Jan 31

ÉLECTRICITÉ EN EUROPE : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES ONT DÉPASSÉ LE CHARBON EN 2017

Selon un rapport publié par deux think tanks allemand et britannique, les énergies renouvelables ont pour la première fois en 2017 assuré 30 % de la production électrique européenne. Dans ce contexte favorable, la France, quant à elle, reste en « queue de peloton » des pays européens.

Il s’agit, selon Agora Energiewende et Sandbag, du « premier rapport à proposer des chiffres pour 2017 ». Les think tanks allemand et britannique viennent de rendre public une étude sur « l’état de la transition dans le secteur électrique en Europe ». Leur principale conclusion ? « Le vent, le soleil et la biomasse ont pour la première fois produit davantage d’électricité en Europe que le charbon et le lignite, alors qu’il y a cinq ans, ces derniers assuraient plus du double de la production électrique issue des renouvelables », écrivent les experts.

Plus précisément, les renouvelables (EnR) ont pour la première fois assuré 30 % de la production électrique européenne, contre 29,8 % en 2016. Cette faible progression s’explique, selon les think tanks, « par le fait que la forte hausse de l’éolien a été contrebalancée par la chute de l’hydraulique. » Hydraulique mis à part, la part des « nouvelles » EnR (éolien, solaire et biomasse) a « plus que doublé depuis 2010 » dans le mix électrique européen, passant de 9,7 % en 2010 à 20,9 % en 2017, soit +1,7 % de hausse en moyenne chaque année. « Si elles continuent à ce rythme, commentent les spécialistes d’Agora Energiewende et Sandbag, elles porteront la part des EnR (hydraulique compris) à 50 % du mix électrique d’ici 2030, ce qui permettrait d’atteindre l’objectif actuel de l’Union européenne pour 2030, soit 27 % de la demande d’énergie finale assurée par les EnR. »

Les émissions de CO2 du secteur électrique européen sont restées « stables » en 2017

La production d’électricité issue de sources renouvelables a augmenté de 12 % l’an dernier, « tirée par l’éolien, en hausse de +19 % grâce à l’augmentation des capacités installées et aux bonnes conditions de vent, notamment en Allemagne et au Royaume-Uni, qui concentrent les deux-tiers de la croissance, tandis que la production solaire n’a cru « que » de 8 %, malgré les énormes baisses de prix observées récemment », souligne le rapport. Depuis 2000, « la part des EnR dans le mix électrique européen a plus que doublé », indiquent encore les experts.

Autre enseignement de l’étude d’Agora Energiewende et Sandbag : la moindre production du nucléaire (-1 %) – à cause des fermetures de centrales pour des raisons de sécurité – et de l’hydraulique (-16 %) – due au manque d’eau – conjuguée à la hausse de la demande ont conduit, en 2017, à une hausse de la demande adressée aux producteurs d’électricité d’origine fossile (+1,6 %). Les émissions de CO2 du secteur électrique européen sont restées « stables », selon les analystes, mais les émissions de gaz à effet de serre de l’UE ont augmenté d’environ 1 % l’année dernière. Par ailleurs, trois nouveaux États-membres ont annoncé leur sortie du charbon en 2017 : les Pays-Bas, l’Italie et le Portugal, qui rejoignent ainsi le Royaume-Uni et la France.

La France en queue de peloton

Concernant l’Hexagone, le rapport des think tanks allemand et britannique est plutôt cinglant. « La France reste en queue de peloton pour la part de l’électricité issue des « nouvelles » EnR, avec 8 % en 2017, derrière la Pologne (15 %) et les Pays-Bas (15 %), et loin de l’Italie (24 %), du Royaume-Uni (27 %), de l’Allemagne (30 %) et du Danemark (74 %) », écrivent les analystes.

La France a notamment accumulé du retard dans l’éolien. Entre 2010 et 2017, sa production éolienne n’a augmenté que de 11 %, à 49 Twh, alors qu’elle a plus que doublé au niveau de l’UE, à 365 Twh, et augmenté de 179 % en Allemagne, à 106 Twh. « Parti de bien plus bas (moins de 15 Twh en 2010), le Royaume-Uni a rattrapé la France en 2017 avec 49 Twh produits par l’éolien… », concluent les spécialistes d’Agora Energiewende et Sandbag.

http://www.environnement-magazine.fr/energie/article/2018/01/30/117287/electricite-europe-les-energies-renouvelables-ont-depasse-charbon-2017.php

NDLR : La France rame à contre-courant de l’Europe en s’entêtant à maintenir et investir dans le nucléaire et même à faire des projets de nouveaux réacteurs. Il ne reste donc pas assez d’argent pour investir dans les énergies d’avenir. Pas d’argent et pas de volonté, nous resterons encore longtemps en queue du peloton européen !