Avr 30

POUR HASSAN ROHANI, L’ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN N’EST EN « AUCUNE MANIÈRE NÉGOCIABLE »

L’accord nucléaire entre l’Iran et les pays du groupe 5 + 1 conclu en 2015 n’est en « aucune manière négociable », a déclaré le président iranien, Hassan Rohani, à son homologue français, Emmanuel Macron, dimanche 29 avril, selon le site Internet de présidence iranienne.

« L’accord nucléaire ou tout autre sujet sous son prétexte n’est en aucune manière négociable », a déclaré M. Rohani lors d’une conversation téléphonique dimanche avec son homologue français, informe un communiqué des services de M. Rohani. L’Iran « n’acceptera aucune restriction au-delà de ses engagements » conformes aux règles internationales après 2025, a-t-il prévenu. Une position qu’il tient fermement depuis que le président états-unien, Donald Trump, a annoncé sa volonté de se retirer de l’accord en vigueur s’il n’est pas révisé.

La France comptait « rester dans le cadre de l’accord de 2015 »

Le président français, pour sa part, « a fait part de son souhait que les acquis de la négociation de 2015 soient préservés et que les discussions puissent s’ouvrir sur les trois sujets additionnels indispensables que sont le contrôle de l’activité nucléaire après 2025, le programme balistique de l’Iran et les principales crises régionales », a précisé l’Élysée dans un communiqué.

« Le président de la République française et le président iranien sont convenus de travailler principalement dans les prochaines semaines sur la préservation du contenu de l’accord de 2015 dans toutes ses composantes, ainsi que sur la situation au Yémen et en Syrie », ajoute le texte. Emmanuel Macron a également rappelé à son interlocuteur que la France comptait « rester dans le cadre de l’accord de 2015 » et œuvrer pour « obtenir des avancées sur les trois autres sujets évoqués ».

Lundi, M. Macron s’est également entretenu avec le président russe, Vladimir Poutine. Les deux chefs d’État « se sont prononcés en faveur du maintien et de la stricte application de l’accord de juillet 2015 », a assuré le Kremlin dans un communiqué.

Nouvel accord en négociation

Le président des États-Unis, Donald Trump, fervent opposant à l’accord signé en juillet 2015, doit annoncer le 12 mai s’il se retire ou non de l’accord nucléaire âprement négocié. Il a donné aux signataires européens du texte – France, Royaume-Uni, Allemagne – jusqu’à cette date pour « réparer les affreuses erreurs » de cet accord, faute de quoi il refusera de prolonger l’assouplissement des sanctions américaines contre la République islamique.

Lors de sa visite la semaine dernière aux États-Unis, M. Macron a fait une série de propositions à son homologue américain pour préserver l’accord nucléaire qui deviendrait le premier des « quatre piliers » d’un futur texte plus large.

Les autres « piliers » concerneraient l’après-2025, pour durcir les limitations du programme nucléaire iranien – certaines clauses du texte actuel concernant les activités nucléaires du pays vont expirer –, mais aussi le programme balistique très controversé de Téhéran, ainsi que son rôle jugé « déstabilisateur » dans la région. Mais les responsables iraniens ont rejeté ces derniers jours toute nouvelle négociation sur ces questions et toute restriction future du programme nucléaire de Téhéran.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/04/29/pour-hassan-rohani-l-accord-sur-le-nucleaire-iranien-n-est-en-aucune-maniere-negociable_5292341_3218.html