Jan 11

SORTONS DU NUCLÉAIRE, SES DÉCHETS SONT DANGEREUX !

Il faut stopper le nucléaire en urgence.

dechets-dangereuxAucune solution viable n’existe pour gérer les déchets dangereux pour la santé et l’environnement.

On vous vend régulièrement le nucléaire comme une énergie propre, recyclable à 96%. C’est tout simplement faux. On a un vrai gros problème de déchets nucléaires. On parle de milliers de tonnes. Depuis 70 ans et les débuts du nucléaire civil, on ne sait tout simplement pas gérer des déchets radioactifs qui peuvent avoir une activité radioactive de plusieurs dizaines de milliers d’années. La seule solution c’est de sortir du nucléaire pour arrêter d’en produire!

Aujourd’hui on construit des poubelles nucléaires

Avant, les déchets nucléaires étaient jetés dans la mer en face de la Somalie, ce qui a rendu malades les pêcheurs somaliens. Jusqu’en 2010, on emmenait l’uranium appauvri par bateau en Sibérie (link is external), pour le stocker à ciel ouvert, à la merci des vents. Évidemment, tout ça s’est fait dans le secret et le plus grand cynisme.

Actuellement, les déchets hautement radioactifs sont stockés dans les piscines de l’usine de la Hague. Mais elles arrivent à saturation. La dernière solution miracle de la filière nucléaire, c’est l’enfouissement géologique profond. Une dizaine de projets sont en préparation dans le monde, dont un gros en Finlande et un autre en France. Près du village de Bure, 96 habitants, dans la Meuse, ils veulent creuser 300 kms de galeries à 500 mètres sous terre, pour un budget prévisionnel de 31 milliards d’euros. Mais plusieurs centaines d’opposants sont déterminés à le faire échouer (link is external).

On ne connait pas les conséquences de ces enfouissements

À Bure et autour, on squatte des champs qu’on sème, on occupe des forêts pour en empêcher la destruction, on habite et recrée la vie sur place. La lutte se fait pied à pied, au jour le jour contre un projet inimaginable. D’abord, les expériences de ce type ont toutes été des catastrophes. En Allemagne, on a enfoui des déchets radioactifs dans une mine de sel. Les fûts ont été corrodés et on doit maintenant « désenfouir » sous peine de contaminer toute une région. Aux États-Unis, le projet Wipp du Nouveau Mexique a dû être scellé après l’incendie d’un colis mal conditionné. Une seule erreur humaine assez risible sur le papier (une histoire de litière pour chat (link is external)) a fait fermer un site qui a coûté plusieurs milliards de dollars ! On ne sait pas encore s’il pourra rouvrir. On construit des projets du même type partout dans le monde, alors qu’aucun n’est en activité et qu’on n’a aucun élément prouvant qu’il n’y a pas de danger.

« Les expériences de ce type ont toutes été des catastrophes »

En fait, les moyens techniques pour garantir l’enfouissement dans de bonnes conditions n’existent pas. On ne sait pas dans quelle mesure la protection de l’eau est garantie, sachant qu’on enfouit près des nappes phréatiques. Ou comment faire pour que l’aération ne tombe pas en panne pendant 150 ans, ce qui est nécessaire puisque les déchets enfouis sont hautement inflammables pour certains, avec des risques d’incendie catastrophiques à cette profondeur. Surtout, on ne sait pas comment ressortir les colis une fois enfouis : contrairement à ce que prévoit la loi, le projet n’est pas réversible. C’est un truc d’apprentis sorciers !

De l’argent contre un cancer

L’impact sur la région est désastreux. La Meuse est méprisée et achetée à coup de subventions et de chantage à l’emploi. On finance des salles des fêtes et des lampadaires aux gens d’ici et en échange, ils se résignent à laisser nucléariser leur région, à terme condamnée. C’est ce qui s’est passé à Flamanville, où plus aucune industrie ne veut s’implanter. Sans parler des risques pour la santé avec le nombre croissant de leucémies. L’air et l’eau sont pollués, et ici ce sera évidemment pareil. Les risques d’accidents et de fuites, avec des centaines de trains et de camions chargés en substances nucléaires qui traverseront la région pendant 150 ans sont immenses.

« La Meuse est méprisée et achetée à coup de subventions et de chantage à l’emploi. »

Aujourd’hui, Areva est en déclin et a vraiment besoin que ce projet marche. On a même promis à d’autres pays, auquel on vend nos centrales, qu’on récupérerait leurs déchets dans notre jolie poubelle. Et comme dans tous les projets qui touchent au nucléaire, c’est très difficile d’avoir des données et des études d’impact indépendantes. Les enjeux sont trop importants pour être transparent sur les risques. L’omerta règne sur cette filière, qui nous ment depuis des décennies (Tchernobyl n’est qu’un exemple parmi d’autres) et dissimule sa fuite en avant. Comment peut-on faire confiance à cette industrie quand elle nous assure que cette fois, c’est la bonne solution ?

Article de Joël D., 34 ans, activiste. Cet opposant au nucléaire habite à Bure, où il est engagé contre le projet de centre d’enfouissement de déchets nucléaires, CIGÉO. Dans le cadre de l’état d’urgence, il a été assigné à domicile pendant 17 jours à l’occasion de la COP21.

http://www.streetpress.com/sujet/1484072443-sortir-nucleaire-dechets-danger