Fév 08

RUTHÉNIUM 106 – L’IRSN CONTINUE DE MENTIR SUR L’EXPLOSION DE KALINOVKA

Le secret des armements conventionnels est en jeu. Il ne faut en AUCUN CAS que le public découvre que toutes les armes conventionnelles destinées à traverser des blindages utilisent depuis belle lurette la fission nucléaire (depuis, à vrai dire, la guerre d’Espagne, deux ans après la découverte de la fission nucléaire par Fermi en Italie.

https://florentpirotblog.wordpress.com/2018/02/02/lhistoire-de-larme-nucleaire-commence-a-guernica-merci-enrico-fermi-the-story-of-nuclear-weapons-started-in-guernica-likely-thanks-to-fermi/ ), et donc

1) que l’ajout d’uranium appauvri n’est pas nécessaire,

2) que cet ajout est criminel !

L’IRSN vient de publier un « rapport sur le ruthénium 106 » où elle se base sur des données différentes de celles rapportées par l’IAEA.

On voit très bien le petit point clair au nord du Kazakhstan qui indique une concentration de Ru106 très faible dans la zone où l’IRSN prétend à cor et à cri voir l’origine de la « fuite radioactive« .

Par ailleurs l’IRSN passe totalement sous silence l’ensemble des autres produits de fission détectés mis à part le ruthénium 103, aux fins de prétendre à nouveau qu’il s’agit d’un accident dans une usine destinée à fabriquer des traitements médicaux, alors qu’on a bien retrouvé du césium 134, 137, de l’iode 131 ou encore du cobalt 60.

Ceci démontre bien qu’il s’agit d’une explosion nucléaire produisant l’ensemble des produits de fission. On retrouve dans les balises des produits de fission à courte demi-vie (les plus radioactifs, donc les plus faciles à détecter).

Tous ces éléments sont présentés, avec lien vers un blog présentant les données sur les autres produits de fission que je mentionne, dans mon post de blog http://florentpirotblog.wordpress.com/2018/01/13/arsenals-explosions-in-ukraine-depleted-uranium-contamination-risk-kalinovka-balakliia-kalinovka-explosion-as-explanation-for-fission-products-in-europe-in-autumn-2017/
Je tiens aussi à rappeler la CENSURE TOTALE de toutes les sondes de détection du niveau de rayonnement gamma en Europe centrale, de la Suède à la Roumanie en passant par l’Allemagne et la Turquie… mis à part en Suisse, pays neutre, et en Estonie. Tous les pays se sont coordonnés pour effacer les données gamma sur la première semaine d’octobre 2017. On voit néanmoins le niveau total de radioactivité ambiante doubler sur les balises suisses…

Article de Florent PIROT, Lille, France

https://www.change.org/p/5525242/u/22352136?utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_campaign=247467&sfmc_tk=2jJ%2frGfMaHNwoGZEhDKHl%2fidDQrmTBmKZxOmLc4tbf%2fE566mA2ZSz%2fcZGu4kUf9t&j=247467&sfmc_sub=170127406&l=32_HTML&u=45136724&mid=7259882&jb=4

NDLR : les propos et informations de cet article n’engagent que son auteur.