation française.
Le décret est rédigé mais pas encore adopté: il fait l’objet d’une consultation en ligne sur le site du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.
Les citoyens doivent saisir cette occasion pour défendre leurs droits, leur santé et celle de leurs enfants.

Compte tenu de la localisation et de l’âge des réacteurs, la probabilité qu’un accident ou un attentat affecte une installation nucléaire implantée en Europe est en effet élevée.

https://blogs.mediapart.fr/victorayoli/blog/201016/nucleaire-fatigue-populations-en-danger